La richesse des différences

La richesse des différences
Par Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir
3 septembre 2015
Les pères sont de plus en plus présents dans le quotidien de leurs enfants, et c’est tant mieux! Cela dit, ce n’est pas toujours simple pour le papa de trouver la place qui lui revient.

Aujourd’hui, les pères sont de plus en plus présents dans le quotidien de leurs enfants, et c’est tant mieux! Cela dit, ce n’est pas toujours simple pour le papa de trouver la place qui lui revient. Et ce n’est pas nécessairement facile pour la maman de le laisser la prendre!

Oh, je n’ai jamais eu d’hésitation à laisser le père de ma fille s’occuper d’elle, même lorsqu’elle était minuscule, mais par moment, j’avais du mal à accepter qu’il ne fasse pas forcément les choses comme moi… Paraît-il que nous sommes quelques-unes comme ça!

On dit que les différences entre le père et la mère sont une richesse pour l’enfant. Laissez-moi vous dire que ma fille doit être riche en titi alors, car son papa et moi agissons effectivement bien différemment! Au début, j’ai eu parfois l’impression que nous ramions dans des directions opposées. Avec le temps, j’ai compris que même si nous faisons les choses autrement tous les deux, nous voulons juste son bien-être.

«Tout le monde sait comment on fait les bébés, mais personne sait comment on fait des papas.»
Stromae, chanteur

J’ai appris beaucoup de choses depuis que je suis devenue maman, notamment que je suis plus patiente que je le croyais ou que je suis incapable de me rendormir lorsqu’on me réveille à 4 h du matin. J’ai aussi développé l’art d’ouvrir un sac de biscuits en silence pour ne pas me faire repérer! Mais, le plus important est que j’ai appris à faire équipe avec le père de ma fille dans le respect de la place de chacun.


À ne pas manquer dans le numéro de septembre de notre magazine, un dossier sur la paternité. Pour savoir où vous procurer un exemplaire gratuitement, consultez notre localisateur.

Photo : Jeanne et Pascal Vanier, Sainte-Adèle. Crédit : Maxim Morin

Commentaires (5)

  1. Sammye 3 septembre 2015 à 08 h 15 min
    C'est vrai que les différences entre le père et la mère sont une richesse pour l'enfant! Et, en plus des compromis que ça impose à chacun des parents, j'ai appris de mon côté que ces différences pouvaient aussi être une richesse pour notre couple et pour notre rôle de parent. C'est aussi une occasion d'apprentissage hors pair. Moi, c'est la patience de mon conjoint (autant avec bébé qu'avec moi) qui m'a surprise depuis que je suis maman, ainsi que sa capacité d'adaptation extraordinaire.
  2. Luga 4 septembre 2015 à 19 h 01 min
    Ça va pas bien pour les bébés avec des parents de même sexe.
  3. Sammye 4 septembre 2015 à 21 h 42 min
    Je pense que dans la mesure ou un bébé à plus d'un parent, qu'ils soient du même sexe ou de sexe opposé, il peut profiter de l'expérience et de l'éducation de chacun de ceux-ci. L'auteur a, je crois, voulu nous faire part de son observation faite dans sa propre famille qui en est une hétéroparentale. Mais pour un bébé qui lui grandit dans une famille homoparentale, c'est la même chose, il bénéficie de l'expérience de ses deux parents, et apprend la tolérance et l'ouverture d'esprit. On ne pense pas nécessairement aux autres réalités quand elles ne nous concernent pas, mais ça ne veut pas nécessairement dire qu'on ne les respecte pas.
  4. Geneviève Doray 8 septembre 2015 à 10 h 49 min
    Je n'aurais pas mieux dit @Sammye! Effectivement @Luga, il s'agit de mon édito qui se base sur mon histoire personnelle. Mais, soyez sans crainte, dans le dossier, nous avons effectivement abordé la question de "quand il n'y a pas de père...". On y dit entre autre que dans le cas d'un enfant élevé par deux femmes, l'absence du père peut être comblée par la présence des deux parents. En fait, quelle que soit la situation, il est bon que l'enfant ait des modèles masculins qui lui serviront de guide et avec qui il développera une belle complicité. Qu'en pensez-vous?
  5. Johanne 8 septembre 2015 à 11 h 00 min
    @Luga Savais-tu que les familles homoparentales ne représentent que 0,2 % des familles québécoises? Le modèle hétéro est encore la norme que ça te plaise ou non. Tu aimerais peut-être que toutes les mères soient des lesbiennes mais ce n'est pas la réalité. Désolée!

Partager