Allez en paix

Allez en paix
Par Dre Taz, Omnipraticienne

Parfois, une dose de mélancolie transforme mon bureau en confessionnal.


Mes patientes croient être dans le péché. Et seules au monde. J’aimerais tellement vous convaincre : 85 % des mamans ressentent la même chose. Je ne dis pas ça pour vous faire plaisir. Ces chiffres sont basés sur des études sérieuses.

La maternité est bénie et à la mode : le taux de natalité augmente et plus de femmes restent au foyer pour prioriser la famille plutôt que leur carrière.
Secrètement, peut-être ne comprenez-vous pas. Mais c’est inavouable.

Inavouable que la grossesse n’ait été qu’une accumulation de kilos entre les nausées et les maux de dos. Que ces gentils mouvements de pieds dans le ventre s’avèrent de vicieux coups de poing dans les côtes.

Inavouable que l’accouchement vous ait semblé l’enfer et qu’on aurait mieux fait de vous écarteler vive.

Inavouable que bébé ressemble à un nain centenaire à la voix criarde plutôt qu’au chérubin sur les paquets de couches.

Inavouable que vous ressembliez à une baleine elle-même enceinte, avec seins pendouillants et vergetures. Inavouable que votre vagin vous charcute comme un sac de rasoirs et votre vessie coule comme une outre trouée.

Inavouable que vous soupçonniez papa d’avoir quelque chose de grave à se faire pardonner pour ne pas vous quitter immédiatement. De toute façon, il vous énerve : il a l’immense chance de ne pas être une femme, lui.

Inavouable que l’allaitement vous relègue au rang de vulgaire vache nourricière. Vous passez vos journées à changer des couches pleines de ce que vous fournissez entre 2 fissures mamelonnaires. Et en plus, ça vous empêche de manger des sushis et boire du saké.

Inavouable que les régurgitations malodorantes, les diarrhées multicolores et le cordon ombilical sanguinolent vous horripilent. Vous préféreriez être au bureau à taper des dizaines de rapports.

Inavouable que vous émerveiller du moindre battement de paupière de bébé, ça vous ennuie et vous avez envie de faire comme avant : sortir avec les copines et danser jusqu’au petit matin.

Inavouable qu’au lieu d’aller faire du cardio-poussette ou du scrapbooking, vous ne pensez qu’à pleurer, crier et vous enfuir jusqu’à Madagascar.

Inavouable que vous ayez pensé à pire encore.

Et même si vous n’avez pas le « privilège » de toutes ces raisons. Même si les kilos supplémentaires ont disparu  en 5 semaines. Que bébé se réveille toutes les 4 heures pour boire en 2 minutes et fait ses nuits au 9e jour de vie. Que vous faites l’amour toutes les nuits avec le papa le plus merveilleux du monde. Que votre patron vous offre 2 ans de congé payé. Que vos parents se battent pour garder bébé tous les samedis.

Bref, quelle que soit votre situation, vous avez le droit de vous sentir mal.

Vous avez le droit ne pas avoir envie de faire un 2e enfant. Vous avez le droit de penser parfois que vous n’auriez jamais dû avoir le premier.

Vous souffrez peut-être d’une mélancolie passagère, d’un blues du post-partum ou d’une dépression profonde. Lorsque vous irez au parc la prochaine fois, sur une dizaine de mamans, dites-vous que 7 d’entre elles sont, comme vous, dans l’inavouable.

Allons donc, je vous absous, même si je ne sais pas de quoi exactement. Vous êtes la meilleure maman du monde, parce que vous essayez de l’être un peu. Libérez-vous de cette gluante culpabilité qui vous enlise. Allez voir votre médecin et parlez-en.

Allez en paix. Au nom du père, de la mère et de bébé...

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet