Répondre à leurs besoins

Répondre à leurs besoins
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
4 avril 2019
Il n’est pas toujours facile de répondre aux besoins de nos enfants, dans le tourbillon des routines de semaine.

Léonard hurle. Il est sept heures du matin, je dois faire déjeuner mes quatre loupiots, coiffer les trois filles, aider les deux plus jeunes à se brosser les dents, habiller mon garçon. Mais Léonard hurle.

- Je veux me faire bercer.

Je n’ai pas le temps : j’ai besoin de chacune des minutes avant notre départ de la maison pour garnir les boites à lunch, essayer de dompter ma tignasse, prévenir l’école de l’absence de ma grande qui a un rendez-vous cet après-midi et écrire un message à ma belle-mère dont c’est l’anniversaire.

Idéalement, j’aimerais aussi partir une brassée de lavage, nettoyer la table de la cuisine et brosser les chats (la mue printanière… misère!)

- JE VEUX ALLER AVEC TOI DANS LA CHAISE BERÇANTE.

J’ai d’abord expliqué la situation : « on va être en retard ». Ensuite, j’ai proposé un compromis : « on pourra se coller ce soir ». J’ai tenté de détourner son attention : « t’as envie de manger tes céréales dans le bol bleu ou le jaune? » Rien n’a fonctionné. La crise continuait.

Pendant une fraction de seconde, j’ai pensé à l’ignorer. À le planter là avec sa demande. À me verser une tasse de café et à accomplir mes nombreuses tâches matinales.

- Viens, mon loup.

Je me suis dirigée au salon, je l’ai laissé monter sur mes genoux et essuyer son visage plein de larmes contre mon pyjama. Je l’ai bercé en essayant d’oublier le temps. J’ai respiré l’odeur de ses cheveux…

- OK, maman. Je veux le bol bleu.

Ça m’a coûté seulement trois ou quatre minutes. Mais j’ai eu un matin parfait par la suite, avec un garçonnet de bonne humeur. Bon, j’avais une terrible queue de cheval quand j’ai quitté la maison, mais personne n’a ri de moi ou passé de remarque sur le sujet à ma réunion.

Je constate que répondre aux besoins de mes enfants est toujours gagnant. Pas toujours évident, mais toujours gagnant. Une fois le besoin comblé, ils redeviennent des anges. J’ai tendance à l’oublier, à l’occasion, dans le tourbillon des routines de semaine. J’ai pensé que je n’étais pas la seule et que ça vous ferait peut-être du bien de le lire… ;-)

Et vous? Arrivez-vous facilement à répondre aux besoins de vos enfants? Vos petits sont-ils du genre « raisonnable et qui peut patienter » ou des bêtes d’affection qui veulent tout, tout de suite?

 

Photo : GettyImages/AleksandarGeorgiev

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (29)

