Besoins particuliers: quand la différence d'un enfant dérange

Besoins particuliers: quand la différence d'un enfant dérange
16 octobre 2019
Le fils de Jean-François Quessy aura bientôt 7 ans. Il a des besoins particuliers et, plus il grandit, moins il passe inaperçu en public. Fait vécu.

Mon plus jeune aura bientôt 7 ans. Il a des besoins particuliers et, plus il grandit, moins il passe inaperçu en public. Il n’y a pas si longtemps, il était plus petit et, lorsqu’il parlait fort, qu’il saluait à peu près n’importe qui et qu’il babillait des mots incompréhensibles, ça avait un petit quelque chose de mignon.

Après tout, il était petit!

Maintenant, même s’il est beau comme un cœur (Dieu, merci, ça aide!), certaines personnes sont de moins en moins subtiles et compréhensives.

Pourtant, plus il vieillit, plus c’est clair qu’il est différent!

Mais, visiblement, c’est moins « cute » qu’avant...

Un événement récent

Il y a quelques jours, je suis sorti faire l’épicerie avec lui.

Ce jour-là, il était très dur à tenir en place : il criait beaucoup (de joie) et je devais faire preuve de mille et une stratégies pour tenter de le calmer ou pour le divertir. Il était assis dans le panier, un sac de patates sur lequel il tapait pour jouer de la musique à sa gauche et un pain écrasé sur lequel il s’était pratiqué juste avant, à sa droite.

Bien franchement, entre une petite crise d’épilepsie, son retard sévère de langage, sa déficience intellectuelle évidente et son TDAH, nous passions difficilement inaperçus.

Dans tout ce branle-bas de combat, je réussissais tout de même à porter attention aux encouragements que la plupart des gens m’envoyaient, que ce soit par le biais d’un simple sourire ou par des regards empreints de compassion.

Ça a l’air de rien, mais ça fait toujours du bien.

Puis, il y a eu cette dame, au moment de payer notre commande, qui ne m’a jamais regardé, mais qui dévisageait mon enfant à répétition.

Elle déposait ses articles sur le tapis roulant, puis se retournait pour lui lancer des regards foudroyants.

C’est alors que j’ai employé la technique que j’utilise régulièrement lorsque je rencontre des gens qui agissent de la sorte : parler à mon enfant à voix haute, comme si ladite personne ne m’entendait pas.

- Moi : « Oh, mon homme! Je pense que la madame à côté aimerait beaucoup ça te garder en fin de semaine. Elle a l’air d’aimer les enfants différents puis d’être TRÈS TRÈS patiente... »

[Une autre dame à côté de moi trouvait visiblement mon truc très drôle.]

- Moi : « Tu sais, y’a des gens comme ça. S’ils faisaient deux, trois ou quatre crises d’épilepsie par jour en plus d’avoir une déficience intellectuelle, peut-être qu’ils crieraient aussi comme toi de temps en temps et qu’ils comprendraient mieux. »

Habituellement, ça crée un malaise et la personne essaie de quitter le plus vite possible!

Cette fois, la dame d’un certain âge s’est retournée.

- Madame : « Non, j’crierais pas comme ça en public, moi. »

- Moi : « Hum... Ma chère dame. Je trouvais que mon message était bon... Vous allez pouvoir relaxer, on a terminé. Éli-Noam, tu lui dis bye? »

Et c’est là que mon garçon, les deux bras en l’air avec un grand sourire, lui a crié possiblement le plus FORT bye-bye de toute sa vie!!!

Puis je me suis retourné, en riant intérieurement et en me disant que oui, il y aura toujours des gens insensibles devant la différence. Mais, heureusement, il y a tous les autres.

Alors, nous sommes repartis, heureux, en jouant de la musique sur un sac de patates et sur du pain écrasé, en mangeant des raisins qui n’avaient pas encore été lavés (un père finit par lâcher prise!).

 

Photo : Jean-François Quessy

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. Marika 16 octobre 2019 à 19 h 00 min
    Ohh! Votre texte m’a fait sourire. Vous avez de la répartie :)
  2. Isabelle 16 octobre 2019 à 19 h 34 min
    Bravo pour votre résilience! Un bon papa, fort et drôle! 😃 Je débute cette aventure x2 (la différence qui dérange) et je crois sincèrement que nous sommes tous différents à notre façon et que heureusement, les enfants l’expriment haut et fort. Et c’est beau à voir! Surtout avec les sacs de patates et les pains écrasés 🙃
  3. Laure 16 octobre 2019 à 19 h 50 min
    Wow! touchant et bien triste pour cette vieille dame qui me semble du coup assez empotée dans ses relations !
  4. Anabelle 17 octobre 2019 à 06 h 38 min
    L'histoire de ma vie... (mon garçon a seulement 4 ans...) et jai un 2e enfant plus jeune (ma dille a moins de 2 ans. J'aimerais atteindre ce niveau de "je m'en foutisme" Je suis vraiment pas rendu là! Quand les gens parlent de mon ptit, je deviens une maman grizzly prête à défendre ses petits. L'incompréhension est tout un obstacle pour moi au quotidien... De plus, mon garçon n'a pas encore été diagnostiquer, alors je vis parfois la même impatience et le jugement de la part de ma propre famille. Une maman épuisée...
  5. Geneviève Beaudry-Leclerc 18 octobre 2019 à 08 h 49 min
    Bonjour, J’ai une fille de 3 ans à besoins particuliers aussi. Souvent, je suis gênée de ce que les autres vont penser surtout lorsqu’elle ne répond pas lorsqu’on la salue. Bien souvent, elle passe inaperçue mais récemment mon mari m’a partagée qu’elle avait crié des biscuits à la mélasse à un étranger. J’ignore comment elle évoluera avec le temps mais je sais que ça prend beaucoup de courage et de resilience pour faire face au quotidien à ce qu’elle est. Nous l’aimons très fort mais c’est Clairement un autre parcours, plus hardi. Notre foi nous permet de faire confiance à Dieu qui peut faire plus grand que nous pensons et imaginons en elle. 😉 Bon courage!
  6. Josée Lemay 17 octobre 2019 à 10 h 21 min
    On dit souvent que dans tous les métiers, il y a des personnes incompétentes. Ce qui est encore plus triste, c'est de voir qu'il y a aussi de l'incompétence humaine!!!! Bravo pour votre résilience!
  7. Karine Majeau 17 octobre 2019 à 10 h 30 min
    Bravo à un papa plein d'amour pour son garçon!
  8. Manon Ducharme 18 octobre 2019 à 09 h 08 min
    Pour avoir été témoin d'une expérience semblable à la votre dans un magasin de vêtements, je peux vous dire qu'on voit de plus en plus des parents comme vous et je vous dit bravo!
  9. Célyne Beaudoin 19 octobre 2019 à 15 h 20 min
    Que j'aime votre réaction....Dire les choses...exprimer positivement votre réalité...afin de peut être faire réfléchir ce genre de personne...Bravo, Bravo, Bravo!!!!!
  10. Jacques Chenard 20 octobre 2019 à 07 h 31 min
    Je peux comprendre ton sentiment envers ces personnes qui laissent voir leur frustation devant ces enfants différents pourtant si affectueux à leur temps. Tu as toute mon admiration mon cher ami.LGP 42ĹL
  11. Mathilde Wadia 25 octobre 2019 à 14 h 06 min
    J'ai beaucoup aimé votre réaction et elle montre combien de fois vous aimez votre enfant. Ce n'est pas du tout facile de faire face à l'indifférence et à la cruauté des gens envers des enfants qui n'ont pas demandé à être aussi différents des autres… Bravo encore
  12. Mathilde Wadia 25 octobre 2019 à 14 h 08 min
    J'ai beaucoup aimé votre réaction et elle montre combien de fois vous aimez votre enfant. Ce n'est pas du tout facile de faire face à l'indifférence et à la cruauté des gens envers des enfants qui n'ont pas demandé à être aussi différents des autres… Bravo encore
  13. Evelyne 12 novembre 2019 à 09 h 16 min
    Hello Vu hier film (avec V.Cassel entre autres) qui raconte le quotidien d’adolescents autistes et de leurs Aidants ; une leçon de courage, de dévouement, de pugnacité... Extraordinaire !!! Haut les cœurs ❤️ Bravo à vous 😘

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager