Ne peinture pas sur les murs, s'il te plaît

Ne peinture pas sur les murs, s'il te plaît
2 septembre 2016
J’entends ce genre de phrase au moins une fois par semaine de la bouche d’un parent de jeune enfant.

J’entends ce genre de phrase au moins une fois par semaine de la bouche d’un parent de jeune enfant. Et je suis toujours renversée de voir qu’ils s’attendent vraiment à ce que l’enfant comprenne qu’on ne peinture pas sur les murs. Ils s’imaginent être doux et démontrer de la compassion en ajoutant un s’il te plaît. Mais ils ont tort.

Est-ce qu’ajouter « s’il te plaît » à une consigne donnée à un enfant transmet la politesse, la compassion? Non. Cela sème simplement la confusion : je formule une consigne… que je transforme en faveur dans la même phrase.

Quand j’utilise le s’il vous plaît, je demande exactement cela à l’enfant : est-ce que ça lui plairait de faire ceci ou cela pour moi? On utilise ce type de formulation quand la réponse est ouverte et qu’elle peut accepter ou refuser.

« Va mettre ton pyjama, s’il te plaît » n’est pas une consigne; c’est une demande que l’enfant peut refuser. Alors quand la petite n’y va pas, elle ne fait que vous faire savoir que, non, ça ne lui tente pas.

Même chose avec les formes interrogatives : « Va mettre ton pyjama, ok? » ou encore « Vas-tu mettre ton pyjama? » ou encore « C’est pas l’heure du pyjama? » Toutes ces formules sont une façon de demander si l’enfant est d’accord. Alors il ne faudra pas être surpris si l’enfant nous répond qu’elle n’est pas d’accord justement, en n’allant tout simplement pas mettre son pyjama. En général, les parents haussent alors le ton, et répètent la consigne en utilisant encore une formulation qui donne le choix : « Va mettre ton pyjama maintenant, s’il te plaît » Et l’enfant est de plus en plus confus. Il finira par comprendre ce que veulent dire les sourcils froncés et le changement de ton, mais sa lenteur n’est certainement pas due à sa simple mauvaise volonté.

Les consignes servent à indiquer ce qui doit être fait ou la façon de faire. Elles indiquent les règles. C’est pour cela qu’on les utilise avec les enfants, les élèves, les employés. Tout simplement parce qu’on les utilise quand il y a une obligation d’obtempérer.

On n’est pas plus gentil ou poli quand on formule nos consignes aux enfants en utilisant la forme interrogative ou en utilisant le s’il te plaît. On est simplement moins clair. Il y a beaucoup d’autres occasions où ces formes sont appropriées et marquent la politesse : Me passerais-tu le beurre s’il te plaît? Tu as terminé tes devoirs? Viens-tu avec moi chercher ta sœur? Je veux bien un café, s’il te plaît.

S’il n’y a pas de place pour d’autres options que de faire ce qu’on lui demande de faire, alors on sera plus clair et plus cohérent en le demandant de façon affirmative : Va mettre ton pyjama. Tu fermes la télé dans cinq minutes. Arrête d’agacer ton frère. Ne lance pas ta nourriture. On ne peinture pas sur les murs.

Et, de grâce, arrêtons de dire merci aux enfants quand ils font ce qu’on leur dit de faire et ce qu’on attend d’eux. On peut certainement leur dire que nous apprécions le fait qu’ils soient obéissants ou à leur affaire. On peut les féliciter de réagir promptement aux consignes. On peut les complimenter sur leur attitude. Mais on sème encore la confusion quand on les remercie d’avoir simplement fait ce qu’il fallait qu’ils fassent.

Suivre les règles et les consignes, ce n’est pas faire une faveur à ses parents.

 

Ce texte a été originalement publié sur le blogue de France Paradis.

 

Photo : iStock.com/Bojan Zivkovic

France Paradis
Orthopédagogue de formation, je présente des conférences et j’offre des ateliers en intervention psychosociale depuis de nombreuses années. J'aime aussi me définir comme une archéologue du sens des choses.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (18)

  1. Josée Bournival 6 septembre 2016 à 10 h 20 min
    Quel texte pertinent! Bravo France. Je plaide malheureusement coupable (à l'occasion) à l'utilisation du s'il vous plaît. ;-) Josée XX
  2. Véronique 6 septembre 2016 à 12 h 25 min
    De bons trucs à appliquer, mais le ton du texte laisse à désirer selon moi. Condescendant, et parle aux parents comme s'ils avaient 2 ans d'âge mental ... Ce n'est pas en parlant aux parents comme s'ils étaient complètement imbéciles que ça pourra les aider à comprendre leurs enfants ... Un p'tit texte informateur sans jugement serait apprécié ... ce n'est pas le premier que je lis sur votre blogue avec un ton semblable, et ça m'éloigne de plus en plus de vos textes, malgré certains plus intéressants que d'autres :)
  3. Catherine Gagnon 6 septembre 2016 à 14 h 02 min
    Bien moi je veux montrer la politesse à mes enfants. Je leur demande de me demander des choses avec des s'il VOUS plaît et des merci ensuite . Alors quand mes enfants veulent un autre verre de lait ils me demandent : pourrais tu me donner un verre de lait s'il vous plaît ? Et ensuite merci. Il en va de même pour moi lorsque je demande à mes enfants d'aller mettre leur pyjama ou de brosser leur dents je leur donne les marques de politesse ... je serais un bien mauvais modèle si je ne le faisais pas. Et du haut de leur 5 et 3 ans ils utilisent les marques de politesse 90% du temps. On a également les commentaires de plusieurs personnes comme quoi ils sont bien élevės et polis... je pense pas que je je faisais mes demandes comme une commande du type : met ton pyjama, qu'ils auraient appris à être si polis avec autrui. De plus nous demandons de sire s'il VOUS plaît et non s'il te plaît et nous sommes tellement content parce que depuis cette année à l'école ils demandent le vouvoiement ... ma fille sait déjà très bien le faire
  4. Marinade 19 septembre 2016 à 16 h 56 min
    Je suis d'accord avec vous. Je ne dirais pas "Arrête de frapper ou de crier, s'il te plait" mais lorsqu'il s'agit d'une demande comme l'exemple du pyjama, je trouve qu'en effet, ça montre le bon exemple. Même chose pour le "merci" qui démontre justement notre appréciation d'avoir respecté les consignes.
  5. soussou 6 septembre 2016 à 16 h 17 min
    n'importe quoi!!!! les enfants sont intelligents ils comprennent toit! nous faire croire qu'on apporte de la confision juste car on dit stp, je n'y crois pas une minute! la bonne methode pour l'enfant qui peinture le mur(puisque c'est le titr de l'article) c'est lui expliquer qu'on ne dessine pas sur les mur mais sur des feuilles et lui donner des feuilles. ensuite , on valorise ses dessins en les accrochant , en les regardant ensemble... mais l'histoire du svp... vraiment jle repete ... n'importe quoi!
  6. cin 6 septembre 2016 à 22 h 31 min
    c'est justement ce que je faisais chez nous. C'est efficace et ma fille n'a jamais écrit sur un mur de la maison! Même pas une petite ligne!
  7. Catherine Pelletier 6 septembre 2016 à 16 h 27 min
    Un énorme Bravo et Merci pour cet article! Récemment, je disais justement à mon conjoint que ça me tannait profondément d'entendre des parents dire S'il te plaît et Merci à outrance à leur enfant lorsqu'ils donnaient une consigne. Toutefois, je crois que ça serait définitivement mal perçu de le mentionner aux parents qu'ils le font... Ce serait fort probablement perçu comme de l'ingérence. Dans votre texte, les arguments sont clairs et tellement pertinents! :) En espérant qu'il soit lu par plusieurs parents! :)
  8. Cin 6 septembre 2016 à 21 h 44 min
    Je ne suis pas d'accord avec ce texte. Je montre à mon enfant à être polie tout en étant moi-même polie dans ma façon de donner des directives. D'ailleurs, si je me fie à mon ressentit d'adulte, je déteste que quelqu'un me parle sur un ton autoritaire et ça ne me donne pas du tout le goût de répondre à ce genre de demande! Par contre, quelqu'un qui demande quelque chose avec respect, ça me donne le goût de répondre positivement. De plus, puisque les enfants ont tendance à imiter les parents, j'ai le goût que mon enfant imite une attitude de respect envers les autres. Je n'ai pas le sentiment d'apporter la confusion à mon enfant et je n'ai pas vraiment de problème avec la discipline!
  9. cin 6 septembre 2016 à 22 h 27 min
    Je tiens à ajouter que j'ai lu plusieurs livres sérieux qui conseillaient justement de parler à leur enfant avec respect, donner les directives d'une façon respectueuse. Ces livres montrent à être ferme tout en étant à l'écoute des besoins de l'enfant, et même être prêt à se remettre en question s'il y a lieu. Un parent qui s'excuse devant son enfant parce qu'il s'est trompé ne fait pas preuve de faiblesse, mais montre une belle leçon d'humilité et de courage. Enfin, vos conseils peuvent être bons peut-être dans certains cas, mais ils ne le sont pas nécessairement pour tous. Cessez de croire que ceux qui enseigne l'empathie à travers leur discipline sont des gens mous qui ne savent pas éduquer leurs enfants! Et cessez d'associer la douceur à la mollesse!
  10. Chantale 7 septembre 2016 à 14 h 14 min
    Habituellement, je ne me sens jamais jugée dans les textes de Naître et grandir sauf quand c'est vous qui les écrivez. Votre point de vue est intéressant, mais votre manière d'écrire, fait que je décroche complètement. Respectez les parents s'il vous plaît!
  11. France Paradis 19 septembre 2016 à 14 h 58 min
    Chère Chantale, Je suis vraiment navrée que vous vous soyez sentie jugée dans cette chronique. Ce n'était pas mon intention, bien évidemment. Je suis extrêmement étonnée que votre sentiment soit le même pour toutes mes chroniques! J'ai le plus grand respect pour tous les parents, vous y compris. Je prends bonne note de votre commentaires, soyez-en certaine.
  12. Philippe 14 septembre 2016 à 14 h 25 min
    Bonjour, Je seconde plusieurs commentaires en ce sens. Le propos mérite d'être énoncé mais le ton de l'article est définitivement mal adapté à naître et grandir. Il y a un travail de vérification de rédaction à faire avec votre chroniqueur. Merci.
  13. Muriel 14 septembre 2016 à 21 h 00 min
    C'est vraiment une différence de classe sociale (niveau socio-économique). Des études ont souvent mis en évidence les différentes manières de parler aux enfants. Les parents moins fortunés économiquement, moins instruits (et vivant avec beaucoup plus de stress, économique ou autres) sont moins exposés à des adultes qui parlent avec douceur et politesse à leurs enfants. On le voit tous les jours dans toutes les écoles du Québec: dans un quartier défavorisé, dans une école qui accueille des enfants qui n'ont pas déjeuner le matin, les éducatrices n'utilisent pas souvent leur s'il vous plaît. À Westmount ou Outremont, c'est autre chose...La politesse, c'est un luxe pour ceux qui ont le pouvoir de s'offusquer.
  14. Soso 19 septembre 2016 à 14 h 41 min
    Ouf! Mme Paradis, vous n'aviez sûrement pas prévu celle-là... Mais moi je dois dire que j'ai bien aimé votre texte, car si on se penche plus longuement sur le propos, on comprend la nuance dans le «s'il te plaît» lors d'une demande du parent. Je dois dire que je le fais à l'occasion et je me demandais justement: mais bon sang! pourquoi diable je le dis «s'il te plaît»?! Car il ne s'agit pas d'une demande, mais bien d'une consigne. N'oublions pas que les enfants sont futés et qu'ils peuvent aspirer à prendre le contrôle d'une maisonnée lorsqu'on n'est pas assez ferme avec eux. Et fermeté ne veut surtout pas dire que l'on ne leur démontre pas d'amour et de douceur, lorsque c'est le temps.
  15. France Paradis 19 septembre 2016 à 15 h 00 min
    Chère Soso, Merci pour le support. Je ne l'ai pas vue venir, en effet :)
  16. Geneviève 20 septembre 2016 à 12 h 45 min
    Je suis bien d'accord avec vous. J'ai aimé l'esprit du texte et je comprends ce que l'auteure veut faire passer comme message. Et ce message est pour moi plein de bon sens. Je vois la différence entre enseigner la politesse et donner des consignes claires à nos enfants. Je pense qu'il y a plusieurs personnes qui sont un peu sensibles, visiblement, car je ne crois pas que le but était d'offusquer certains parents. Certaines personnes s'offusquent rapidement... J'ai été étonnée de lire plusieurs commentaires! L'éducation des enfants, c'est un sujet sensible.
  17. France Paradis 19 septembre 2016 à 15 h 00 min
    Chère Soso, Merci pour le support. Je ne l'ai pas vue venir, en effet :)
  18. Émilie 20 septembre 2016 à 11 h 37 min
    Un bon texte, mais qui semble avoir été mal compris... Je crois fermement qu'on peut être poli sans dire s'il-vous-plait et merci... Dans les faits, je n'utilise à peu près jamais le svp mis à part quand j'ai une faveur qui risque de ne pas être acceptée à demander. Règle générale, j'utilise le conditionnel : "Pourrais-tu..." Mais il y a un ton et une attitude qui vient avec une demande. Si le but est d'être poli, demander d'aller au lit ressemblerait à ça : " Hop hop hop, on s'en va se coucher." Mais si l'enfant est récalcitrant, on se montre plus autoritaire, voilà tout. Un "Vas te coucher" sur un ton exaspéré, ou un "Vas te coucher" dit avec plein d'amour ne seront pas pris de la même façon. C'est une question de grammaire qui est soulevée ici. Je ne crois pas qu'on enfant soit vraiment confus avec un et un merci, mais juste de faire attention de bien parler et de dire ce qu'on veut vraiment dire est une bonne habitude en soit.

Partager