Les devoirs et le printemps

Les devoirs et le printemps
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
11 avril 2018
Après la relâche et le congé de Pâques, il faut « repartir les moteurs » pour la dernière étape de l’année. Moment de l’année où il fait le plus beau dehors! Ouf!

Cher printemps, il faut qu’on se parle toi et moi! On avait vraiment hâte de te voir le bout du nez! Les journées rallongent enfin. Toutefois, ton arrivée rend plus difficile la période de devoirs.

En effet, tu es beaucoup plus attirant pour nos petits mousses qu’un cahier rempli de formules mathématiques ou de règles de grammaire, il faut bien l’avouer! Ton charme opère et leur fait invariablement tourner la tête vers la cour arrière, la ruelle ou le parc.

Et nous, parents, après la pause de la relâche et du long congé de Pâques, il faut « repartir les moteurs » pour la dernière étape de l’année. Celle où il fait le plus beau dehors! Ouf! Voici quelques stratégies que j’ai explorées à la maison avec mes enfants et qui ont bien fonctionné* :

  • Dehors d’abord. Commencer par aller jouer 15 ou 30 minutes dehors avant d’entamer les devoirs. Ça aère l’esprit après une longue journée à l’école! Et ça aide à rester plus concentré par la suite.
  • Prendre un moment pour discuter. Petite collation et jasette au retour de l’école aident également à décompresser de la journée, à comprendre un peu mieux comment la journée de notre enfant s’est déroulée. Ça peut nous aider à mieux le guider par la suite durant sa période de devoirs si on sent la démotivation se pointer!
  • Fractionner la période des devoirs. Alterner entre 15-20 minutes de devoirs et un court temps de jeu, et reprendre par la suite.
  • Apprendre en jouant. Faire les tables d’additions, de soustractions ou de multiplications assis par terre, jambes écartées. On roule un ballon au sol en direction de notre enfant en lui posant la question. Il répond en le roulant en retour vers nous.
  • Être souple. Fiston, quand il est moins motivé, apprécie faire ses devoirs ou leçons ailleurs qu’à son bureau de travail. Même à plat ventre au salon, il réussit à écrire et apprendre! Quant à ma grande, je lui permets d’utiliser ses écouteurs. Eh oui! Alors que moi je dois apprendre dans le silence le plus complet, elle, elle adore écouter de la musique en étudiant.

Bref, en observant nos enfants, ce qu’ils aiment, ce qui semble difficile pour eux, on peut arriver à faire de cette période un moment où ils apprennent dans le plaisir, au printemps et aussi l’année durant! Pour en savoir, vous pouvez consultez cet article de Naître et grandir : Leçons et devoirs: accompagner son enfant.

De votre côté, quelles sont les stratégies que vous utilisez pour rendre la période des devoirs plus agréable?

 

* Certaines de ces stratégies ont été inspirées par le livre « Comment survivre aux devoirs? » de Josiane Caron Santha, ergothérapeute (Éditions Midi trente, 2015).

 

Photo : GettyImages/Imgorthand

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Annie L. 12 avril 2018 à 11 h 07 min
    Comme notre garçon a seulement 3 ans, on est encore loin de penser aux devoirs, mais votre texte m’a ramené dans l’enfance et l’adolescence! Je me rappelle que lors des belles journées de septembre, mai et juin (quand il ne ventait pas trop), je m’installais à la table de pique-nique sur le patio pour étudier et faire mes devoirs, j’en garde de très bons souvenirs!
  2. Solène Bourque 13 avril 2018 à 20 h 09 min
    C'est vrai que faire les devoirs ou leçons dehors, c'est une superbe idée! Merci Annie pour votre suggestion! :)
  3. N 12 avril 2018 à 11 h 48 min
    Oufff ... on va certainement terminer la période des devoirs à 19h en suivant ces conseils ...
  4. Solène Bourque 13 avril 2018 à 20 h 12 min
    Les stratégies ne sont bien sûr pas applicables toutes ensemble, la même journée! Mais ce sont des idées qui peuvent faire varier le rythme et aider nos enfants à garder la motivation. Si le lundi, on va jouer dehors avant, que le mardi, on fait les tables de multiplications avec un ballon, que le mercredi, on fractionne la période de devoirs pour alterner avec des jeux et que le jeudi, on permet à notre enfant de faire ses devoirs à l'endroit de son choix, ça fait une période de devoirs qui ne semble pas routinière pour lui et qui peut aider à ce que ça soit un moment agréable pour lui comme pour nous! :)
  5. Jasmine 13 avril 2018 à 05 h 52 min
    Ça fonctionne aussi très bien chez nous. Leur laisser le temps de se délasser limite les comportements d'opposition face aux devoirs, augmente la coopération et réduit par le fait même le temps à accorder aux devoirs. Le simple fait de leur dire que je comprends très bien qu'ils aimeraient mieux jouer, qu'ils n'ont pas envie de se mettre au travail apaise les tensions, ils se sentent écoutés et compris. Quitte à retarder l'heure du coucher de 15 minutes pour que tout le monde passe une belle soirée. Quand j'arrive du travail, je ne voudrais pas qu'on me replonge dedans en arrivant, j'y ai déjà passé la journée et j'ai besoin d'une petite pause bien méritée.
  6. Solène Bourque 13 avril 2018 à 20 h 14 min
    Merci Jasmine pour votre commentaire! Oui, en effet, quand on nomme à notre enfant le sentiment qu'on perçoit chez lui, on prévient tellement de comportements opposants, vous avez bien raison! :)