Mamie Marie

Mamie Marie
Parce que le bonheur d’être une mamie, c’est… Marie-Josée Fournier, grand-maman de Louka, nous fait entrer dans l’intimité de son rôle bien-aimé.

Quand mon petit-fils a eu 8 mois, ma fille a mis une magnifique photo de lui sur Facebook en disant : « Toi, mon raz-de-marée, mon tsunami, mon petit ouragan, la tempête de ma vie… je t’aime. »

Moi, en commentaire, j’ai écrit : « Toi, ma brise légère, mon petit nuage coquin, mon bord de mer, ma 8e merveille du Monde… je t’aime. »

C’est ça la différence entre être mère et mamie.

Être mamie, c’est prendre le temps, c’est se laisser porter.

Quand on devient mère, et même durant la grossesse, on s’inquiète de notre capacité à assumer cette grande responsabilité. On lit tout, on écoute tout le monde. On est anxieuse, on se fie un peu à notre instinct, mais pas assez. On doute, on a peur de se tromper, on voudrait être parfaite.

Quand on devient grand-mère, et même avant, quand notre fille ou notre belle-fille est enceinte, on se met déjà en mode mamie. C’est instinctif, on conseille, on rassure, on prévient, on protège, on console, on devine, ON SAIT.

Non, on ne sait pas tout évidemment, mais on a acquis de l’expérience et on a vieilli et réussi à lâcher prise. Ah! On s’inquiète, oui, mais on prend du recul. La sagesse peut-être…

Pour ma part, je dirais que je me fie plus à mon instinct. Depuis le jour où ma fille a appris qu’elle était enceinte; lors de son accouchement, et depuis qu’elle est maman, je m’efforce d’être celle sur qui elle peut s’appuyer, je la rassure et la valorise. J’essaie de lui transmettre le meilleur de moi-même et ma fierté de la voir se découvrir comme maman.

Les petits pieds de Louka

Devenir la mamie de Louka a fait de moi une femme comblée. Cet amour pour lui, envers et contre tout, m’a apaisée et stimulée en même temps. J’ai le goût de faire plein de choses avec lui, d’apprendre à le connaître, de l’aider à s’épanouir et de me redécouvrir à travers lui.

Parce que le bonheur d’être une mamie, c’est… moins de discipline, moins de routine, moins de réprimandes. C’est plus de jeux et de fous rires, plus d’activités et d’endroits à visiter, plus de gâteries, plein de tendresse, plus d’écoute, moins de jugements. C’est prendre le temps.

C’est ce à quoi on s’attend d’une mamie, dans le respect des parents évidemment, et c’est exactement ce que la mamie que je suis adore faire!

Et vous, quel genre de mamie ou papi avez-vous? Ou quel genre de mamie ou papi êtes-vous?

 

Photos : GettyImages/Handemandaci (en haut) et Marie-Josée Fournier (en bas)

Marie-Josée Fournier
Je suis l'heureuse mamie de Louka. Je souhaite partager avec vous mes sentiments et observations à propos du rôle des grands-parents.
Toutes les chroniques de l'auteur