Du chocolat pour les petits?

Du chocolat pour les petits?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

Pâques approche et, pour plusieurs, c’est synonyme de chocolat. En offrirez-vous à vos enfants? À quel âge peut-on commencer à leur en donner? C’est une bonne question… dont la réponse n’est pas unanime entre les sources consultées.

Personne n’a besoin de chocolat pour être en santé. Il fournit bien quelques éléments nutritifs, mais il n’est jamais une source exclusive de vitamines ou de minéraux. Le chocolat est une gâterie, point à la ligne.

Mais on aime ça les gâteries!

Je suis une fan de chocolat. Je ne boude pas ce plaisir à mes enfants. Je leur fais tout simplement découvrir quand ils ne sont plus des bébés. Vers 18 à 24 mois environ, quand bébé devient progressivement petit garçon ou petite fille, il a droit à certains privilèges! Ce n’est pas une science exacte ni une recommandation officielle d’un groupe d’experts. C’est mon avis de maman nutritionniste.

Et puis, donner du chocolat à son enfant, ça ne veut pas dire le nourrir de chocolat! Un petit coeur à la St-Valentin, un petit coco à Pâques, le prochain à l’Halloween et le suivant dans le bas de Noël. Je ne compte pas les pépites dans mon pain aux bananes, ni ceux que les grands-parents offriront entre ces occasions. Quelqu’un trouve-t-il que j’exagère?

En faisant mes recherches pour écrire ce billet, j’ai trouvé des gens qui exagèrent vraiment, selon moi. Sur le site français Parents, on suggère aux parents de faire découvrir le chocolat aux tout-petits dès l’âge de 5 ou 6 mois, en ajoutant de la poudre de chocolat aux biberons et aux céréales. Les bébés québécois peuvent envier les petits Français s’ils le veulent, je ne reviendrai pas sur mes principes!

Si vous décidez d’offrir du chocolat à vos enfants à Pâques, laissez-les en manger durant la journée et non le soir. Comme vous le savez, le chocolat renferme un peu de caféine. Leur petite taille et la lenteur de leur corps à éliminer la caféine font qu’ils sont généralement plus sensibles que les adultes à de petites doses. Vous ne souhaitez pas que sa gâterie gâte son sommeil… ni le vôtre, n’est-ce pas?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur