L’humour pour encourager votre enfant à parler, lire et écrire

L’humour pour encourager votre enfant à parler, lire et écrire
Par Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
Saviez-vous que l’humour peut être utilisé pour encourager votre enfant à parler, à lire et à écrire? Voici quelques idées!

L’humour aide à dédramatiser des situations et à voir les choses plus positivement. C’est vrai pour les adultes et pour les enfants. Mais saviez-vous que l’humour peut aussi être utilisé pour encourager votre enfant à parler, à lire et à écrire? Voici quelques idées!

De 1 an à 3 ans

À cet âge, un enfant rit surtout de situations qui ne correspondent pas à ce qui est attendu dans le contexte. Par exemple, vous mettez de petites culottes sur votre tête et vous faites comme si vous étiez prêt à sortir. Pour un enfant qui parle peu, ce genre de blague est souvent utile. Il risque en effet de s’exclamer : « ben non! » Si vous faites semblant de ne pas comprendre le problème, en plus, votre tout-petit va continuer à rire et à s’exprimer!

De 3 à 6 ans

Votre enfant peut rire quand vous dites une chose absurde. Par exemple, lors de la lecture d’un livre, si vous affirmez que le personnage rit alors qu’il est fâché, cela risque de faire réagir! Vous pouvez en profiter pour demander à votre enfant d’expliquer l’erreur. Même chose quand il voit une illustration absurde comme une patate à vélo, titre d’un excellent livre d’Élise Gravel qui exploite justement les absurdités.

De 3 à 6 ans, votre enfant rit aussi devant une gaffe. Si la gaffe est mineure, vous pouvez faire une blague du type : « Tu as échappé ton verre d’eau, il va y avoir une grosse inondation! ». Votre enfant répondra sûrement!

À cet âge, votre enfant rit aussi des « mots de toilette ». Sans les utiliser fréquemment, vous pouvez quand même profiter d’une occasion où votre enfant fait un pet, par exemple, pour dire lui demander si c’est sa poupée la responsable.

De 6 à 9 ans

À partir de 6  ans, votre enfant continue à rire de situations absurdes, mais souvent un peu plus subtiles. Puisqu’il lit et écrit, vous pouvez intégrer l’humour aux leçons et aux devoirs du soir, par exemple lorsqu’il a une liste de mots à apprendre, donc à écrire.

Comme les mots s’apprennent bien dans des phrases, vous pouvez laisser votre enfant écrire le mot. Ensuite, composez une phrase absurde qui comprend ce mot. Par exemple, si le mot à l’étude est monstre, vous pouvez écrire : « Le monstre a peur du noir. » Demandez à votre enfant de lire la phrase et de trouver l’erreur. Ainsi, il s’exerce à lire une phrase avec le mot ciblé.

Votre enfant gagne aussi à lire le plus souvent possible. Lorsque vous lisez avec lui, vous pouvez ajouter des mots. Par exemple, s’il est écrit : « Léo est content », vous pouvez lire « Léo est très très très très content ». Cela fera réagir votre enfant, qui se fera un plaisir de vous corriger. En plus, il verra qu’il n’est pas le seul à se tromper parfois! Enfin, vous pouvez encourager la lecture de livres et de bandes dessinées drôles, qui sont souvent accrocheurs!

Chez nous, l’humour encourage mes garçons à faire les devoirs… de temps en temps! Ce que j’essaie de prendre avec une dose d’humour!

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
À la fois orthophoniste et maman, je vous parle dans mes mots du développement de la communication et du langage de mes deux enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur