Bouchées de bonheur

Bouchées de bonheur
Par Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir
31 mars 2014

À ne pas manquer dans le numéro d’avril de Naître et grandir, un dossier sur le bonheur. Pour savoir où vous procurer un exemplaire gratuitement, consultez notre localisateur.

On dirait que certaines personnes naissent avec le gène du bonheur facile. Pour toutes sortes de raisons, ce n’était pas mon cas. Avec les années, j’ai tranquillement appris à changer mon regard sur la vie et à trouver du bonheur dans tous les petits moments de ma journée. La caissière à l’épicerie qui me dit un mot gentil, l’anecdote drôle du collègue au dîner ou une belle image vue sur le web.

La naissance de ma fille a, bien sûr, fortement contribué à cette transformation. Les enfants ont le don de chasser le plus gros des nuages avec un seul sourire ! Hélas, cet émerveillement devant les petits riens disparaît trop souvent lorsqu’ils deviennent de « grandes » personnes. Nous avons donc pris l’habitude, lors du souper ou avant le dodo, de partager à tour de rôle nos trois meilleurs moments de la journée. Et interdit de ne pas trouver quelque chose ! Par la même occasion, ma fille se trouve à exercer son langage, sa mémoire, sa capacité à attendre son tour pour parler et son écoute. Tout cela en quelques minutes chaque soir !

Un jeu tout simple qui aide à se recentrer sur ces instants, ces images, ces petits riens qui rendent la vie plus belle. Alors, dites-moi, quels seront les trois moments que vous raconterez ce soir ?

Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. soso 31 mars 2014 à 13 h 47 min
    Je me reconnais dans ce que vous dîtes, c'est-à-dire que moi aussi, je n'avais pas le bonheur facile avant d'être maman. J'étais plutôt mélancolique, nostalgique même, malgré ma jeune vingtaine! Et puis ce petit garçon qui arrive, avec ses grands yeux et sa joie de vivre immense. Un superbe cadeau de la vie. Je me considère plus heureuse maintenant, je vis à travers son regard d'enfant -j'ai la chance aussi de l'élever moi-même. Toutes ces années que j'ai gâchées un peu, avec mon regard gris sur la vie trop souvent; je regrette un peu. Mais heureusement j'ai appris, avec mon enfant, l'importance de chérir la vie et d'en profiter, car ça passe bien trop vite, vous l'aurez compris aussi...

    Alors oui, des petits rien deviennent de beaux moments de joie. Un rayon printanier sur la joue, notre enfant qui nous déclare son amour lors du lavage des mains, quelqu'un qui félicite notre rejeton... Faut prendre tout le positif!
  2. Nespoulous 31 mars 2014 à 17 h 00 min
    J'ai appris ....moi aussi je n'avais le bonheur facile ... J'ai propension a m'angoisser facilement mais je chèche avant de m'endormir les choses postiers que j'ai pu faire ou vivre dans la journée et ça me mets depuis ces dernières années en confiance et je vais faire la même chose que vous dites le soir en ramenant mon petit fils a sa maman avant de se coucher nous allons nommer les moments de bonheur .. Merci c'est une super idée et j'en prends acte ..

Partager