  1. Pascale 5 avril 2019 à 10 h 17 min
    Merci Josée pour ce beau rappel! Et c'est encore vrai, même à l'adolescence! Ce matin, j'ai pensé à ton blogue quand ma grande cherchait mon attention alors que je me laissais envahir pour le rythme fou du matin. J'ai pris une pause de quelques minutes qui ont fait toute la différence par la suite.
  2. Josée Bournival 6 avril 2019 à 10 h 25 min
    Bonjour Pascale. C'est si simple comme solution et pourtant, si difficile à faire quand on est au coeur de la tempête. Bravo à nous d'essayer, de temps en temps, d'arrêter la course et de profiter de nos merveilleux enfants. Josée XX
  3. Imene 5 avril 2019 à 12 h 12 min
    Oh que non tu n'es pas la seule, moi aussi ça m'arrive d'être perdu dans mes routine entre la cuisine et le ménage de la maison on oubliant que j'ai deux bébés, une de 22mois et un nouveau née et je m'en veux tellement
  4. Josée Bournival 6 avril 2019 à 10 h 26 min
    Bonjour Imene. Soyez tout de même indulgente avec vous... surtout avec un nouveau-né. Comment ça se passe, justement? Comment vont vos deux amours? Josée XX
  5. Imene 6 avril 2019 à 12 h 01 min
    Merci pour ta réponse Josée, je ne vais pas te mentir et te dire que tout va bien, mon bébé pleure toute la journée à cause des coliques et là grande ça commence les terrible two... donc je me sens épuisée physiquement et moralement j'essaie de trouver des solutions mais ça reste difficile à gérer
  6. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 27 min
    Ma chère Imene. Je suis de tout coeur avec vous. Et je vous félicite de ne pas prétendre que tout va bien. Pour ma part, j'ai eu un seul bébé à coliques et j'ai trouvé l'expérience difficile. Je compatis. Ici, le seul réconfort est venu du portage ventral (avec une écharpe) en peau à peau idéalement (je portais les vêtements de mon amoureux par-dessus Clémentine et l'écharpe de portage. La chaleur et le mouvement aidaient un peu. Également prendre mon nourrisson à plat ventre contre mon avant-bras avec la 2e main entre les jambes du bébé. Quant au terrible 2: on choisit nos batailles! Ce sont de difficiles moments, mais vous serez fière de vous quand ils seront terminés. Courage! Josée XX
  7. Imene 18 avril 2019 à 12 h 36 min
    Merci beaucoup Josée pour ton encouragement, à chaque fois que je te lis je me sens forte
  8. Caroline 5 avril 2019 à 17 h 04 min
    Sans remords, mais il m'aura fallu avoir 4 enfants pour comprendre ça!! Avant, j'avais peur de créer un mauvais plis et peur du jugement des proches. Bref, en répondant ,dans la mesure du possible, à leurs besoins peut importe ce besoin maintenant ou tantôt, me permet de faire une pause de ce rush de la vie. Mes enfants me donne la chance de mieux profiter de ses petites choses de la vie pour me rapprocher d'eux. Des souvenirs! J'essaye toujours de montrer que je suis accessible et ouverte à leurs besoins et cela fait en sorte, du moins ce que j'en conclu, qu'ils le son pour moi lorsque moi ou leur Papa, avons besoin.
  9. Josée Bournival 6 avril 2019 à 10 h 27 min
    Allo Caroline. C'est une belle façon de percevoir votre relation avec les enfants. D'égal à égal. Donnant-donnant. Parce que tôt ou tard, ils seront adultes et nous offrirons ce qu'ils ont reçu de nous. ;-) Josée XX
  10. Caroline 8 avril 2019 à 06 h 38 min
    Bonjour Josée, Écrit comme ça, ça fait un peu peur ;-) Mais oui donnant-donnant, on si retrouvent. n'empêche qu'il y a une part qui reste d'être parents et eux les enfants. Si je me fais réveillé par ma fille de 8 ans qui vient juste à mes côtés, pour me demander un kleenex, ça se peut que je lui réponde qu'elle peut se servir par elle-même ;-) Il m'arrive à moi aussi, de reporter leurs besoins, loin sur ma liste, parce-que leur autonomie est une meilleure option. Pendant que je répond à un besoin d'un de mes enfants, les autres peuvent faire preuve de débrouillardise. Un équilibre, je crois! Il m'arrive d'être incohérente et d'avoir le cerveau en compote. 👍 xx
  11. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 28 min
    Caroline, je pense que vous décrivez bine la réalité de tous les parents: on fait de notre mieux, mais on est imparfait. ;-) Josée XX
  12. Suzana 5 avril 2019 à 21 h 19 min
    Bravo Josée! Si vous arrivez à arrêter le temps et advienne que pourra pour ses petits moments de bonheur et ensuite réaliser que c'est exactement ce qu'il faut! Ce n'est pas facile de freiner et de ce dire ok j'arrête et 2bad il faut que je le fasse! Parce que gérer un matin avec un mini humain frustré et qui ne veut plus coopérer .... ça prend BEAUCOUP plus de temps qu'une accolade sur une chaise et ça part mal une journée en titi , en plus d'avoir fait un environnement degueulasse dans la maison pour TOUTE ta famille, de t'avoir frustré pour ensuite avoir des remords au long ta journée. Bercer ton bébé, lui sentir les cheveux et l'aimer c'est tellement plus beau! Bref, un 2,3 minutes bien placé! Bravo si tu as été capable parce que ouff c'est pas facile quand ont est dans le feux de l'action.
  13. Josée Bournival 6 avril 2019 à 10 h 30 min
    Allo Suzana. J'aimerais prétendre que je le fais tout le temps, mais la vérité, c'est que j'oublie parfois cette simple leçon. Certaines journées où j'ai des contrats qui me stressent ou un rendez-vous important, j'ai de la difficulté à "prendre le temps". Mais être conscient du problème, c'est un pas vers la solution, non? Josée XX
  14. Véronique 6 avril 2019 à 11 h 34 min
    C'est tellement vrai! Je ne prends pas toujours le temps et je me convainc de ne pas céder par peur qu'il en veuille plus et plus les jours suivants (ce qu'il a tendance à faire). Mais j'oublie qu'il est encore petit à 6 ans. Et qu'après une longue maladie chez sa grande soeur et la nouvelle arrivée d'une petite soeur, il a grand besoin de câlins et d'attention dans le tourbillon quotidien. Merci de me rappeler de m'arrêter plus souvent!
  15. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 30 min
    Ça me fait plaisir, Véronique! C'est également un rappel pour moi. ;-) Il y a des trucs simples qui changent parfois le quotidien... josée XX
  16. Annie Boulanger 7 avril 2019 à 07 h 27 min
    Chez nous les câlins sont obligatoires tous les matins en se levant. Se souhaiter bon matin et en profiter pour lui rappeler la routine du matin.!
  17. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 32 min
    Bonjour Annie. C'est une merveilleuse habitude que vous avez prise et qui doit débuter à merveille la routine matinale. Je vais m'en inspirer. ;-) Josée XX
  18. Robert Beriau 7 avril 2019 à 16 h 20 min
    Oui et c'est tout à fait correct et pas juste pour les enfants. Si notre blonde ou chum part le matin sans nous donner un bec ou un calin, on n'aime pas vraiment cela...alors encore pire pour nos petits cœurs d'amour - GranPa Robert
  19. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 34 min
    Bonjour Robert. On sent toute votre sagesse à travers ce court commentaire. Être plus humain et à l'écoute de l'autre, c'est effectivement bon pour les relations amoureuses, professionnelles, amicales et plus! Josée XX
  20. Annik Martel 8 avril 2019 à 10 h 50 min
    Bonjour Josée, J'adore vous lire. J'ai 3 garçons de 10 a 3 ans, et le petit dernier s'en vient d'ici 4 semaines. Et oui! Un autre petit garçon. Ma réalité sera aussi à la queue de cheval décoiffe. Mais vous avez raison, prendre le temps de répondre a leurs besoins est toujours gagnant chez nous aussi. Cela prend quelques minutes seulement contre un éternel obstinage et tout le monde repart heureux! Annik
  21. Josée Bournival 15 avril 2019 à 10 h 35 min
    Bonjour Annik! Toutes mes félicitations pour cette nouvelle grossesse! J'espère que ça se déroule bien pour vous? Un bébé de printemps... que du bonheur!!! Au plaisir. Josée XX
  22. Mounia 16 avril 2019 à 16 h 07 min
    Bonjour, Tout est dans l équilibre comme vous le dites. Il est important aussi de faire la distinction entre besoin et désir. Le besoin de Léonard d un calin et le désir d avoir un mouchoir par exemple ;-) C est parfois très compliqué de les distinguer et en même temps, c est le fait de nourrir les besoins qui va permettre à l enfant de s épanouir. Les désirs quant à eux peuvent l être parfois et parfois pas. Au risque de voir des parents qui ne respectent ni nourrissent leurs propres besoins et sont dépassés par un enfant-roi. J aime beaucoup cet article qui me rappelle que bien souvent nous tentons de suivre notre programme coûté que coûte, plongeant dans un conflit inutile, alors que la solution est à portée de main...Merci Josee
  23. Pascale 16 avril 2019 à 22 h 56 min
    En effet je trouve important de leur accorder du temps de qualite dans nos matins pressés. Ils subissent notre train de vie qui bien trop exigeant. Ils.ont le droit d'exprimer leur besoins et sentiments. Y répondre me fait réaliser que le plus important est le bonheur de ma famille.
  24. Deborah 18 avril 2019 à 06 h 43 min
    Mille fois merci. J'ai beaucoup de difficulté à interrompre une tache une fois commencé, et on a toujours une longue liste de choses à faire... Merci pour ce rappel que 2 minutes, ça peut changer le ton de la journée pour le mieux, et ça ne coute pas cher en temps. Vaux mieux 2 minutes de câlins ou de communication attentionnée que 15 minutes de frustration! Bon rappel 😉
  25. Reyhana Sall 18 avril 2019 à 11 h 55 min
    Bonjour pour moi c'est different car je vis à 450km de ma fille de 2 ans et on ne se voit qu'une seule fois par moi mais une fois que je franchis la porte de la maison elle abandonne toutes ces activités rien que pour rester avec moi et des fois quand elle fait ces caprices cela m'énerve à tel point que j ai envie de la donné un fessé car je ne sais pas comment réagir dans ces cas la
  26. Jo 20 avril 2019 à 13 h 07 min
    Seigneur.. je vous suggère fortement de continuer à lire les billets de naître et grandir et de vous documenter sur l'éducation et les approches d'intervention! Vous avez beaucoup à apprendre apparemment.
  27. Imene 18 avril 2019 à 12 h 39 min
    Merci beaucoup Josée pour ton encouragement, à chaque fois que je te lis je me sens forte
  28. Andréanne 19 avril 2019 à 08 h 37 min
    Tellement vrai. On me dit souvent que je réponds aux « caprices », mais on oublie souvent que les enfants n’ont pas encore cette maturité, ce contrôle de soi. De plus, en vieillissant, les enfants finissent par être de plus en plus capable de trouver un autre moyen pour répondre à leur besoin. Je vois ta situation comme un couple qui aime se coller quelques minutes le matin avant de commencer la routine pour aller travailler. On a tous besoins de contacts physiques.
  29. Elyse 13 mai 2019 à 21 h 32 min
    C'est bon de tous vous lire. Tellement vrai, plus on donne plus on reçois semble-t-il. Je parle ici de donner de l'amour et attention aux besoins de nos enfants et conjoints sans attendre en retour. Les enfants amène un grand don de soi inévitablement. Le sourire de mon garçon en retour du temps que je lui accorde ou lorsque je joue avec lui dans son monde c'est mon salaire pour la vie!

Partager