Des demi-portions

Des demi-portions
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

Junior vide rarement le contenu de son assiette. Même quand c’est du spaghetti, son repas préféré. Sa maman lui sert une assiettée qu’elle juge raisonnable, et elle se fie à lui pour qu’il avale les quantités dont il a besoin. Quand Junior est en visite chez sa grand-mère, son assiette est garnie plus généreusement. Les yeux grands ouverts, les sourcils relevés et la mâchoire décrochée, Junior mesure l’ampleur de la tâche qui l’attend. Il respire un bon coup, plante sa cuillère dans la nourriture et la porte à sa bouche, comble. Maintenant, il ferme les yeux – il a besoin de se concentrer – et respire par le nez. Il déglutit en se frappant la poitrine pour aider sa bouchée à passer. Il reprend son souffle à peine une seconde et recommence. Il ne doit pas lâcher, il va réussir…

Puis, après quelques minutes à ce rythme, Junior, essoufflé, abandonne sa cuillère sur le napperon tissé beige et brun de Mamie. Il n’a pas tout mangé. Son ventre a fait entendre raison à sa tête. Mais il a tout de même mangé plus que d’habitude. Ce n’est pas la faute de sa grand-mère, elle ne connaît pas très bien son appétit. Comme toutes les grands-mères, elle s’assure simplement que ses petits-enfants ne manquent de rien. C’est plutôt la faute aux grosses portions.
Si cette histoire est inventée, le fond de l’histoire, lui, est véridique. Oui, car l’abondance de nourriture incite à manger davantage. C’est un fait pour la majorité des gens, adultes ou enfants. Une étude a démontré que des enfants âgés de 2 ans à 9 ans mangeaient en moyenne 29 % plus quand on leur servait de généreuses portions. Or, ces mêmes enfants ne vidaient jamais leur assiette, que les portions servies soient normales ou 50 % plus grandes. On aurait pu s’attendre à ce qu’ils mangent à leur faim, cessant une fois rassasiés. Mais non.

Les chercheurs ont remarqué que les jeunes avaient tendance à prendre de plus grosses bouchées devant une généreuse platée, comme s’ils voyaient un défi de taille à relever. Comme s’ils devaient, pour y arriver, mettre les bouchées doubles (et c’est le cas de le dire!).
Pour les aider à se nourrir en fonction de leurs besoins, il faut leur servir des portions adaptées à leur âge. Pour les petits de 1 an à 4 ans environ, on parle, grosso modo, de demi-portions régulières (celles du Guide alimentaire canadien). Par exemple :

- 60 ml (1/4 tasse) de légumes
- 1/2 tranche de pain
- 1/4 tasse de pâtes alimentaires ou de riz
- 35 g de viande ou de poisson

Ce sont des quantités suggérées comme portions de départ, puisqu’il est possible que votre enfant ne mange pas tout ou qu’il en redemande.
Junior est une caricature. Je ne le connais pas. Ou plutôt, je connais plein de petits Junior : Laura, Benjamin, Victorine, Juliette, Eliott, Mathilde, Olivier, Louis, Yoan…

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet