Garde partagée, mais maman à 100%

Garde partagée, mais maman à 100%
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
13 mars 2018
La séparation exige une adaptation pour tous, adultes comme enfants. Solène Bourque, psychoéducatrice, décrit ses rituels pour se sentir maman à 100 %, malgré la garde partagée de ses enfants.

« Bonne nuit mon Petit Loup! Même lune, même soleil, mêmes étoiles. Hâte de te voir ma grande. T’es toujours là, dans mon cœur! » Ces petits mots font partie de ma vie de maman depuis 3 ans et demi. Soit depuis que le papa de mes enfants et moi sommes séparés.

Nous avons opté pour la garde partagée, dès le départ. Même si j’avais le cœur en miettes de devoir les quitter pour qu’ils vivent un petit bout de quotidien avec leur papa, je savais que, dans les circonstances, c’était le meilleur choix pour eux.

Tous ceux qui ont vécu une séparation savent que, peu importe les conditions dans lesquelles se déroule la séparation, c’est une adaptation pour tous, adultes comme enfants. Il faut retrouver ses repères et aussi se créer de nouveaux rituels pour bien vivre ces transitions et ces changements entre le mode « monoparental intense » de la semaine avec les enfants et le mode « solo-silence » de la semaine où ils sont chez l’autre parent.

Un de ces rituels a été de faire des vendredis soirs une soirée plus spéciale que les autres dans ma routine. La semaine où ils partent, j’ai pris l’habitude de me faire plaisir : inviter une amie à souper, me préparer un bain et un bon livre ou encore regarder un film ou une série que j’aime, pour mieux vivre leur départ. Et le vendredi où ils reviennent, on se fait une soirée cinéma maison, avec pop-corn et grosses doudous pour se coller et recharger nos « batteries affectives » après une semaine à être moins en contact.

Avec la collaboration du papa de mes enfants, je leur parle durant la semaine où ils sont avec lui. Courts appels vidéo ou téléphoniques juste pour se dire « Bonne nuit! Même lune, même soleil, mêmes étoiles! », une petite phrase rituelle qui nous fait bien comprendre que même si nous ne sommes pas sous le même toit, nous sommes tout de même sous le même soleil, la même lune et les mêmes étoiles, le jour, comme la nuit.

J’ai pris plaisir à leur écrire de petits mots que je laisse sous leur oreiller, ou collés dans un miroir et qu’ils découvrent avec plaisir à leur retour chez moi.

Mes enfants m’ont aussi offert un coussin coloré, avec lequel, de leur propre initiative, ils dorment durant la semaine où ils sont avec moi. Ils le laissent dans mon lit, avec leur odeur bien imprégnée, avant leur départ chez leur papa.

Ces petits rituels, tissés au fil de notre nouvelle vie, ont permis que notre lien reste aussi fort et que mon cœur comprenne mieux que, même si je ne partage pas leur quotidien une semaine sur deux, je suis toujours leur maman à 100 %.

Et vous? Si vous avez vécu une séparation, qu’avez-vous instauré comme rituels avec votre enfant pour maintenir votre lien avec lui?

 

