Des écrans oui, mais pas n’importe quand

Des écrans oui, mais pas n’importe quand

Peut-être faites-vous partie des sceptiques, mais c’est fou l’impact que peuvent avoir les écrans sur la vie de nos enfants. Il y a quelques mois, la publication d’une étude américaine sur le sujet a d’ailleurs provoqué un tremblement de terre scientifique. Dans cette recherche, on a comparé 2 groupes de préadolescents aux caractéristiques sociales semblables. On a envoyé un groupe dans un camp pendant 5 jours, sans aucun écran, et on a laissé le second groupe utiliser la technologie durant le même nombre de jours. Au retour, on a testé leur habileté à reconnaître des comportements non verbaux chez les autres et on a remarqué une différence écrasante! Les jeunes qui n’ont pas été exposés aux écrans durant la semaine ont développé leurs habiletés sociales de façon beaucoup plus marquée!

Cette recherche est importante, car elle démontre, entre autres, l’importance d’encadrer l’usage des écrans afin de limiter les effets négatifs qu’ils peuvent avoir sur nos enfants. En ce moment, on a parfois l’impression que les parents utilisent leur téléphone comme des gardiens mobiles. Bébé s’impatiente dans la poussette quand maman choisit des vêtements : « tiens, prends mon téléphone »! Fillette se réveille trop tôt le matin et papa a envie de dormir plus tard : « hop, prends la tablette »! Les enfants sont turbulents au restaurant : « voici, les garçons, un écran pour regarder un film ».

Un frein aux habiletés sociales

Si je reprends ces 3 situations, je peux cibler clairement quelles habiletés ne seront pas développées par l’enfant. Dans le cas de bébé dans la poussette, on lui enlève une occasion de développer sa patience et sa tolérance à la frustration. Avec fillette, on l’empêche de faire une activité qui pourrait l’aider à développer sa capacité à jouer librement avec les jouets qui sont déjà dans sa chambre. Finalement, les garçons turbulents manquent une occasion d’améliorer leur contrôle de soi et leur impulsivité. Plusieurs recherches ont d’ailleurs démontré que les meilleures situations d’apprentissages pour les enfants sont celles qui ont lieu dans un environnement naturel.

Parlant d’environnement naturel, ça me rappelle le discours sur les logiciels éducatifs. Contrairement à ce que plusieurs entreprises de jouets ou de logiciels interactifs veulent vous faire croire, il est faux d’affirmer que votre enfant se développera mieux s’il utilise des logiciels de développement de l’intelligence ou de la créativité. Tous les chercheurs en développement de l’enfant vous le confirmeront, jusqu’à 4 ou 5 ans, l’enfant fera toujours de meilleurs apprentissages dans un environnement réel, à 4 pattes avec un rouleau de papier de toilette et 3 plats de plastique que devant un écran plat bidimensionnel.

Au final, la meilleure façon d’utiliser les technologies, c’est de les traiter comme toute autre activité. Il y a un moment précis pour aller au parc, un moment précis pour regarder un film en famille et un moment précis pour bricoler. Il doit donc y avoir un moment précis pour jouer avec la tablette ou sur le portable de maman ou papa. Ces technologies ne doivent pas devenir des solutions faciles à notre propre manque de tolérance. Et à cet égard, je dois aussi comme papa de 3 enfants me le rappeler constamment (ainsi qu’à ma conjointe...).

Je vous invite d’ailleurs à lire le dossier Moins d’écrans de Naître et grandir. Trois familles ont décidé de relever le défi de se passer soit de la télévision, de la tablette ou des réseaux sociaux durant une semaine. Vous verrez ce qu’ils ont observé en l’espace de quelques jours seulement.

 

 

 

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (8)

  1. Sophie Lapointe 14 mai 2015 à 12 h 09 min
    Bonjour,

    nous donnons accès à des vidéos (sur l'ordinateur, nous n'avons pas de télé, ni tablette) à mon fils de quatre ans à raison de 10 minutes à la fois. Les vidéos doivent être espacés d'au minimum une heure.

    Aussi, et là est ma question, j'utilise les vidéos comme ''récompense'' le matin. La règle étant pas de vidéo s'il n'est pas prêt (habillé, nourrit, dents brossées) avec une possibilité qu'il n'ait pas le temps d'écouter un vidéo si nous sommes prêts à partir avant lui (ce qui arrive rarement). Je m'interroge parfois par rapport à cet aspect ''récompense''. Pensez-vous que ça peut avoir un effet néfaste sur lui? Donner trop d'importance et de valeur au temps d'écran?

    J'envisage éventuellement faire quelques jours ou une semaine sans écran, peut-être une ou deux fois par année. Par contre, je n'ai pas encore osé. Mon conjoint et moi seront probablement les plus affectés par cette expérience!

