Mon coffre de mamie

Mon coffre de mamie
9 octobre 2018
Inspirée par la magie de l’Halloween qui approche, mamie Marie nous dit comment elle nourrit l’imagination de ses petits-enfants.

Le mois d’octobre, c’est le temps de l’Halloween. Le mois où l’imaginaire prend tout son sens. Bientôt, tous les personnages de films et de livres d’histoires vont sillonner les rues en quête de friandises, pour un soir seulement. C’est pour moi un moment magique chaque année!

Il faut dire que j’ai toujours aimé stimuler l’imagination de mes enfants. Pas seulement à l’Halloween, mais tous les jours, pour le plaisir, avec des livres, des dessins, des marionnettes ou des films.

Il n’y a pas si longtemps, mon fils aîné m’a dit que c’est un peu à cause des histoires que je lui racontais quand il était petit qu’il est devenu un adulte avec beaucoup d’imagination qui a envie de créer et d’inventer.

Je me rappelle aussi avoir misé sur l’imagination quand j’animais des ateliers sur la nature et l’environnement pour des enfants. En groupe, on inventait des chansons et on se déguisait pour imaginer des aventures ou juste pour rire. Je me souviens du visage amusé des enfants et de leur curiosité à vouloir aller plus loin dans l’imaginaire. L’hésitation et la timidité s’estompaient et laissaient la place au plaisir d’inventer des histoires parfois plus grandes que nature. Tout à coup, tout était possible, tout s’exprimait, tout s’animait.

Quand je suis devenue mamie, j’ai voulu mettre tout ça dans un coffre. J’ai créé une boîte d’accessoires pour stimuler l’imagination de mes petits-enfants. Aussi pour être certaine que les visites chez moi deviennent des souvenirs d’une fête d’Halloween sans fin et de folie créative.

Je l’ai appelé mon coffre de mamie. J’aimerais qu’en ouvrant ensemble cette boîte, on se transporte ailleurs. Qu’en mettant un chapeau, une perruque, des lunettes ou des bijoux, on se retrouve dans un monde imaginaire où l’on se prend tout d’un coup pour un pirate, une fée, une princesse ou un clown…

À d’autres moments, on peut aussi ouvrir le coffre pour sortir les livres, les crayons, les papiers et les cahiers à colorier et soudainement laisser le monde des animaux, de la lune et des étoiles, des camions et des insectes devenir des personnages. On peut décider, selon notre désir, de la couleur du ciel ou du soleil et on peut changer la grandeur des choses et des personnages d’un dessin à l’autre si on trouve cela plus joli.

Bref, j’ai autant de plaisir et d’excitation que mes petits-enfants, Louka et Abi, à ouvrir mon coffre de mamie. Je le fais pour le plaisir et pour leur créer des souvenirs…

 

Photo : GettyImages/PeopleImages

Marie-Josée Fournier
Je suis l'heureuse mamie de Louka. Je souhaite partager avec vous mes sentiments et observations à propos du rôle des grands-parents.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (1)

  1. Diane 9 octobre 2018 à 19 h 23 min
    A Noel 2016 (ma petite-fille venait tout juste d'avoir 4 ans) je lui ai offert une pleine boite de costumes et d'accessoires de déguisements, des fées, des princesses, Hulk, pilote de course, sorcières, Hawaienne, des colliers, des bas, des gants...J'ai aussi acheté un rack à vêtement sur roulettes pour y installer tous ses costumes dans sa chambre chez-moi. Vous dire le bonheur de cet enfant-là !! Et pas besoin que ça coûte une fortune, j'ai tout trouver dans des ventes de garage, ou sur kijiji et plein de gens de mon entourage m'ont donné des choses qu'ils n'utilisaient plus. C'est fou comme on s'amuse chez Mamie :)