L’épreuve du retour, après une semaine d’absence

L’épreuve du retour, après une semaine d’absence

Après une semaine de soleil et de repos en amoureux, il est temps de revenir à la maison. Passons sur les quelques achats douteux pour les enfants, particulièrement un costume de lutteur mexicain à l’effigie de Dora l’exploratrice, et parlons maintenant du retour.

Préparer son départ est important pour l’enfant, comme je l’ai exposé dans mon blogue précédent, mais à quoi peut-on s’attendre lors de notre retour? Les premiers moments du retour sont toujours agréables, l’émotion est à son comble, on a beaucoup de câlins et on nous dit beaucoup de paroles gentilles. Mais ensuite?

Nous avons ensuite eu droit à une réaction en règle de Leeloo. Quatre jours de crises « irrationnelles ». Je dis « irrationnelles », car elle n’avait pas d’autre objectif que de faire une crise (donc une demande d’attention!). Par exemple, j’imaginais lors de mon premier déjeuner avec les enfants des discussions sur le Mexique, pays des jaguars et des dauphins. J’ai plutôt eu droit à une discussion circulaire sur la couleur de la cuillère à utiliser.

- Je veux ma cuillère rose!

- Voilà ta cuillère rose.

- Non, pas ma cuillère rose, ma cuillère bleue!

- Voilà, ma belle, ta cuillère bleue.

- Non, pas ma cuillère bleue, ma cuillère mauve!

- Pas de problème, tiens ta cuillère mauve.

- Non, pas la mauve, la cuillère rose!

- Elle est devant toi ma belle, avec les quatre autres (je vous ai épargné la jaune!).

Et clac! Leeloo lance les quatre cuillères par terre et recommence.

- Je veux ma cuillère ROOOSEEEE !

Et pourtant, Leeloo ne fait pas souvent de colère. L’interprétation la plus probable de la cause de son comportement, c’est certainement qu’elle réagit à notre retour. Les enfants de plus de 5 ans ont plus de facilité à verbaliser leurs émotions  dans ces situations. Toshiro - 10 ans - a vécu quelques inquiétudes en lien avec les activités sportives qu’on y faisait (Est-ce qu’il y avait des requins là ou vous plongiez?), Akira - 6 ans -  était plutôt dans la surexcitation de nous voir de retour, alors que pour Leeloo -  2 ans -  c’est passé par l’opposition.

Par contre, ce qui est remarquable, c’est que cette opposition était terminée après 5 à 7 jours. Lorsque cette situation se produit, j’opte toujours pour un retour aux réactions habituelles du parent. Bien sûr, cette attitude demande parfois beaucoup de contrôle, mais il est important d’envoyer le message à l’enfant que la situation est de retour à la normale.

Intervenir avec compréhension, mais dans le même esprit qu’à l’habitude. Intervenir en gardant en tête que notre enfant réagit comme il le peut à une situation hors-norme pour lui. Intervenir de façon plus tolérante qu’à l’habitude, mais avec la même logique et la même consistance. Par exemple, j’aurais habituellement arrêté de donner des cuillères à Leeloo après la bleue. J’ai poursuivi avec  patience seulement pour qu’elle se sente à l’aise d’aller au bout de son raisonnement. Je soupçonnais que c’était plus de l’attention qu’une cuillère qu’elle me demandait à ce moment-ci. Et j’ai évalué que les circonstances justifiaient que je lui donne plus d’attention.

Ainsi, j’ai fait preuve d’adaptation devant une petite fille qui demandait de l’attention avec beaucoup d’insistance durant quelques jours. Et après quelques jours,  l’humeur de Leeloo est revenue comme avant!

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (1)

  1. Mireille 9 juin 2014 à 18 h 47 min
    J'adore!! Le billet m'a fait sourire et en tant que nouvelle maman, le mot "adaptation" me parle beaucoup. Je prends note de cette excellente technique d'intervention. Merci!!

Partager