Influencer ou non le choix de ses amis...

Influencer ou non le choix de ses amis...
27 avril 2018
Parfois, j’ai envie de m’interposer, en toute subtilité, et de suggérer à mon fils d’aller vers un ami plutôt que vers l’autre.

Ses premiers copains commencent à venir à la maison et mon fils, lui, fait de plus en plus la navette entre notre demeure et les autres du quartier. Parfois, j’aurais envie de m’interposer, en toute subtilité, et de lui suggérer d’aller vers un enfant plutôt que vers un autre.

Inévitablement, je ne peux faire autrement qu’observer comment se comportent les autres et tenter de trouver ceux qui ressemblent le plus à mon fils. Je sais bien que je ne peux pas choisir pour lui, mais savoir qu’il part avec un ami poli, propre, souriant, enjoué sans être trop surexcité a un petit quelque chose de rassurant.

On est tous un peu semblables là-dessus, n’est-ce pas?

La plupart des enfants sont fantastiques, c’est vrai. Mais de temps en temps, il y en a un avec lequel je sais que mon enfant a un peu moins d’atomes crochus. Un qui cherche la chicane un peu plus, qui ne fait pas toujours attention aux autres, qui dit des mots que j’ai seulement eu le droit de prononcer lorsque j’ai atteint 18 ans, qui m’informe « qu’il veut de l’eau » au lieu de me demander « s’il peut avoir de l’eau, s’il vous plaît »…

À ce moment-là, après lui avoir donné son verre d’eau avec deux cuillères à table de vinaigre et une pincée de sel dedans (ben non!), je dois me ressaisir et me rappeler que non, ce n’est pas à moi à faire le tri parmi ses amis.

Lui faire confiance

Ce serait facile de tenter de l’influencer, mais je pense que ce ne serait pas correct. Je crois que mon grand a amplement de temps pour faire ses expériences et que, par lui-même, il découvrira progressivement qu’il se sent mieux aux côtés de certaines personnes.

Oui, il est parfois difficile de devoir jouer à l’entremetteur pour régler des chicanes, mais en même temps, il y a un côté de moi qui ne peut s’empêcher de trouver ça terriblement beau.

Tous ces petits êtres sont en apprentissage. Ils ont tous le désir d’être aimés des autres et de prendre leur place. Certains savent s’y prendre un peu mieux que d’autres, c’est vrai. Et c’est là qu’en tant qu’adultes, nous avons le pouvoir de leur donner un coup de pouce, de les outiller, de les aider à s’exprimer et à expliquer ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’apprécient pas et à mieux comprendre pourquoi ils ont posé tel ou tel geste.

Et, voir un enfant réfléchir, prendre le temps de se questionner, de se remettre en question, de mettre des mots sur ce qu’il ressent, c’est extrêmement gratifiant pour un parent!

Alors moi, je prends le pari de ne pas choisir ses amis à sa place.

Mais, je garde toujours une bouteille de vinaigre pas trop loin, juste au cas…

 

Photo : GettyImages/energyy

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (7)

  1. Valérie B 27 avril 2018 à 18 h 14 min
    Pour être la mère dune petite fille maladroite qui na pas toujours le tour avec ses amis, ca me brise le coeur justement de savoir que certaines maman refusent que leur fille joue avec la mienne !
  2. Isabelle 3 mai 2018 à 10 h 21 min
    Je suis d'accord avec vous Valérie et je souhaite de tout coeur que votre fille ait l'occasion d'aller jouer avec toutes les petites filles avec qui elle s'entend bien. Bon courage!
  3. Annie 28 avril 2018 à 06 h 51 min
    Peut-être nos enfants peuvent-ils influencer favorablement les amis à leur tour?
  4. Nathalie 28 avril 2018 à 08 h 36 min
    Votre texte me fait sourire ce matin! Nous sommes des guides pour nos enfants, et la communication est la clé en ce qui concerne leur relation avec les autres. Il ne faut pas se gêner pour informer les ami(e)s de nos enfants de nos règles dans notre maison....et ça fonctionne la plupart du temps! Même si je suis 'sévère', selon certaines personnes (pas d'appareils électroniques dans les chambres pour dormir par exemple) les amies de mes filles sont toujours rendues chez-nous même pour les repas et les dodos parce que je suis ouverte à la discussion, je ne juge pas mais je leur fait part de mon opinion. Et surtout, elles ont le droit de s'amuser et de cuisiner avec moi.
  5. Isabelle 29 avril 2018 à 18 h 06 min
    Tout à fait d'accord avec vous. Moi, je demande gentiment la même politesse pour les ami(e)s que pour mes enfants. Tous ce passe super bien.
  6. Julie 5 mai 2018 à 21 h 52 min
    Toutes ces réflexions me font réfléchir énormément. Mon garçon est TDAH et il peut être si gentil et attentionné... Mais par moment, son impulsivité lui apporte des conflits avec ses camarades. Lorsqu'il était plus petit je me questionnait sur la réaction que j'aurais avec les ami(e)s qu'il fréquenterait, en pensant être inquiète sur certain enfants... et puis dernièrement je me rend compte que c'est peut-être le mien qui sera jugé moins recommandable. Je comprend Valérie, ça me fait de la peine. Alors j'espère que mon enfant croisera beaucoup de parents comme vous tous!
  7. Doria 6 mai 2018 à 13 h 35 min
    J’ai lu votre texte avec attention, je suis d’accord de manière globale avec l’ensemble de vos arguments, par contre, je me pose la question sur la limite à accepter en tant que parents sur les choix de fréquentations de nos enfants. Ma fille vivait récemment une relation particulièrement toxique avec une de ses amies avec qui elle était particulièrement attachée. Au fil du temps, nous nous sommes rendus compte que l’amie en question lui faisait du chantage affectif ce qui causait du stress et de la tristesse à ma fille. Quand on voit tous les problèmes d’intimation qui naissent très tôt dans la vie sociale de nos enfants la ligne est mince, je crois justement que notre rôle en tant que parent est d’apprendre à dire non à certains comportements et parfois cela implique forcément que l’on s’interpose et qu’on pose un jugement sur le comportement d’un tel ou tel ami...

Partager