Je t'aime bébé, mais je retourne travailler

Je t'aime bébé, mais je retourne travailler

En une belle matinée de mai, je me suis surpris à siffloter la chanson « Le début d’un temps nouveau » en déambulant vers ma clinique, pour y commencer ma journée. Pourquoi un temps nouveau, me direz-vous?

À cause du vent de révolution rouge qui souffle sur le Québec? Des concerts de casseroles que nous avons croisés la veille sur la rue Saint-Denis?

En fait non, ce matin-là, c’était la première matinée depuis le retour au travail de ma femme où je ne me sentais ni pressé, ni dépassé, ni débordé. Leeloo est née il y a 6 mois. L’arrivée dans notre famille de la petite dernière s’est faite avec beaucoup de joie. Une petite fille! La famille est maintenant complète! Mais, après quelques mois, et contrairement à ce qui avait été prévu, maman a pris la décision de retourner au travail.

Cette situation me ramène à une question que mes patientes me posent souvent : « Quand puis-je retourner au travail sans qu’il y ait d’impact négatif sur le bébé? » Cette question est complexe et demande donc une réponse complexe. Je réponds habituellement sans équivoque : « Ça dépend ».

L’état émotionnel de la mère est le facteur le plus important à évaluer. Plusieurs mamans peuvent trouver difficile de rester à la maison pour prendre soin de bébé. Ces difficultés peuvent être de plusieurs natures : elles peuvent être financières (par exemple, elles ont moins d’argent que d’habitude et elles vivent de l’insécurité); elles peuvent être professionnelles (certains projets au travail vont avancer sans elles et elles pourraient être mises de côté); elles peuvent être personnelles (certaines peuvent trouver difficile de rester à la maison sans voir personne de la journée).

Ces difficultés peuvent avoir un impact direct sur l’humeur de la nouvelle maman. Elle peut être plus irritable, faire des colères pour un rien, se sentir déprimée, prendre moins de plaisir à faire certaines choses, s’isoler avec bébé à la maison, etc. Or, les études sont claires sur ce point : plus la santé mentale de maman va bien, plus bébé se porte bien!

Ce que les dernières études en la matière semblent démontrer, c’est l’importance de tenir compte de tous les éléments autour de bébé afin de statuer si le retour au travail de maman sera bénéfique pour bébé ou s’il aura des effets négatifs.

De façon générale, on dit qu’une maman qui revient du travail de bonne humeur, qu’une éducatrice ou une aide familiale qui s’occupe du poupon en lui donnant toute l’attention et les soins nécessaires, qu’un papa qui s’implique et prend le relais de maman et que des grands frères attentionnés qui savent quand remettre la suce en place, par exemple, c’est souvent la meilleure recette pour que l’enfant développe un sentiment de sécurité et d’attachement important.

L’important c’est donc de créer pour le bébé un environnement sain dans lequel il pourra se développer en toute sécurité. Si vous devez retourner au travail après quelques mois, ne vous sentez pas coupable et dites-vous que ce qui est bon pour votre santé mentale est bon pour votre bébé!

Dans notre cas, je constate que nous nous sommes adaptés. Que nous avons réussi à mettre en place cet environnement sain qui va permettre à Leeloo de bien se développer. Bien sûr, il y aura des périodes plus difficiles, mais ce ne seront que des périodes. Les bases sont en place. Et durant cette adaptation, certaines choses ont changé tandis que d’autres sont restées pareilles : Maman est maintenant radieuse, tandis que le nombre de sourires que Leeloo peut faire dans une journée n’a pas changé du tout…

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet