Baignade: plaisir ou danger?

Baignade: plaisir ou danger?
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
24 juillet 2020
La piscine est-elle une source de stress pour vous? C’est le cas pour Josée Bournival qui demeure vigilante même si ses enfants savent nager. Sa réflexion.

Léonard demande son ballon dorsal. Son ballon « rose-de-garçon-parce-que-rose-c’est-aussi-pour-les-gars », hérité de ses trois grandes soeurs. Je lui souris, contente qu’il pense par lui-même à sa protection. L’an dernier, il fallait se battre avec fiston pour lui enfiler une flotte.

Léonard a beau dire qu’il « nage tout seul », il a encore besoin de cette aide pour flotter à la surface. Les trois filles, elles, nagent comme de petits poissons dans l’eau. Elles prennent même plaisir à jouer les sirènes sous la surface.

J’avoue que j’ai hâte que Léonard en fasse autant.

La piscine est pour moi une source de stress depuis que je suis maman. Si je n’aime pas trop constater que mes enfants grandissent à la vitesse de l’éclair; autour de la piscine, je suis contente de ne plus avoir de bébé. Chaque été, c’est avec soulagement que je vois leur aptitude à la nage s’améliorer.

Depuis quelques semaines – et comme chaque année - aux bulletins télévisés, trop de noyades sont rapportées. Celles qui concernent des enfants m’écrabouillent le cœur immanquablement. J’arrête de respirer quelques secondes parce que je sais que je pourrais être ce parent dévasté par la mort de son fils ou de sa fille. Parce que je reconnais que je ne suis pas irréprochable autour de notre piscine.

En théorie, c’est si simple de garder un œil sur les petits, d’être vigilant, de leur donner toute notre attention lors des activités aquatiques. Mais en pratique, il y a tant de distractions possibles, tant d’enfants insouciants, tant d’imprévus. Et je ne parle pas de négligence : de rentrer dans la maison pour répondre au téléphone ou d’oublier de verrouiller la clôture qui entoure la piscine. Je parle des secondes où je regarde la prouesse de mes nageuses-pas-trop-synchronisées et que je quitte mon bébé du regard.

Je parle de la fois où une des filles a voulu bien faire en prenant son frère dans ses bras dans l’eau au lieu de lui mettre son flotteur. Je parle des textos qui rentrent et que j’ai trop souvent la tentation de lire si je ne suis pas carrément dans la piscine avec les enfants.

Il suffit de quelques secondes…

Et vous? Est-ce que les activités aquatiques des enfants vous rendent nerveux? Obligez-vous les enfants à suivre des cours de natation? Comment évitez-vous les distractions lorsque vous êtes en famille autour de la piscine?

 

Photo : GettyImages/SanyaSM

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (2)

  1. Miriam 28 juillet 2020 à 15 h 34 min
    Lorsque les enfants se baignent ailleurs et que je suis absente, ils doivent porter un VFI même si ils savent nager. J'ai réalisé que les piscines résidentielles sont trop souvent surveillées par des grands frères ou soeurs, ou encore par quelqu'un qui regarde son téléphone. Je me propose aussi de surveiller lors des fêtes d'enfant. Il y a des initiatives aux États-Unis où les gens portent un collier ou un macaron "water watcher" lorsqu'ils surveillent un plan d'eau, ce qui veut dire que personne ne peut les déranger ou leur demander où se trouvent des objets de la maison. Ils donnent la cocarde à quelqu'un d'autre qui prend le relais au bout d'un moment. Je trouve ça super. Les enfants me trouvent parfois agaçante, mais ils savent que je refuse tous les jeux qui implique de l'apnée ou des cascades ou de la bagarre dans l'eau, ainsi que tout autre jeu qui débute par les mots "hey regardez bien ça tout le monde", ce qui annonce un comportement téméraire à coup sûr. À la piscine publique ou au parc aquatique, je me considère la personne responsable de la sécurité aquatique des mes enfants car les ratios baigneurs/sauveteurs sont trop peu élevés. Lors d'un cours de natation de la Croix-Rouge d'un de mes enfants, j'ai déjà vu une petite fille en détresse pendant que la monitrice corrigeait la technique d'un autre enfant. J'ai dû intervenir. Les enfants qui délaissent l'aide flottante sans avoir une taille suffisante pour toucher le fond de la pisine sont particuliérement à risque. Bref, j'aime mieux prévenir!
  2. Josée Bournival 29 juillet 2020 à 08 h 04 min
    Bonjour Miriam. Comme vous le souligner justement, on ne peut pas être trop prudent. J'aime mieux être la maman fatiguante et avoir des enfants en vie. Merci d'avoir partagé cette idée du "water watcher". C'est trop peu souvent utilisé. Et quelle brillante initiative que de s'offrir pour surveiller la piscine lors des fêtes d'enfants. Chapeau! Josée XX

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager