Mon gars, mes outils et moi

Mon gars, mes outils et moi
22 août 2019
Bientôt l’école, une nouvelle étape qui commence. Pour certaines étapes, on n’a pas le contrôle. Pour d’autres oui. Enfin, on aime le croire!

Mon plus vieux entrera bientôt en 2e année. Une nouvelle étape qui commence sans qu’on ait vraiment le contrôle. Le temps nous mène là où il faut. Mais, il y a aussi de ces étapes sur lesquelles on a le contrôle… ou du moins, on aime le croire!

L’autre jour, je faisais le ménage de ma pièce où trônent (et traînent) mes outils. En rangeant minutieusement tournevis et boulons, je me suis rendu compte que mes gars ne venaient jamais vraiment dans cette pièce. Ça a sûrement à voir avec le fait que je leur ai souvent dit de ne pas y aller. Mine de rien, les boulons sont colocs avec des lames et des outils tranchants.

Mes gars sont assez dociles de nature. Donc, ils n’y ont jamais vraiment mis les pieds. Mais là, mon plus vieux a 7 ans et, en rangeant ces outils, je me suis dit qu’il serait peut-être temps de passer au prochain niveau (sans mauvais jeu de mots).

Mon plan

Me voilà donc maître du jeu, à « fabriquer » ce prochain niveau. Je prévois demander à mon fils d’aller me chercher quelque chose en bas, sur l’établi ou dans le gros coffre rouge juste à côté.

Je suis donc là à tenter d’imaginer un plan pour initier mon gars à cet environnement plein d’outils. Un ruban à mesurer ferait bien l’affaire, tant qu’à prendre du galon! Un ruban pas trop gros, atteignable, mais pas trop en évidence. Je veux qu’il explore (en surface pour l’instant; on plongera plus creux la prochaine fois). Je place donc le ruban dans un tiroir à sa hauteur dans le gros coffre rouge, parmi d’autres outils qu’il connaît, comme des tournevis et un petit marteau de finition.

Voilà, je suis prêt. Tout est en place.

Sauf que…

Plus j’y réfléchis, moins je trouve l’idée bonne. J’ai « planifié » une étape. J’ai mis des coussins sur tous les petits coins que le destin impose pour faciliter la vie à mon gars. J’ai fait ce qu’un parent veut toujours faire, d’instinct, c’est-à-dire aider son enfant en lui facilitant la vie. Mais la vie, ce n’est pas toujours facile, à ta hauteur, là devant tes yeux. Faut que tu cherches, que tu te casses la tête, que tu te cognes un doigt, que tu te grafignes.

Personnellement, je ne trouve JAMAIS mes maudits rubans à mesurer, même si j’en ai quatre. Pourquoi est-ce que mon gars devrait les trouver facilement?

Ça fait que j’ai tout remis à sa place. Les tournevis avec les tournevis. Le ruban avec les autres en haut du coffre rouge. Le petit marteau dans le petit coffre. Je vais savoir où ils sont pour les prochains jours au moins!

Quand j’aurai vraiment besoin de quelque chose, je demanderai à mon gars d’aller me le chercher. Je lui dirai à peu près c’est où, parce que je saurai à peu près où c’est. Il cherchera, reviendra avec la mauvaise affaire et retournera chercher.

Et quand il aura trouvé le bon outil, il sera fier de lui. Et moi aussi.

Et on mettra un pansement là où il faut. 😊

 

Vous pouvez aussi suivre Keven Beauregard sur sa page Facebook Fier Père.

 

Photo : GettyImages/Kryssia Campos

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Tous les billets de l'auteur

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager