Oui, je le veux!

Oui, je le veux!

Crédit photo : Rosa Persechini Je me suis mariée le week-end dernier. Mes enfants avaient les yeux qui brillaient de bonheur. Depuis le temps qu’ils en rêvaient. Maman et papa tout de blanc vêtus. La bague au doigt et tout le tralala. Heureux. Amoureux, comme dans la Belle au bois dormant.

Contrairement à elle et à son amie Blanche Neige, j’ai fait le pitre avec ma traîne qui ressemblait à une cape de superhéros, provoquant ainsi un dérapage plus ou moins contrôlé sur le sol mouillé et quelques éclats de rire. J’ai tournoyé avec ma fille dans les bras, esquissé quelques pas de danse avec mon fils et admiré ma grande ado adorée au bras de son amoureux.

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais voulu me marier. À quoi bon? Ce lien légal me semblait superflu. Inutile. Je n’avais pas besoin de ça pour aimer ni me sentir aimée. Je voulais être libre. Libre de rester ou de m’envoler. Le mariage n’avait aucun sens pour moi.

Et puis la question ultime est arrivée...

- Pourquoi papa et toi vous Z’êtes pas mariés?

- On est heureux comme ça ma chérie.

Mauvaise réponse!

Pourquoi papa et toi vous Z’êtes pas mariés? Pourquoi papa et toi vous Z’êtes pas mariés? Pourquoi, pourquoi, Pourquoi?...

Et pourquoi pas?

Dix ans de vie commune, ça se fête. Notre maison, nos rénovations, nos problèmes financiers, nos disputes et nos réconciliations. On est passés au travers. On a réinventé nos projets. Nos rêves. Nos voyages. On a eu nos enfants surtout. Je savais l’importance de ce moment pour eux. Les avoir à mes côtés pour célébrer ce que nous sommes devenus leur papa et moi a fait toute la différence. Quand je me suis avancée solennellement dans l’allée avec ma belle robe blanche et que j’ai vu mes amis réunis, ma famille, mes enfants si heureux et cet homme que j’aime tant me dévorer des yeux, j’ai dit oui à ce mariage. Parce qu’il ne résonnait pas comme la promesse d’un bonheur, mais plutôt comme l’accomplissement de ce bonheur. Bref, il avait un sens. Pour la première fois.

Crédit photo : Rosa Persechini

 

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet