Les classes flexibles, pour mieux apprendre!

Les classes flexibles, pour mieux apprendre!
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
L’aménagement flexible des salles de classe gagne en popularité dans les écoles, note Solène Bourque. Au grand bonheur des enfants!

En jetant un œil dans certaines classes des milieux scolaires que j’ai visités, j’ai pu observer des enfants installés sur des coussins à une table basse, lire à plat ventre sur un tapis ou encore, assis sur des ballons d’exercice à un pupitre.

De plus en plus d’enseignants optent pour un aménagement flexible dans leur classe, au grand bonheur des enfants!

Fiston et les « devoirs flexibles »

Quand Fiston a commencé l’école, il y a plusieurs années, nous lui avions aménagé un superbe coin bureau à la maison, tout comme nous l’avions fait deux ans plus tôt pour sa sœur. Mais Petit Loup préférait faire ses devoirs à plat ventre au sol. Il aimait aussi écrire ses mots de vocabulaire debout à la table de la cuisine et faire sa lecture assis sur un coussin par terre.

Évidemment, j’ai eu une pensée pour mon Petit Loup en observant des enfants dans des classes aménagées de façon flexible (flexible seating) : il aurait vraiment été bien et heureux dans ce type de classe!

Les avantages de la classe flexible

Comme la classe flexible a de plus en plus d’adeptes chez les enseignants, il est possible que votre enfant vive cette expérience durant ses années du primaire. Si vous ne connaissez pas le concept, voici quelques exemples d’aménagements de classes flexibles.

À première vue, une classe aménagée sans pupitres en rangs ou en îlots, comme nous sommes habitués de les voir, peut être déstabilisante. L’aménagement flexible comporte toutefois de nombreux avantages :

  • Il permet aux enfants de choisir parmi différents types de sièges celui qui est adapté à leurs besoins.
  • Il permet aux enfants d’être ainsi plus attentifs aux apprentissages.
  • La possibilité de changer de place au cours de la journée semble accroître le niveau d’attention et de motivation des enfants.
  • Il favorise la coopération et la responsabilisation des élèves parce que ces derniers peuvent occuper chacun des espaces de travail et qu’ils doivent s’assurer de les laisser propres et bien rangés après usage.
  • L’implication des enfants dans l’aménagement de leur classe favorise leur engagement et leur sentiment d’appartenance envers l’école.

Bref, comme la capacité d’attention et celle de rester en place sont limitées chez les jeunes enfants, bouger et apprendre en étant installés de différentes façons permet de garder leur cerveau éveillé toute la journée!

Quelques règles de fonctionnement et conditions gagnantes

Afin que chaque enfant expérimente les différents espaces de la classe, la plupart des enseignants organisent un horaire pour permettre une rotation des postes de travail après 20 ou 30 minutes. L’enseignant peut aussi inviter un enfant à changer d’espace de travail s’il observe que l’élève n’est pas pleinement à l’écoute des apprentissages.

Comme il est parfois difficile pour les enfants de bien prendre conscience de leurs besoins, cette façon de faire favorise une meilleure exploration des conditions dans lesquelles ils apprennent le mieux! Le tout avec le soutien de leur enseignant.

Les enseignants doivent également s’assurer que les postes de travail sont adaptés aux capacités physiques de chacun des élèves. Par exemple, un enfant qui a un plus faible tonus musculaire pourrait développer des inconforts en restant trop longtemps assis en tailleur au sol. Il est donc important d’informer l’enseignant de votre enfant s’il présente certaines difficultés ou limitations physiques, afin que l’aménagement flexible de sa classe reste une expérience positive pour lui!

Est-ce que votre enfant est dans une classe ayant un aménagement flexible? Si, oui, comment vit-il cette expérience?

Photo : GettyImages/Weedezign

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur