Mauvaise mère

Mauvaise mère

Woman trying to secretly listenElle a la tête qui tourne. Faites ceci, ne faites plus cela. Dites ceci à votre enfant, ne dites pas cela… Entre les mille et une études scientifiques, les nouvelles recommandations en matière d’éducation, d’alimentation, de santé, les conseils des uns et les avertissements des autres, elle se remet souvent en question.

Elle, c’est ma voisine, ma cousine, ma copine. C’est Julie, Nathalie ou Samia. C’est moi, parfois. C’est aussi cette maman qui veut tellement bien faire qu’elle finit par douter de ses compétences. « Est-ce que j’en fais assez mes enfants? » « Est-ce que je m’inquiète pour rien? » Elle dit : « J’aurais dû… » « Si j’avais su… » « Je ne suis pas une bonne maman. Je manque de temps, d’argent, de patience, je travaille trop… », et bla bla bla. Elle s’étouffe avec des regrets en pensant parfois qu’elle est une mauvaise mère; et le pire, c’est qu’elle finit par y croire. Mauvaise mère, vraiment?

La réponse est non.

On les aime nos enfants. On les console quand ils ont de la peine. On les nourrit. On les guide du mieux qu’on peut. Alors c’est un peu normal de se perdre parfois dans toutes ces informations à assimiler et à mettre en pratique. Heureusement pour nos enfants, on est à mille lieues d’une époque où pour être considéré comme un bon parent, il suffisait de les garder en vie!

J’ai trouvé un bon truc pour ne pas me laisser étouffer par toutes ces infos. Je me fais confiance. J’ai décidé un jour que j’étais une super maman, même si je ne lisais pas de livres à mes enfants tous les jours ou que je ne leur donnais pas la portion de légumes recommandée. Du coup, avec cette image hyper positive de moi-même, j’envisage chaque nouvelle information comme une balise pour m’aider à devenir encore meilleure et non comme la preuve de mon incompétence parce que je ne fais pas ou que j’ai mal fait ceci ou cela.  Je vais m’améliorer, mais à mon rythme. Je fais déjà beaucoup de choses qui rendent mes enfants heureux et dont personne ne parle. Il y a ce bisou tendre que je leur fais dans le cou pour les réveiller le matin, le son de ma voix quand je ris avec eux, que je chante (faux!) ou que je leur invente des histoires, mon sourire quand j’admire le dessin qu’ils ont fait juste pour moi, ce petit « je t’aime » que je leur chuchote au creux de l’oreille… Le plus joli dans tout ça, c’est que depuis que je me considère comme une bonne maman, je suis devenue une meilleure maman. Et je suis certaine que vous l’êtes aussi.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet