Jouer dehors l'hiver: des enfants curieux et créatifs, peu importe la météo!

Jouer dehors l'hiver: des enfants curieux et créatifs, peu importe la météo!
8 février 2019
Lorsqu’ils jouent dehors en hiver, peu importe la météo, les enfants font de nombreux apprentissages grâce à l’observation et l’expérimentation.

Par Tara-Lynn Scheffel, Astrid Steele, Jeff Scott et Lotje Hives – Université Nipissing

Ah! si on pouvait retomber en enfance! Retrouver la joie qui renaît à chaque jour qui passe et s’émerveiller à l’idée de faire de nouvelles découvertes.

En tant que chercheurs, dans le cadre d’une étude de cas, nous voulions en apprendre davantage sur les différents moyens utilisés auprès d’une classe de maternelle du nord de l’Ontario afin d’entretenir la curiosité des enfants lorsqu’ils jouent dehors. Nous avons donc invité cette classe, y compris les enseignants, les familles et les stagiaires, à nous faire part de leur expérience.

Ces accompagnants ont donc suivi les enfants à l’extérieur, à la recherche de preuves ou de traces de leur curiosité, expérience qu’ils ont documentée à l’aide de photos, de citations et de vidéos.

La documentation d’événements est très utile, car elle suscite des réflexions sur les moments d’apprentissage et les théories selon lesquelles les enfants se développent en fonction du monde dans lequel ils vivent.

Les enfants trouvent extrêmement valorisant de se sentir écoutés, de sentir qu’on s’intéresse à ce qui pique leur curiosité.

Enquête sur le thème de l’eau et de la neige

En enquêtant sur l’eau et la neige, le groupe a ainsi découvert les avantages de l’apprentissage en plein air.

Pour ces apprentis du préscolaire, la transformation de l’hiver en printemps a suscité une curiosité apparente pour l’eau, que les enfants ont exprimée de différentes manières.

Les conditions météorologiques toujours changeantes semblaient donner énergie et entrain aux enfants. Tous leurs sens étant éveillés, ils se sont réjouis et ont fait des liens leur permettant de mieux se connaître et de mieux comprendre leur environnement.

Les outils et les autres objets divers invitaient les enfants à explorer davantage, à résoudre des problèmes et à faire preuve d’innovation dans leurs relations avec les autres.

Les enfants ont également manifesté le souhait de déplacer la neige à l’aide de récipients, de cuillères, de pelles, et de traîneaux qui leur avaient été donnés. L’équipe responsable de la classe a invité les familles à contribuer à la collecte d’objets.

Un enfant a pris l’initiative de pelleter l’entrée de l’école en hiver et de coordonner l’empilement et le déplacement de la neige et de la glace sur des luges pour transformer le terrain de jeu de la cour d’école.

Au cours des jours et des semaines qui ont suivi, des groupes d’enfants ont expérimenté en utilisant des tubes et des billes, enthousiasmés par l’idée de construire des chemins pour l’eau à l’extérieur, à la façon de petits ingénieurs et architectes.

Tout au long de l’enquête sur l’eau, l’équipe responsable des enfants a observé ces derniers au fil de leurs questionnements, de leurs expérimentations et de leurs théories en construction :

  • « D’où vient l’eau? »
  • « Regardez, elle suit les sentiers! Elle reste prise ici. »
  • « Viens! Suis mes traces! »
  • « Je me sers de la pelle pour créer un chemin dans la boue. »
  • « Je peux voir à travers la glace... C’est comme une fenêtre! »

Les petits ont exprimé leur curiosité de multiples façons. Certains enfants aux regards intrigués ont choisi d’étudier l’eau de plus près; certains ont plutôt posé des tas de questions; tandis que d’autres s’en sont donné à cœur joie et ont préféré piétiner le sol mouillé et faire éclabousser l’eau.

Un enfant chaussé de bottes de caoutchouc, sous l’effet d’une grande fascination, a déposé le bout de son pied sur le bord d’une flaque d’eau gelée, s’amusant à casser la glace.

L’équipe a ainsi observé les enfants se pencher avec émerveillement sur la place qu’occupe l’eau dans leur vie et la façon dont ils interagissent avec elle, comment elle change d’état, comment elle coule.

Les enseignants aident les enfants à créer des liens

Les enfants étaient guidés par leur intérêt et stimulés par leur grande curiosité entourant la fonte des neiges, l’eau, la canalisation et les inondations (à l’intérieur comme à l’extérieur!). Les enseignants les ont aidés à mettre des mots sur les nombreux apprentissages qui ont découlé de cette aventure.

« J’ai remarqué que les élèves étaient plus impliqués, parce que l’apprentissage était relié à quelque chose qui se trouvait dans le monde réel. » (stagiaire en enseignement)

L’équipe a sélectionné des livres qui correspondaient aux intérêts des enfants et donnaient lieu à des exercices de réflexion. À titre d’exemple, Les enfants de l’eau, invite les enfants à réfléchir à la place qu’ils occupent dans leur relation avec l’eau et avec le monde.

L’expérience des élèves en plein air a également ouvert la porte sur l’occasion d’explorer des notions plus générales, comme la façon dont l’eau se déplace et son importance dans nos vies.

Un tel apprentissage contribue au développement de l’empathie et de la compréhension des enfants, non seulement les uns envers les autres, mais aussi envers la nature.

Ces enfants d’âge préscolaire ont été jumelés à d’autres élèves plus âgés, afin de concevoir des affiches contenant des messages puissants sur la protection et la conservation de l’eau. Celles-ci ont ensuite été apposées dans toute l’école en vue de susciter des réflexions et des actions de la part d’autres membres de la communauté de l’établissement.

Pendant leur exploration en plein air, les enfants ont su faire appel à leur raisonnement, faire preuve de réflexion, choisir des outils et des stratégies, le tout, en créant des liens et en communiquant leurs découvertes.

Ce qu’offre l’environnement naturel est unique, différent et stimulant tous les jours, un aspect que les enseignants de maternelle ont grandement apprécié.

Qu’ont remarqué les enseignants et les familles?

En ce qui a trait aux bienfaits de l’apprentissage en plein air pour les enfants, voici ce que des familles ayant répondu aux questionnaires ont déclaré :

  • « De leur propre initiative, ils courent, sautent, bondissent, franchissent, esquivent. Ils perçoivent leur lieu d’apprentissage différemment, ils aiment leur liberté, et ils s’imprègnent de toutes ces nouvelles connaissances les yeux grands ouverts. »
  • « Nous aimons découvrir le monde par l’intermédiaire de la nature. Nous partageons tous la même planète et avons tous notre rôle à jouer. »
  • « Ils retirent des bienfaits de l’air frais, ainsi que du changement de décor... »
  • « Nous adorons la lumière du soleil et la vitamine D! »
  • « (...) les enfants qui jouent dehors sont en meilleure santé, plus heureux, moins stressés et plus créatifs. »

Ensemble, les enseignants et les familles ont relevé de nombreux avantages, notamment le fait que les enfants, émerveillés, montraient de la curiosité à revendre : ils se sont ainsi transformés en scientifiques, en explorateurs, en mathématiciens, en artistes et en conteurs de ce qu’ils découvraient dans leur monde.

Les enseignants ont remarqué qu’à l’extérieur, les enfants se servaient de ce qui leur avait été enseigné, et se mettaient spontanément à travailler en équipe :

  • « C’était fantastique de pouvoir faire des liens entre les mathématiques, la géographie et les sciences, et ce, dans le cadre d’une seule expérience...dehors. » (Anne, stagiaire en enseignement)
  • « (...) de nombreuses occasions d’apprentissage se sont ouvertes (...) la sensibilisation à la conservation de l’eau, le travail d’équipe nécessaire pour atteindre un but fixé. » (Laura, enseignante)
  • « Chaque interaction entre un enfant et la nature est unique et offre une perspective nouvelle, différente. » (Lotje, enseignante de maternelle)

L’apprentissage par l’exploration était un aspect central de ces expériences.

Reconnaître et nommer les obstacles, puis repousser les limites

Lorsque nous avons demandé aux parents ce qu’ils considéraient comme des obstacles au jeu extérieur, certains ont parlé de préoccupations comme « l’exposition au soleil sans crème solaire » et « les piqûres d’insectes potentiellement dangereuses ».

Les enseignants ont nommé différents obstacles en lien avec la préparation aux différentes conditions météo, la sécurité et les risques, ainsi que le côté imprévisible de l’apprentissage par l’exploration.

Notre étude a notamment révélé les nombreux moyens utilisés par les participants pour trouver des solutions aux possibles obstacles afin de profiter des bienfaits mentionnés ci-dessus, tout en privilégiant la sécurité.

Traduit de l’anglais et reproduit avec l’autorisation de The Conversation.

 

Photos : GettyImages/emholk, Nadezhda1906 et emholk