Lecture: mon don de fée-marraine

Lecture: mon don de fée-marraine
Par Mariouche Famelart, Bibliothécaire
21 mars 2015

Je l’avoue, chez moi,  j’ai 2 bibliothèques remplies de littérature jeunesse, même si je n’ai pas d’enfants. Je n’ai jamais eu besoin d’excuses pour acheter des livres pour enfants! J’en ai aussi donné en cadeaux plus souvent qu’à mon tour… même à des adultes!

fee marraine 300Mais, j’ai maintenant 2 extraordinaires raisons de faire de tels achats. En l’espace de 4 mois, je suis devenue tante d’un petit garçon et marraine du fils d’une amie. Oh, je n’ai pas attendu leur venue au monde pour leur acheter des livres. Pendant qu’ils étaient encore dans le bedon bien rond de leur maman, je leur ai offert quelques bouquins pour commencer leur bibliothèque. Maintenant qu’ils sont nés, je compte bien continuer à les gâter!

Je n’ai pas de baguette magique comme celle des marraines de contes de fées. Je ne peux donc pas me pencher sur leurs berceaux pour leur faire instantanément aimer la lecture. Ce don demandera quelques efforts de ma part, mais choisir et acheter des livres sera facile dans ma situation. Je n’aurai pas non plus à convaincre les parents de ces 2 adorables enfants de l’importance d’introduire tôt les livres dans la routine de leurs bébés. Ils le savent déjà. Nous sommes d’ailleurs beaucoup d’adultes, et pas seulement des gens travaillant dans le monde du livre, à en être persuadés.

Cependant, je me demande parfois si c’est bien mon rôle de conseiller des parents à propos de la lecture aux tout-petits alors que je ne suis pas une mère moi-même. Une amie m’a rassurée en me rappelant que les parents n’ont pas la prétention de croire qu’ils sont les seuls à pouvoir répondre aux besoins de leur enfant. Elle m’a renvoyée à l’adage africain qui dit que cela prend tout un village pour élever un enfant.

Je me sens donc maintenant à l’aise de mettre ma pierre à l’édifice. De plus, je crois avoir beaucoup à partager : ma passion pour les livres, mon amitié pour cette copine de longue date, mon affection pour ma sœur et bien sûr cet amour que j’étends sans condition à leur enfant.

Ma première résolution comme tante et marraine est donc la suivante : je profiterai de chaque instant propice pour partager des moments de lecture avec mon neveu et mon filleul. Pas seulement parce que je sais que cela peut leur faire du bien à long terme. Aussi, et surtout, parce que la lecture partagée m’en fera tout autant à moi puisqu’elle est une occasion idéale de développer avec eux tendresse et complicité.

J’espère ainsi passer beaucoup de bons moments avec eux autour des livres : des moments de jeux et de rires, mais aussi des moments de lecture pour leur donner le goût des histoires et des mots. Tout cela afin de leur donner l’envie d’apprendre à lire bientôt. Parce que je sais que pour favoriser les chances de réussite scolaire, il faut que lire rime avec plaisir dans le cœur d’un tout-petit.

Mariouche Famelart, Bibliothécaire
Bibliothécaire passionnée de littérature jeunesse, je souhaite partager avec vous mes idées et mes trucs pour éveiller vos tout-petits à la lecture.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (1)

  1. Catherine 23 mars 2015 à 19 h 41 min
    Lorsqu'il est venu le temps d'inscrire ma première au programme une naissance, un livre, je ne croyais pas qu'elle était assez vieille pour apprécier les livres (4 mois). J'ai réalisé assez vite qu'elle avait déjà un intérêt!!! Comme elle a aimé jouer avec le livre de toupie et binou que nous avions reçu! Elle regardait les couleurs, tournait les pages. Il ne m'en a pas fallu plus pour que je courre acheter des tonnes et des tonnes de livres pour bébé puis pour enfant. C'est la première chose que mes filles sortent des étagères lorsqu'on joue ensemble. Que de beaux moments passés en famille. Comme quoi on n'est jamais trop jeune.

Partager