Manger devant la télé: est-ce une bonne idée?

Manger devant la télé: est-ce une bonne idée?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

C’est samedi matin. Maman Nathalie (ma sœur) boit un café en faisant manger son plus jeune. Dans la pièce voisine, Juliette et Victorine, regardent les dessins animés à la télé. Au bout d’un moment, les deux grandes commencent à avoir faim.

— Maman, est-ce qu’on peut déjeuner dans le salon?

— S.v.p. maman. Dis oui, dis oui!

Si la requête vous était adressée, que répondriez-vous?

Nathalie elle, acquiesce. Elle accepte que ses filles déjeunent devant les bonshommes, une fois de temps en temps la fin de semaine. Aussi persuasives que ses filles peuvent être, elle n’accorderait pas cette permission sur une base régulière. Et elle aurait bien raison. Manger devant le petit écran n’est effectivement pas une très bonne habitude.

Quand on regarde la télévision, notre attention est tournée vers l’émission qui nous intéresse. Et si on mange en même temps, le « canal estomac » est mis en sourdine. On ne l’écoute pas et on n’entend donc pas notre corps nous dire qu’il n’a plus faim. On mange par automatisme, et c’est le fond du sac de croustilles qui nous arrête, plutôt que le fait d’être rassasié. Bref, quand on mange devant la télé, on a tendance à manger davantage. C’est vrai pour les adultes comme pour les enfants, et c’est prouvé.

Des chercheurs américains ont invité des adolescents à manger devant la télévision ou en écoutant de la musique. Tenez-vous bien : les ados ont ingurgité de 36 % à 71 % plus d’aliments devant l’écran! Ils mangeaient plus vite et aussi plus longtemps, en ne semblant pas prendre conscience de ce qu’ils faisaient. Les auteurs de l’étude ont conclu que manger des aliments familiers et caloriques (ex. : pizza, macaroni au fromage) en regardant la télévision ne pouvait que contribuer à la crise de l’obésité qui sévit actuellement. Bien que le phénomène ait été étudié auprès d’adolescents, qui voudrait prendre le risque de reproduire les résultats avec ses petits?

La télévision influence aussi la qualité de l’alimentation, à cause de ce que les comédiens ou personnages y mangent et, bien sûr, des publicités. Les enfants ne distinguent pas les messages publicitaires du contenu régulier de leurs émissions, et ne distinguent probablement pas non plus la fiction des émissions, de la vraie vie. Par déformation professionnelle, je remarque toujours ce que les gens mangent ou boivent à la télé. Les bons exemples sont rares.

Chez moi, il y a eu quelques collations qui se sont mangées dans le salon. J’ai changé d’avis, mais pas seulement pour des raisons de santé... J’ai des divans beiges qui conservent un historique de tout ce qui y est renversé et de tout ce que les petits doigts y ont essuyé. Il y a parfois des permissions spéciales sur le petit fauteuil de peluche rose, à condition que ça implique des aliments qui ne salissent pas, ne tachent pas, ne collent pas, ne coulent pas, et ne fassent pas de miettes!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur