Les filles et les princesses

Les filles et les princesses
3 juin 2016

Nous souhaitons tous et toutes que nos filles deviennent des femmes solides et capables de réaliser tout ce qu’elles veulent réaliser dans leur vie. Mais en même temps, on veut que nos filles soient des princesses, délicates et douces… On oublie que les princesses ne savent pas se défendre et sont à la merci du bon vouloir des plus forts!

Ma réflexion en vidéo :

 

Ce texte a été originalement publié sur le blogue de  France Paradis.

France Paradis
Orthopédagogue de formation, je présente des conférences et j’offre des ateliers en intervention psychosociale depuis de nombreuses années. J'aime aussi me définir comme une archéologue du sens des choses.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (8)

  1. Soso 3 juin 2016 à 13 h 57 min
    Mon Dieu! Je crois que j'ai élevé mon garçon en princesse! Je veux toujours qu'il soit gentil, doux, conciliant, indulgent, mature... Il va à la maternelle et c'est un ange, mais l'ennui c'est qu'il est trop gentil! Je réprime ses cris, ses jeux trop agressifs... Au soccer il ne fait que courir autour du ballon, il ne va pas le chercher... C'est que je lui ai répété depuis sa naissance de partager!!! Mon Dieu, France, que faire...
  2. France Paradis 5 juin 2016 à 07 h 44 min
    Hahaha! La gentillesse et l'agressivité ne s'opposent pas. Elle sont toutes deux des outils complémentaires qui nous permettent de suivre notre voie à nous. Comme vous manifester clairement les deux, je ne désespère pas pour lui :)
  3. Mélissa 4 juin 2016 à 10 h 02 min
    J'ai 2 petites dragonnes qui sont déguisées en princesses... J'apprend à mes filles à faire attentions dans leur mouvements pour ne pas faire mal aux autre par accident. Je suis contre la violence aussi, par contre j'ai toujours dit à ma grande de ne pas se laisser faire si quelqu'un veut l’attraper et l’emmener. Je lui ais aussi appris que personne n'a le droit de toucher ses parties intimes et qu'elle a le droit de se défendre. J'apprend aussi à mes filles a dire ce qu'elle ont dire mais dans le respect des autres. J'ai 2 filles avec beaucoup de caractère, une plus expressive (autant dans les cries et les coups) et l'autres plus modéré ou plus conciliante, mais si ça fait pas son bonheur on le sait. Finalement, je me rend compte que je n'enseigne pas à mes filles à être des princesses mais plus tôt des humains qui ont droit à leur personnalité, que tous le monde est différent et d’accepter cette différence. Ma plus grande me prouve que je fais bien (en fait je l'espère), elle est la première a aller voir les nouveaux amis à l'école pour jouer avec eux. Il y a même eu des enfants différents, un avec un retard de développement et un petit garçon qui ne parle ni le français ni l'anglais. Elle était la première pour les aider et jouer avec eux.
  4. France Paradis 5 juin 2016 à 07 h 50 min
    Merci pour ce partage :) Ce qui est souvent difficile pour nous, les parents, c'est de permettre à nos filles de manifester de l'agressivité pour se défendre et pas seulement leur dire de le manifester quand ce sera nécessaire...
  5. cindy 4 juin 2016 à 21 h 58 min
    Pourquoi être douce (et respectueuse) serait contraire à savoir se défendre? Une main de fer dans un gant de velours, ça existe aussi! On peut apprendre à se défendre en le faisant avec une certaine douceur, et pas juste parce que c'est une fille, et je pense pas que ça a quelque chose à voir avec les princesses. Et il y a tant de tempéraments différents, de goûts différents. Il n'y a pas de mal à aimer les princesses, tout comme il n'y a pas de mal à préférer les jeux moins 'filles', ou pourquoi pas un peu des 2. Laissons les enfants choisir ce qu'ils aiment être et faire!
  6. France Paradis 5 juin 2016 à 07 h 55 min
    Vous avez bien raison: la douceur ne s'oppose pas du tout à l'agressivité; elles se complètent toutes les deux. C'est seulement qu'on propose bien plus souvent la douceur que l'agressivité à nos filles et que, peut-être, elles auraient avantage à maîtriser avec autant d'aisance ces deux outils.
  7. Cristina 5 juin 2016 à 14 h 23 min
    C'est vrai, et toute chose faite en excès n'est pas bonne. Et je suis d'accord en général avec ce point de vue (surtout que je m'étais promis que ma fille ne portera pas de rose...et ne jouera pas à la princesse). Cependant, ma fille de 5 ans est une princesse malgré moi, elle aime robes et frous frous alors que je ne l'ai jamais encouragée en ce sens, car je n'aime pas ça, et qu'on ne va pas dans des magasins de jouets ensemble et qu'elle n'est pas exposée à la publicité. En même temps, elle une princesse qui nage, fait du vélo sur 2 roues depuis l'age de 3 ans et des parcours de bosses, de la gymnastique et qui vient de gagner il y a une semaine un triathlon mixte, 3 minutes avant tout le monde, filles et garçons et qui a hâte de commencer le taekwondo cet automne comme son frère... Elle s'affirme (même trop des fois) et elle a confiance en elle. J'ai donc dû me résigner et me dire qu'aimer jouer aux princesses, au bébé et à la dînette ne veut pas automatiquement dire qu'on accepte le rôle de femme soumise et fragile, mais tout simplement faire ce qu'elle aime, tout en étant une combattante. Et pour moi ça a été une leçon de l'accepter, car je me suis dit, je n'ai pas interdit à mon fils non plus de jouer aux camions ou d'aimer Flash McQueen ou Thomas le petit train... . Justement, ma fille a dû lutter contre moi pour jouer à la princesse, elle a dû s'affirmer haha! Et une chance qu'on a inventé aussi des princesse comme Brave :) https://www.youtube.com/watch?v=vfDyiCY57eo
  8. Sissi 15 juin 2016 à 11 h 50 min
    J'aime entendre ce discours. En tant que petite fille qui a grandi en essayant de répondre aux attentes des autres, j'ai du mal à trouver qui je suis rendue à l'âge adulte. J'apprends à écouter les élans de mon coeur, cette chose que j'ai au centre de moi et qui me parle depuis toujours et que je commence seulement à écouter... J'ai deux filles, dont une de 4 ans qui a tendance à s'effacer pour faire plaisir à l'autre. Récemment, elle a commencé à me demander quoi faire quand elle s'ennuie. Je lui retourne toujours la question, qu'as-tu envie de faire? écoute ton petit coeur, qu'est-ce qu'il te dit? Je suis heureuse de pouvoir la coacher ainsi et lui apprendre ce que je découvre pratiquement en même temps qu'elle. Je crois qu'une petite fille qui sait écouter son coeur, son instinct au fond, saura quand il faut user de gentillesse et quand l'agressivité devient nécessaire.

Partager