Toute seule dans la cour de récréation

Toute seule dans la cour de récréation
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
30 mars 2017
Faut-il vous inquiéter si votre enfant passe occasionnellement ses récréations seul à l’école?

Ma grande Choupinette devait avoir 7 ou 8 ans à ce moment. C’était un matin banal. Je suis partie plus tard pour me rendre au travail. Sur mon chemin, il y avait l’école de ma fille. J’entendais au loin des cris d’enfants et je souriais. C’était l’heure de la récréation!

J’ai regardé un peu partout dans la cour d’école parmi les petits groupes d’enfants pour tenter de voir ma grande. Puis, je l’ai aperçue, au fond de la cour, qui marchait seule, le long du mur de brique. Et les larmes me sont montées aux yeux. Ma puce, si douce, si attentive aux autres, seule dans la cour de récréation?! J’avais peine à y croire! Je n’ai pas été capable ce jour-là de l’interpeller pour lui dire un petit bonjour tellement j’avais le coeur gros.

Le soir, je lui ai demandé comment avait été sa journée. Et je lui ai dit que je l’avais vue en passant, seule au fond de la cour. C’est là que j’ai appris que ça arrivait souvent qu’elle soit seule à la récréation. Des fois, parce qu’elle avait tout simplement besoin de calme. D’autres fois, parce qu’elle n’arrivait pas à trouver l’assurance de s’avancer vers un groupe d’enfants pour jouer.

Un premier truc

Nous avons donc mis en place un petit truc pour l’aider au quotidien : au souper, on s’amusait à imaginer des jeux qu’elle aimait et qu’elle pourrait elle-même proposer à un ami, dès l’arrivée dans la cour d’école, avant que les petits groupes se forment. Ça lui a donné le petit coup de pouce nécessaire pour oser aller plus souvent vers les autres, même si elle a continué d’apprécier aussi ses petits moments en solo.

C’est normal, en effet, que certains enfants aient besoin de passer du temps seul à la récréation. La classe est souvent bruyante et ce moment leur permet d’être plus calmes, de reprendre leur énergie pour continuer leur journée avec le sourire. Il ne faut donc pas vous inquiéter si votre enfant passe occasionnellement ses récréations seul à l’école.

D’autres stratégies pour aider votre enfant

Mais si vous sentez que c’est une situation qui se produit souvent, ou encore que ça affecte votre enfant, n’hésitez pas à en glisser un mot à son enseignant. Voici également quelques stratégies qui pourraient l’aider :

  • Respecter le rythme de votre enfant et son envie d’être seul par moments. Si votre enfant vous sent trop insistant pour qu’il joue avec des amis, cela pourrait lui faire sentir un inconfort plus grand à vous parler de ses moments de récréations.
  • Lui proposer d’approcher un ami qui est seul lui aussi. C’est un défi moins grand que de tenter d’intégrer un groupe d’enfants.
  • Lui poser des questions sur les jeux qu’il préfère. Un enfant qui connaît bien ses propres goûts, forces et intérêts est plus confiant pour approcher les autres enfants!

Cela lui donnera peut-être le petit coup de pouce nécessaire pour aller vers les autres et leur partager tout ce qu’il a à découvrir!

 

Une initiative intéressante!
Est-ce que vous connaissez les bancs de l’amitié? Cette idée géniale, qui aurait germé quelque part en Allemagne, a traversé l’océan autour de 2013. Depuis, plusieurs écoles en ont inauguré, dont cette école de Québec, qui a d’ailleurs fait une vidéo remplie de créativité et d’humour pour présenter son banc de l’amitié. On en souhaite dans toutes les cours d’école du Québec!

 

Photo : GettyImages/vitapix

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (8)

  1. DianeDulude 1 avril 2017 à 08 h 44 min
    Super bon. 😊
  2. Solène Bourque 1 avril 2017 à 15 h 44 min
    Merci beaucoup de votre commentaire Diane! Bonne fin de semaine!
  3. Karina 2 avril 2017 à 14 h 22 min
    Merci pour ce bel article si pertinent... Merci pour ton approche rassurante et normalisante :)
  4. Solène Bourque 5 avril 2017 à 12 h 28 min
    Merci pour votre commentaire Karina! Il faut outiller nos enfants. Mais aussi leur faire confiance! Bonne journée!
  5. Beigbeder 9 avril 2017 à 16 h 55 min
    Bonsoir merci pour votre article je vais tenter vos astuces avec ma fille de 8 ans . Le hic malheureusement c'est qu'elle est je pense rejeter de part sa différence . Ma fille est dysphasique ne fait pas son âge et les filles de son âge ne veulent pas jouer avec elle . Elle en souffre oui et à la maison elle s'invente de bon moment entre copines leurs fait des dessins imagine son anniversaire avec elles etc.... Sa me rend triste de la voir ainsi .
  6. Solène Bourque 10 avril 2017 à 21 h 37 min
    Bonjour Beigbeder! Oui, je peux comprendre que c'est un défi supplémentaire pour un enfant a une différence plus apparente. Si vous souhaite aborder cette question avec votre fille, je suis certaine que vous pourrez emprunter dans les bibliothèque publiques cet album éducatif pour expliquer la différence (sur le thème de la dysphasie justement!) que j'ai co--écrit avec une enseignante du primaire. Ça pourrait peut-être aussi être lu en classe pour sensibiliser les autres enfants à sa différence. http://www.miditrente.ca/Livres/LMT-Dysphasie.html Bonne chance à votre petite demoiselle! Je suis certaine qu'elle saura trouver les bons moyens pour avoir confiance en elle et développer de belles amitiés!
  7. Coussin 10 avril 2017 à 04 h 05 min
    Merci pour votre article. Je m en suis rendu compte au fur et à mesure que mon fils ne jouait pas avec ses copains à la récréation. Il m'a même dit "je joue avec ceux qu il veulent bien joué avec moi..."
  8. Solène Bourque 10 avril 2017 à 21 h 39 min
    Bonsoir Coussin, En effet, pour certains enfants, comme le vôtre, le défi est d'oser aller vers les autres. Quand on les approche, ils acceptent de bon gré d'aller jouer. Peut-être en glisser un mot à l'enseignante de votre enfant, de cette façon, elle pourrait se trouver de "petits complices" pour inviter votre enfant à jouer avec eux.

Partager