    Merci pour cet article pertinent. Il est toujours intéressant de vous lire.
  2. Julie 14 mai 2015 à 14 h 57 min
    Je m'excuse mais les enfants turbulents n'ont pas la chance d'exercer le contrôle de soi...quand t'es à bout de te faire regarder comme si t'étais une mauvaise mère parce que ton enfant est TDAH avec un possible Gilles de la Tourette...on repassera ailleurs qu'en public les essais de contrôle de soi...des fois un souper sans histoires au restaurant...ça fait du bien aux parents! Les gens sont tellement bourrés de préjugés...
  3. annie 16 mai 2015 à 07 h 45 min
    Salut, pour ma part, lorsque j'ai un enfant qui fait une crise en public, je dis simplement à haute voix à l'enfant que j'attend qu'il se calme et que si sa dérange les gens autour de nous, ben y ont juste à regarder ailleurs... Souvent les gens se sentent eux-même mal à l'aise et regarde ailleurs ce qui me laisse gérer mon enfant, espérant que sa t'aide :)
  4. Gaia 19 mai 2015 à 16 h 05 min
    Samedi soir, nous sommes aller à un surprise-party de famille dans un restaurant, et le seul enfant à ne pas avoir de tablette/iphone/Nintendo DS devant les yeux (sur les 12 enfants présents) était mon garçon de 3 ans et le petit bébé de 4 mois d'un autre couple... J'étais un peu hallucinée! Mais bref, il y a tellement de belles choses à "voir" dans la réalité, c'est platte de s'en passer :)
  5. Gabrielle 20 mai 2015 à 08 h 23 min
    On peut se le dire que les écrans parfois, ça rend de grands services. Au retour de la garderie, alors que fiston s'est fait stimuler toute la journée. Un petit 15-20 minutes tranquille à écouter une petite émission ne fait pas de mal. En même temps, ça nous permet de préparer le souper sans l'avoir dans les jambes en pleurs ;)

    Quant aux sorties, je sors mon cellulaire en dernier recours. Généralement, j'amène des livres, ses petites autos, des crayons de cire et du papier. Ça l'occupe le temps de recevoir son plat si on est au resto. Dans la grande majorité des cas, il n'y a pas de problème, mais lorsque le service est long et que Monsieur Terrible Two se pointe, le cellulaire avec des jeux pour tout petit, ça sauve d'une gestion de crise.

    On peut-tu se le dire qu'on fait se qu'on peut aussi ?
  6. Virginie 20 mai 2015 à 08 h 32 min
    Pour ma part, je suis perplexe. Je trouve que la société en demande beaucoup aux parents (souvent de façon contradictoire). Par exemple au resto, le parent qui met l'enfant devant un téléphone se fait juger mais celui qui ne le met pas et qui a un petit mongol (je dis ça avec beaucoup d'amour ;-)) se fait encore plus juger.

    Pour leur part, les enfants sont tolérés et considérés comme cutes s'ils agissent comme de petits adultes.... Beaucoup d'enfants pleins d'énergie ne se comportent pas comme tel. Un écran, ça aide le parent à pouvoir avoir une vie autre que de répéter au petit de se comporter correctement à chaque 5 secondes.

    Que dire de l'adulte qui fini par devenir impatient en public avec son enfant turbulent... Mon dieu! appellons la dpj!

    Je pense que quand t'es à bout, vaut mieux envoyer l'enfant devant l'écran. Néanmoins, je suis d'accord que trop d'écrans, ce n'est pas souhaitable.
  7. Dominique Renaud 22 mai 2015 à 22 h 15 min
    Nous avons créé un projet l'an dernier pour créer une gestion saine des activités ''électroniques'', avec quelques familles du coin. C'était ma fille Océane qui trouvait que son frère jouait trop à ses jeux vidéos. Il s'agissait de passer 10 jours sans écran. Cette année, le projet a pris beaucoup d'ampleur. Plein d'organismes du coin se sont joints à nous et offrent gratuitement une panoplie d'activités pour faire découvrir de nouveaux centres d'intérêts aux enfants. Du scoutisme, à l'intiation au géocashing, à l'astronomie, en pasant par des activités sportives et la bonne vieille ''kick la cacanne.''. Si cela vous intéresse, joignez-vous à nous en allant inscrire votre famille sur ntore site facebook ''défi 10 jours sans écran''(région Saguenay)
  8. Annie 24 mai 2015 à 07 h 14 min
    Article très intéressant qui m'interpelle beaucoup, vraiment beaucoup.

    N'ayant pas de télé à la maison, j'ai limité l'accès à l'électronique(ordinateur pour film ou site pour enfants) aux jours de pluie et, il faut que ça vienne d'eux. Mes filles(5 et 7 ans) sautent de joie aux premières goutes qui tombent parfois ce qui fait que je me questionne (suis-je "cheap" de ne pas les laisser regarder des films plus souvent?).

    Au restaurant, nous amenons crayons et papiers et il est vrai que ce n'est pas toujours évident. Je dois parfois sortir dans l'entrée avec mon garçon de près de 2 ans pour lui "apprendre" que les gens ne vont pas au restaurant pour l'entendre pleurer ou être turbulent. On retournera lorsqu'il sera calme. Je suis déjà passée par là avant, je sais que ça va passer, mais quand tu es dedans, c'est vrai que c'est pénible!

    Chaque crise ou impatience ou quelques mauvais comportements que ce soit est une occasion de leur apprendre à bien se conduire. C'est vrai que ça serait facile de leur donner le téléphone au restaurant, mais ils apprendraient quoi? Et surtout, ils apprendraient quand à bien se comporter en public?

Partager