Photo : GettyImages/ljubaphoto

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. PigJoy 14 mars 2018 à 17 h 17 min
    Bonjour Solène! Et bien bravo de nous montrer les beaux côtés de la garde partagée. Malheureusement, ça ne se passe pas toujours aussi bien. Comme toi, j'me pensais ben bonne d'avoir réussi ma séparation et de pouvoir dialoguer avec le père de mon enfant. Cette garde partagée a durée deux ans jusqu'à ce que je m'aperçoive que mon fils passait la semaine chez sa grand-mère paternelle et non chez son père. Quand j'ai voulu en discuter avec mon ex et réarranger la garde, il m'a dit: Tu veux avoir la garde, ben tu va l'avoir. Il a refusé tout contact avec notre fils pendant 7 ans.
  2. Solène Bourque 14 mars 2018 à 20 h 37 min
    En effet! Nous n'avons pas toujours le contrôle sur comment les choses se déroulent, selon le degré de collaboration de l'autre parent. L'important pour votre enfant, dans les circonstances, c'est qu'il se soit senti aimé, apprécié, valorisé par vous. à défaut d'avoir un contact avec ses deux parents. Merci de votre partage.
  3. Calu 2 avril 2018 à 20 h 31 min
    Je suis toujours en adaptation de la garde et j'ai également peur que la garde partagée entre leur père et moi devienne une garde partagée entre sa mère et moi plutot que daccepter de me donner la garde complete. Pourquoi ne pas être allé en médiation. La garde doit se faire entre vous et le père selona loi non?? Vous avez droit de voir votre fils à moins d'un jugement de la cour?
  4. Caroline 15 mars 2018 à 10 h 00 min
    Je suis tellement heureuse dans mon rôle de mère! Que même après 6 ans de garde partagé 5-5-2-2. J’ai toujours un immense vide lorsqu’ils ne sont pas là. Je crois que je m’adapterai jamais! Ce qui me rend heureuse c’est qu’ils sont heureux malgré leur réalité. Ils ont une belle énergie et une joie de vivre! Comblés de leurs deux parents!
  5. Solène Bourque 21 mars 2018 à 12 h 51 min
    Voilà Caroline! Je le vis de la même façon. Je ne pense que je m'habituerai jamais à leur absence quand ils vont chez leur papa, mais je les sens et les sais heureux. Et c'est ça le plus important! Merci de votre partage!
  6. Lyne 15 mars 2018 à 13 h 25 min
    C'est un texte qui me rejoint beaucoup car j'ai instauré le même genre de rituel. J'ai mes deux enfants une semaine sur deux et moi c'est le samedi qu'on se fait une soirée pop-corn et chips. Ensuite à tous les soirs je leur écris chacun un petit mot qu'ils lisent le lendemain matin. Lorsqu'ils sont avec leur père, nous nous appelons, parfois c'est seulement 5 minutes, mais on s'est dit un petit coucou. Pour moi ces gestes leur montre que je suis là pour eux et que je serai toujours présente même si on ne se voit pas. Je suis allée aussi selon leurs besoins et pour le moment cela plaît à tout le monde.
  7. Solène Bourque 21 mars 2018 à 12 h 52 min
    Merci de votre partage Lyne! Ces petits rituels nous font tous du bien, grands comme petits, n'est-ce pas? C'est une belle idée les petits mots à tous les soirs!
  8. yume 21 mars 2018 à 02 h 51 min
    La culture des enfants est le sujet de la vie d'un parent. S'entendre avec les enfants est aussi un processus d'apprentissage et de pratique continus, nous devons comprendre que les enfants ont des vies différentes avec nous. Nous avons donné à nos enfants une bonne éducation depuis l'enfance. Les parents peuvent jouer à des jeux avec des enfants, Enfants de 3 à 7 ans. Développer des jeux d'intelligence https://t.co/Kyli34mDDN https://t.co/Le5JRQOhmY Que les adultes ou les enfants soient stressés, Des jouets pour éliminer le stress: https://t.co/Le5JRQOhmY https://t.co/YJd85XRzta
  9. Solène Bourque 21 mars 2018 à 12 h 53 min
    Merci Yume de votre commentaire et de vos suggestions! Bonne journée!
  10. Hélène 23 mars 2018 à 04 h 58 min
    Bonjour Solène, je vis aussi cette séparation chaque vendredi et c'est très difficile pour moi quand j'entends mon petit garçon de 3 ans 1/2 me dire qu'il ne veut pas être séparé de moi, qu'il veut rester avec moi... Je le rassure en écoutant sa tristesse, en l'aidant à la verbaliser et aussi lui dire que quoi qu'il arrive il est toujours dans mon coeur à mes côtés et que moi je suis toujours avec lui. Avez vous des idées pour que la séparation soit plus "facile" chaque semaine ? Difficile pour lui de comprendre car il me demande souvent "mais si un jour papa et toi vous ne vous êtes plus aimé alors toi aussi un jour tu risques de ne plus m'aimer ?"... J'essaie de lui expliquer que l'amour que je lui porte ne changera jamais, avez vous peut-être des astuces pour lui expliquer la séparation ? Merci pour vo précieux conseils !
  11. Solène Bourque 3 avril 2018 à 16 h 45 min
    Bonjour Hélène, Il est important de rassurer nos enfants. Que l'amour qu'on leur porte ne changera jamais. Et même de leur dire qu'on aime encore leur papa, d'une autre façon, mais qu'on n'était plus bien l'un avec l'autre. Car oui, ça peut faire peur pour eux de sentir que si l'amour peu cesser entre deux parents, ils pourraient cesser envers eux aussi. Ici, notre rituel a été le "Même lune, même soleil, mêmes étoiles" qui nous a aidé, en regardant le ciel, de se dire que peu importe qu'on ne soit pas sous le même toit, on vit sous le même ciel. Certains livres pour enfants existent sur le sujet. J'ai d'ailleurs écrit une histoire sur le sujet dans un de mes livres: https://editionsdemortagne.com/produit/allegories-pour-petits-et-grands-defis-de-la-vie/). Et il en existe d'autres! Ça peut être une bonne façon qu'il comprenne que d'autres que lui l'ont aussi vécu, à travers une histoire. :)
  12. Calu 2 avril 2018 à 20 h 36 min
    Moi je leur faisais des tatoos et un a moi aussi. Ils le gardaient sur eux jusqua ce quon se voit car je leur laissais des trucs comme un petit album photos quils ne retrouvaient plus ou quon ne leur laissait pas regarder et parfois papa ne me permettait pas de leur parler durant sa fin de semain de garde pour une raison personnelle à lui seul.
  13. Solène Bourque 3 avril 2018 à 16 h 46 min
    De belles idées Calu! Merci!