Les « Zamis »

Les « Zamis »
7 janvier 2014

Depuis qu’elle est haute comme trois pommes, ma fille adore la compagnie des autres enfants. D’instinct, on dirait qu’elle a toujours su comment se faire des amis. Petite, elle les serrait dans ses bras ou leur prêtait le bonbon qu’elle avait longuement machouillé!

Aujourd’hui, elle s’arrange pour les faire rire. Elle leur parle de tout et de rien, même s’ils ne parlent pas le français! Une maman m’a dit un jour qu’elle n’en revenait pas de voir ses filles, d’habitude si timides, être aussi rapidement à l’aise avec la mienne. Intriguée, j’ai demandé à ma petite quel était son truc. Elle m’a répondu spontanément :

« Ben, ze sais pas, maman ».

(long silence)

« Ze parle, ze parle. Elle me regarde. Alors ze parle et ze parle encore, même si elles parlent pas. Et pis, elles parlent et on zoue! » (On dirait presque moi et son père. Je parle, je parle, il me regarde. Je parle encore... et il s’endort ;-))

J’ai proposé le truc du monologue à mon fils qui est moins à l’aise dans ses interactions. En vain. Il ne sait pas quoi dire et devient rapidement mal à l’aise. Question de tempérament. Cela ne l’empêche pas d’avoir des amis, mais ça n’a pas toujours été le cas. Il a fallu qu’on prenne le temps, son papa et moi, pour le guider sur ce chemin difficile à déchiffrer pour lui. Sourire, apprendre à partager, collaborer, parler, écouter, etc. Ce n’est pas toujours facile. Alors, on a mis des mots sur ses émotions pour l’aider à comprendre les réactions des autres enfants. C’était difficile pour lui, mais il a fini par y arriver à sa façon. Aujourd’hui, il a deux ou trois bons amis, mais pas plus. Il est plus heureux en petit groupe. Tant qu’il a au moins un ami avec lequel il se sent bien, je pense que c’est l’essentiel.

Quand on a goûté à l’énergie de belles amitiés, on ne peut plus s’en passer. C’est ce que je souhaite à mes enfants...et aux vôtres! Et à vous aussi! Je vous souhaite des amis qui vous aiment tels que vous êtes et avec qui vous vous sentez bien. Des amis avec qui vous pouvez pleurer ou rire aux éclats. Parler ou ne rien dire. Raconter des niaiseries. Rêver à voix haute. Partager des petits moments importants ou insignifiants. Bref, de vrais amis.

Bonne année à toutes et à tous!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Caroline 16 janvier 2014 à 11 h 22 min
    Toujours un plaisir de vous lire...

    Bonne année à vous aussi !
  2. Lybedu 19 janvier 2014 à 08 h 26 min
    Belle et heureuse année à vous tous qui aimez venir vous délecter des articles de Catherine. C'est toujours un réel plaisir pour moi aussi.
    Pour en revenir au sujet du jour, c'est vrai que j'attache moi aussi une grande importance aux ami(e)s que peuvent se faire mes enfants. Mon fils est du genre gentil qui se laisse (un peu trop) faire, genre les autres le tapent "pour jouer" et lui se laisse faire car ce sont ces (soit disant) copains. Un autre lui ordonne de faire ci ou ça sinon c'est plus son copain et puis c'est lui le chef donc... Alors j'interviens et lui explique que non on a pas le droit de taper les autres surtout si c'est un copain, non on ne doit pas subir les humeurs d'un petit chef menaçant et finalement pas drôle du tout... Je l'accompagne du mieux que je peux en lui donnant quelques astuces pour se défendre et pour avoir de la répartie envers ceux qui seraient un peu trop..... trop !!!! Cette année il y a un peu de mieux à l'école, il n'est plus celui qu'on met à terre pour lui donner des coups sous couvert du jeu (si, si, je vous assure je l'ai vue...) et il commence à se défendre et à rendre les coups si nécessaire !!!
    Comme le souligne Catherine, ce n'est pas facile d'aider à mettre des mots sur les émotions mais avec une bonne écoute, de la patience et de l'amour, on y arrive.
  3. Catherine Goldschmidt 21 janvier 2014 à 13 h 49 min
    Merci Lybedu pour votre gentil petit mot. Ça me touche droit au cœur!

Partager