Mon enfant sait lire

Mon enfant sait lire
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
12 décembre 2019
C’est la troisième fois que Josée a le privilège de constater qu’un de ses enfants a déchiffré l’alphabet et qu’il sait lire. Chaque fois, ça l’émeut terriblement.

Je suis assise au salon avec Blanche. Elle tient un roman entre ses mains et m’assure qu’on n’a pas besoin de commencer à la première page puisqu’elle a déjà « lu » le premier chapitre.

Ma poulette est en première année. Depuis septembre, elle apprend les sons produits par les lettres de l’alphabet. Elle regarde les boites de céréales ou les affiches sur le bord de la route et nous demande ce qui y est écrit. Cet intérêt me fait plaisir.

Aujourd’hui, elle prétend avoir lu, toute seule, le début d’un livre…

– Ça parlait de quoi, le premier chapitre?

Je pensais la mettre en boite, mais avec confiance, elle me fait un résumé. Je me doute qu’elle invente ou qu’elle a imaginé ce récit en regardant les illustrations.

– Je l’ai pas lu, moi, le premier chapitre. Tu voudrais m’en faire la lecture? que je l’implore.

Le plus naturellement du monde, ma fille déchiffre les mots inscrits dans le livre. Son débit de lecture est suffisamment rapide pour bien garder le fil de l’histoire. Je n’en reviens tout simplement pas…

– Blanche, tu sais lire! Tu sais lire, ma poulette!

C’est la troisième fois que j’ai le privilège de constater qu’un de mes enfants a déchiffré l’alphabet et qu’il sait lire. Chaque fois, ça m’émeut terriblement. Pour moi, c’est aussi important comme étape que les premiers pas ou les premiers mots. C’est tout un univers qui s’ouvre à soi lorsqu’on sait lire.

– TU. SAIS. LIRE!!!

J’ai répété cette phrase toute la soirée, comme une folle. Pas la peine de vous dire que j’ai déjà prévu l’achat de nouveaux livres à glisser sous l’arbre de Noël.

Mon enfant sait lire.

Ça ne fait pas ma journée. Ça fait mon année!

Et vous? De quelle étape du développement de votre enfant êtes-vous le plus fier? Trouvez-vous difficile d’accompagner votre enfant dans l’apprentissage de la lecture?

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (10)

  1. caroline panneton 13 décembre 2019 à 18 h 43 min
    J'avoue que comme parents nous sommes fiers de presque toutes les étapes du développement de chacun de nos enfants, y compris l'étape de la préadolescence.... même si j'ai le toupet qui frise parfois! Mais sans aucun doute, lorsque les paroles sortent de la bouche de mes enfants et qu'ils me lisent des histoires avec appétit, c'est plus que merveilleux. En un simple et petit laps de temps, ils ont acquis une grande richesse. Les laisser libre d'apprendre à leur rythme aussi. Pas de pression et ils seront tellement confiant et comprendront le plaisir de la lecture. C'est extraordinaire le travail derrière eux, qui a été fait. Par ses profs et nos petits mousses qui travaillent fort ensemble pour en arriver à ce résultat. Moi je n'ai que le mérite de pouvoir savourer une histoire, chaque soir, avec chacun d'entre eux!
  2. Josée Bournival 15 décembre 2019 à 07 h 59 min
    Ma chère Caroline, je vous souhaite de charmantes histoires journalières agrémentées de chocolat chaud pour la période des fêtes! Contente de lire que ma fierté est partagée. ;-) Josée XX
  3. Michel 14 décembre 2019 à 16 h 35 min
    Comme grand-papa j'ai pu vivre cette expérience (journée inter-génération) à l'école de mon petit-fils et c'est en effet une grande surprise et joie de vivre cela. Merci à l'école qui nous a fait vivre ce bel après-midi.
  4. Josée Bournival 15 décembre 2019 à 08 h 01 min
    Bonjour Michel. Quelle excellente idée, en effet. Les enfants s'épanouissent tellement au contact de leurs grands-parents et j'ose croire que les papis et mamies de ce monde sont également nourris par cette relation. Merci de nous avoir écrit! Josée XX
  5. Imene 15 décembre 2019 à 15 h 30 min
    Félicitations pour ta fille Josée je suis super contente pour vous deux; pour moi le moment où j'ai pleuré se joie quand ma fille de 2 ans et demi a prit son livre d'animaux et nous a dit cochon et crocodile moi et son père on était ému mais j'avais les larmes aux yeux...
  6. Josée Bournival 16 décembre 2019 à 11 h 10 min
    Bonjour Imene. ;-) Les enfants sont de véritables éponges. Il est fascinant de constater qu'ils retiennent ce qu'on leur dit, leur apprend, leur montre. Que de fierté, n'est-ce pas? Josée XX
  7. Catherine 16 décembre 2019 à 09 h 43 min
    Ma fille est entrée à la maternelle il y a trois mois. Même si j'ai toujours adoré lire (avant elle et maintenant avec elle), mes réponses à ces questions sur les lettres, les mots se sont toujours limitées au strict minimum -- ma crainte étant qu'elle s'ennuie à l'école si elle en apprenait beaucoup avant qu'on ne lui enseigne formellement. Maintenant, à la maternelle, ils voient une lettre chaque deux semaines. Malgré le peu qu'on lui montre, on a réalisé il y a un mois qu'elle était déjà capable de lire des mots pas si évidents (famille, jours, etc.) et, en plus, qu'elle était capable, par déduction, d'en écrire certains; parfois avec des fautes mais des fautes néanmoins "logiques" (par ex., "bisscote"). Là, cette semaine, ce sont des phrases qu'elle déchiffre. Je suis fière, évidemment, mais surtout émerveillée et admirative : c'est tellement impressionnant de voir à quel point le cerveau des jeunes enfants est disposé aux apprentissages. Ma fille demande constamment à être nourrie de nouvelles connaissances, à développer de nouvelles aptitudes. C'est parfois déchirant de la "ralentir" pour ne pas qu'elle s'ennuie dans le système scolaire, alors qu'elle nous démontre qu'elle pourrait en apprendre tellement plus et plus vite...
  8. Josée Bournival 16 décembre 2019 à 11 h 21 min
    Bonjour Catherine. Je comprends très bien votre dilemme. Mais plutôt que d'avoir l'impression de freiner votre fille, pourquoi ne pas simplement constater qu'elle pédale son vélo au rythme qui lui convient et qu'elle a tellement d'aisance que vous pouvez lui montrer le paysage aux alentours? Autrement dit: utilisez cet intérêt et cette force qui sont naturels chez elle pour l'éveiller à d'autres passions. On n'empêche pas une fleur de pousser, hein? Et ne craignez pas trop pour l'ennui à l'école. Il y en aura, sûrement... mais il y a aussi de merveilleux professeurs qui ne demandent pas mieux que de nourrir les petits esprits curieux. Josée XX
  9. Marie 16 décembre 2019 à 18 h 28 min
    J'ai eu le plaisir de vivre ce beau sentiment cette année. Je vous avouerais que j'étais d'autant plus soulagée de voir qu'elle n'était de toute évidence pas dyslexique comme son grand frère, de réaliser que ce serait tellement plus facile pour nous deux.
  10. Josée Bournival 17 décembre 2019 à 10 h 07 min
    Ma chère Marie, je sympathise! Quand on connaît l'importance de la lecture tout au long du parcours scolaire, on ne peut qu'espérer un intérêt de l'enfant et une facilité à décoder les lettres. Contente que l'histoire ne se répète pas pour vous. ;-) Josée XX

Partager