Avez-vous pris le temps de lui dire merci?

Avez-vous pris le temps de lui dire merci?
Par Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir
4 février 2020
La Semaine des enseignantes et des enseignants se déroule du 2 au 8 février. C’est l’occasion de souligner le travail de ceux et celles qui s’activent pour la réussite de milliers d’élèves partout au Québec.

La Semaine des enseignantes et des enseignants qui a lieu présentement est une belle occasion de souligner le travail inouï de ceux et celles qui travaillent à la réussite éducative de milliers d’élèves et qui contribuent du même coup au développement de notre société.

Permettez-moi donc de profiter de cette tribune pour souligner le travail de Madame Michaud, l’enseignante au primaire de ma fille.

Elle a passé plus de 900 heures avec ma fille.

Elle l’a patiemment écoutée raconter le film qu’elle a vu, les prouesses de son chat Arthur ou la chicane avec sa demi-sœur.

Elle a ri avec elle, même si elle était fatiguée ou si elle avait des soucis personnels.

Elle a passé plusieurs minutes de ses temps libres à magasiner (parfois à ses frais) des livres ou du matériel.

Lorsque ma puce a fait pipi lors d’une présentation devant la classe, elle a manigancé pour éviter que les autres enfants ne rient d’elle et protéger son estime personnelle.

Elle a pris le temps d’écouter mes inquiétudes et de me donner des conseils.

Quand ma fille a été malade, elle lui a fait reprendre son examen manqué pendant son heure de dîner, acceptant, comme souvent, de sacrifier sa pause ou retardant son départ pour lui permettre de réussir.

Vous côtoyez une enseignante ou un enseignant? Faites comme moi et prenez quelques minutes pour la ou le remercier pour son travail exceptionnel!

Elle a partagé sa propre collation quand ma fille a eu faim alors que je tardais à venir la récupérer.

Elle lui a expliqué le français et les mathématiques bien sûr, mais aussi la vie, la mort, le monde…

Après l’avoir apprivoisée et observée, elle a tout fait pour l’aider à atteindre son plein potentiel.

Merci, Madame Michaud, d’avoir choisi d’enseigner! Les enfants qui vous ont eue sont bien tombés.

Je sais bien que vous, chers parents, n’avez peut-être pas la chance que son père et moi avons eue. Peut-être que le courant ne passe pas bien avec l’enseignante de votre enfant... que les suppléants se succèdent… que l’école est mal en point… qu’il n’y a pas suffisamment d’orthophonistes, d’orthopédagogues ou de psychologues… qu’il y a trop d’élèves par classe…

Mais n’empêche que c’est avec son enseignante*, que votre enfant passe la plus grande partie de ses journées. Lorsque votre enfant voit que vous avez un bon lien avec elle, il comprend que vous la respectez et que ce qui se passe à l’école est important. Cela l’aide à être motivé à l’école.

Voici ce que vous pouvez faire pour établir un bon lien avec l’enseignante :

  • Montrez à votre enfant que vous faites équipe avec elle en ne parlant pas en mal d’elle devant lui.
  • Encouragez votre enfant à suivre ses demandes et ses consignes.
  • Prévenez l’enseignante si votre enfant présente certaines difficultés (ex. : problème de comportement, difficulté à gérer sa colère ou à respecter les consignes, problème de langage) ou si votre enfant vit une situation difficile (ex. : séparation, maladie d’un proche, perte d’un grand-parent). Cela l’aidera à intervenir auprès de lui.
  • Ayez des attentes réalistes envers l’enseignante. Elle ne peut pas s’occuper de 15 à 20 enfants de la même façon qu’en garderie, ni prendre en considération les demandes particulières de chacun des parents.
  • Si votre enfant vit une difficulté, n’attendez pas avant de lui en parler. Misez sur la recherche d’une solution. Il est préférable d’expliquer ce qui vous dérange et d’écouter le point de vue de l’enseignante au lieu de lui faire des reproches.

Comme vous, l’enseignante veut que votre enfant réussisse bien en classe. Faire équipe avec elle aide votre enfant dans ses apprentissages.

Bonne semaine, chères enseignantes, et sachez que votre travail est apprécié!

 

*À noter que j’ai choisi d’utiliser le terme « enseignante » étant donné la très grande proportion de femmes qui occupent ce poste au préscolaire et au primaire. Si vous êtes un homme et que vous faites ce métier, ce texte est tout autant pour vous, bien sûr!

 

Photo : GettyImages/SDI Productions

Partager