Apprendre à être parent

Apprendre à être parent
1 juin 2018
C’est souvent le cas pour un nouveau parent : vous nourrissez l’idée que vous savez. Vous avez lu tellement de choses. Mais vous êtes quand même en train d’apprendre à être parent.

C’est souvent le cas pour un nouveau parent : vous nourrissez l’idée que vous savez. Vous avez lu tellement de choses, entendu des centaines d’autres parents raconter leurs histoires, regardé des dizaines de vidéos. Mais vous êtes quand même en train d’apprendre à être parent.

Moi aussi, je suis en train d’apprendre à être la mère de trois jeunes adultes dans la vingtaine. Je dois bien l’apprendre puisque je n’ai jamais été la mère de jeunes adultes.

Tous vos contacts et vos lectures n’ont pas été inutiles, bien sûr, mais ça ressemble à la différence qu’il y a entre nos études et la réalité du marché du travail. Entre nos projets de rénovations sur papier et la réalité des (interminables!) travaux. Comme le disait si bien une de mes amies, ce n’est pas parce que j’ai pris l’avion 6 fois par année pendant 20 ans que je sais comment le piloter!

On pense d’ailleurs souvent que nous savons déjà tout ce qu’on a besoin de savoir et qu’il ne reste que les détails à maîtriser. Et quand nous nous rendons compte que ça ne fonctionne pas, nous nous tapons sur la tête de ne pas savoir, au lieu de modifier notre idée erronée.

On ne peut pas apprendre quelque chose qu’on croit déjà savoir. Pour que quelque chose soit « apprenable », je dois d’abord reconnaître que je ne le sais pas. C’est le début d’une mentalité d’apprenant!

Changer de perspective

Reconnaissons que nous sommes en train d’apprendre. Il y a de grands avantages à cet état d’esprit; à commencer par une pression beaucoup moins grande sur nous-mêmes.

Comme parent, lâchons l’idée que chacun de nos gestes est d-é-t-e-r-m-i-n-a-n-t pour le développement de notre enfant. C’est faux. Entrons plutôt dans un esprit d’aventure et cherchons à savoir et comprendre ce qui fonctionne avec cet enfant et dans notre famille. Si nous renonçons à l’idée de ne jamais faire d’erreur, nous deviendrons « apprenants ». La pression tombe instantanément et nous voilà en train de nous amuser (ou presque!).

Vous essayez de performer dans quelque chose que vous êtes en train d’apprendre.

Rappelons à notre mémoire d’autres occasions où nous étions en train d’apprendre quelque chose, avant d’être capable de le faire aisément. Peut-être quand on a dû apprendre un nouveau programme d’ordinateur; un nouveau pas de danse; une nouvelle manière d’indiquer nos heures d’arrivée et de sortie au travail. Notre parcours est plein d’apprentissages!

Ramenons à la surface le souvenir des efforts fournis, de la frustration surmontée à force de pratiquer; le parcours qui a permis de changer de perspective. Et bien sûr, rappelons-nous le sentiment de satisfaction quand la tâche est devenue facile.

L’affaire, c’est que la vie est une suite de changements. Les moments de parfaite harmonie ne durent pas. Ça veut dire que nous avons besoin d’apprendre sans arrêt! Et je crois que c’est formidable. Parce que ça veut dire que nous progressons sans arrêt! Cultivons le réflexe de chercher ce que les changements nous apprennent, au lieu de tenter de les empêcher.

Fréquentons des familles où les erreurs sont accueillies avec compassion et humour. Lisons des livres et des blogues qui nourrissent cette mentalité d’apprenant : nous sommes plus souvent en apprentissage qu’en maîtrise. Et c’est très bien.

 

La version originale de ce texte a été publiée sur le blogue de  France Paradis.

 

Photo : GettyImages/pixdeluxe

France Paradis
Orthopédagogue de formation, je présente des conférences et j’offre des ateliers en intervention psychosociale depuis de nombreuses années. J'aime aussi me définir comme une archéologue du sens des choses.
Tous les billets de l'auteur

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation