Lire dans les pensées de mes enfants

Lire dans les pensées de mes enfants
12 mai 2016
J’aimerais parfois être capable de lire dans les pensées de mes enfants pour savoir exactement ce qu’ils pensent de moi, leur papa.

J’aimerais parfois être capable de lire dans les pensées de mes enfants pour savoir exactement ce qu’ils pensent de moi, leur papa. Malheureusement, ça n’existe pas encore, mais j’aime m’imaginer des électrodes miracles que je pourrais leur coller sur la tête pour avoir toute la vérité!

Ça donnerait peut-être quelque chose comme ça :

  • Papaaaa… Tu fais super bien à manger. Les repas sont presque toujours différents et on goûte à plein de choses. On est vraiment chanceux! Mais, quand on dit que ça pique dans notre bouche, arrête de faire semblant que tu n’as rien mis de piquant. On sait que tu prends du poivre en grains et que ça laisse des morceaux. Tu ne peux pas nous faire croire n’importe quoi. Et, en passant, des champignons dans une sauce, dans une soupe, rôtis, au four, en petits morceaux ou coupés en deux, ça reste des champignons et ce n’est pas bon! Décroche et passe à autre chose.
  • Papaaaa… On te trouve souvent trop sévère. Dormir, c’est plate. Il faudrait qu’on puisse rester réveillés tout le temps. Par contre, on trouve que tu pourrais être plus sévère quand on prend notre bain. Sérieusement, quand c’est l’heure du bain, on fout vraiment beaucoup trop le bordel et tu n’as aucune crédibilité parce qu’on sait que dans le fond de toi, tu trouves ça drôle quand on fait des vagues et que ça revole partout.
  • Papaaaa… C’est vrai, papa, que tu n’es pas habile de tes mains. Probablement que tu ne serais pas capable de différencier un plan pour bâtir une cabane à oiseau d’un plan pour construire une niche à chien. Mais, ça ne nous dérange pas vraiment. C’est rare des enfants de notre âge qui font des châteaux de sable et des tours en blocs de construction plus beaux que ceux de leur père! Avec toi, on se trouve bons!
  • Papaaaa… Quand on va être grands, on aimerait quand même rester tes petits garçons. On voudrait toujours pouvoir compter sur toi et ne pas hésiter à se confier à toi. On aimerait continuer de passer plein de beaux moments avec toi (et maman!), rire souvent de nos conneries et être fiers de ce l’on est devenus, comme famille et chacun de nous.

Pour les trois premiers cas, je suis convaincu que je vise dans le mille. Pour le dernier, je ne suis pas encore persuadé que c’est ce qu’ils ont en tête, mais dans mon cœur de papa, j’aimerais tellement que ce soit ça!

 

Jean-François Quessy est aussi l’auteur du blogue  Un gars, un père.

 

Photo : iStock.com/PeopleImages

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Partager