Super, maman est malade!

Super, maman est malade!
2 octobre 2013

Crédit photo: Catherine Goldschmidt Je suis clouée au lit. Interdiction de marcher, le temps que mon genou douloureux guérisse un peu. Évidemment, mes enfants sont ravis. Ma fille peut jouer au docteur avec moi en paix sans craindre de me voir disparaître au bout de deux minutes à cause d’un lavage à faire, d’un souper à préparer ou d’un texte à finir. Je suis entièrement à sa merci. Elle peut partir le temps qu’elle veut pour me préparer une bonne salade au poulet en plastique biologique (c’est le dernier plastique à la mode, vous ne saviez pas?!), elle est certaine de me retrouver à la même place.

Massages, câlins, confidences, bisous, verres d’eau avec glaçons, débarbouillette humide, re-bisous, j’ai droit à la totale incluant quelques examens aux résultats parfois douteux: j’ai DEUX belles dents, j’ai peut-être une otite, je n’ai pas les yeux qui coulent, mais j’ai les cheveux qui poussent (ça me rassure). Comme ma maman habite loin et qu’elle ne peut pas venir me consoler alors Mademoiselle Docteure m’a prêté son toutou préféré (il lui en reste 11 autres, pas de panique).

- Tu veux faire quoi comme métier plus tard, ma chérie?

- Heuuuu? Guitare électrique!

- Bizarre, j’aurais parié sur autre chose.

Côté fils, j’ai eu droit à un : « WOW, trop cool : des béquilles! T’es trop chanceuse, maman. »(Je cache ma joie, tu n’as pas idée, mon grand). Quand elles ne sont pas sous mes bras pour m’aider à me déplacer, mes béquilles expriment donc leur vraie nature entre les mains de mon garçon. Ce matin, l’une d’elles a fait office de mitraillette pour empêcher quiconque de rentrer dans la salle de bain pendant que je me lavais les dents (j’en ai juste deux, j’y tiens). Hier soir, après une tentative avortée de se transformer en échasses, les dames de fer ont servi de pont à une bande de Schtroumpfs en détresse pour finir en longue vue de pirates en quête d’île au trésor au fond du bac à linge sale.

Sincèrement, je remercie mes enfants. Grâce à eux, je sais désormais qu’une béquille c’est mieux qu’un couteau suisse, et que pour soigner les mamans, une guitare électrique, c’est bien plus efficace qu’une infirmière!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. Francine Ferland 2 octobre 2013 à 14 h 25 min
    Bravo! Très beau texte plein d' humour. Les enfants ont une façon très personnelle (et fort efficace) de transformer des moments difficiles en des souvenirs mémorables.
  2. Catherine Goldschmidt 3 octobre 2013 à 08 h 25 min
    Merci Francine ;-)
  3. sarah 3 octobre 2013 à 07 h 50 min
    Les enfants voient toujours le bon côté des choses (enfin souvent), c'est une belle leçon de vie pour les adultes. Quand je suis tombé malade la première fois (grosse gastro) avec un bébé d'un an et personne pour le garder. Je me suis dis et zut, comment je vais faire et que va devenir mon bébé. Au final, il a été beaucoup plus sage que d'habitude, il jouait près de moi sans rien demander.
  4. Christine 3 octobre 2013 à 08 h 56 min
    Quand j'ai été malade et alitée il y a un an, je me sentais coupable de laisser mon mari s'occuper des enfants sans que je puisse l'aider et j'avais peur que mes enfants (surtout mon fils, le seul en âge de comprendre ce qui arrivait) soient angoissés de la situation. Mais ce matin, justement, mon fils a dit à mon conjoint: "Tu te souviens, Martin, quand maman était malade, on se levait juste tous les deux et on déjeunait ensemble et tu me lisais des livres...ben j'aimerais ça qu'on recommence...". Comme quoi, à toute chose malheur est bon!
  5. Soso 3 octobre 2013 à 12 h 57 min
    En voyage, cet été, de l'autre côté de l'océan, une de mes peurs s'est réalisée: on a été malade toute la famille. Papa, maman et garçon. Une vilaine grippe, ce genre de cochonnerie qu'on ne veut surtout pas attraper quand on fait du tourisme... Durant les quelques heures où j'étais littéralement en agonie (fièvre, frissons, sueurs, douleurs musculaires et alouette), eh bien mon fils de 3 ans et demi est resté sagement dans sa poussette, sans rien dire. Un miracle! Comme s'il comprenait parfaitement que je ne pouvais m'en occuper. Il s'est bien rattrapé par la suite, par contre!!!
  6. Roxanne 4 octobre 2013 à 10 h 32 min
    Lors de mes 2 grossesses j'ai été malade, trrrrrès malade. J'ai vomi mon estomac jusqu'à ne plus être capable d'avaler quoi que ce soit. J'ai fini à l'urgence pour réhydratation à plusieurs reprises. Au 1er bébé, pas de problème, je n'avais que moi à m'occuper mais lors de la 2e grossesse, ma fille avait 2 ans. Comment faire pour m'en occuper? J'en étais incapable. Ma mère s'est établie chez nous pour 8 mois. J'avais de la peine de ne pouvoir m'occuper de ma fille mais étrangement elle me laissait tranquille. Au fur et à mesure que j'ai pu remanger et donc reprendre des forces, ma fille a recommencé à venir me voir et à me parler. C'est comme si elle sentait si elle pouvait ou non venir me voir...
  7. Catherine Goldschmidt 7 octobre 2013 à 07 h 54 min
    Ça donne presque envie de faire semblant d'être malade vos histoires ;-)
  8. Dre Taz 8 octobre 2013 à 08 h 40 min
    Comme d'habitude, une petite-pause bonheur! On guérit surement plus vite grâce à nos enfants!
  9. Catherine Goldschmidt 9 octobre 2013 à 08 h 43 min
    ;-)
  10. mega301 8 octobre 2013 à 21 h 25 min
    Votre texte est très touchant et tous les commentaires qui s'y rattachent également. C'est dont merveilleux les enfants!! Du bonheur sur deux pattes. Lorsque je suis malade, j'ai le droit a de magnifiques bisous, petits ou énormes, selon la gravité de la douleur. Je crois que même a l'agonie,elle m'arracherait un sourire. Ce sont de vrais petits remèdes pour l'âme nos petits amours. Je suis présentement en démarche de placement pour ma maman atteint d'alzheimer et ça me déchire le coeur. Ma fille le ressent car depuis le début de ce douloureux processus, lorsque je suis au plus bas, elle m'appelle MLLE BEAUX SOURIRES!!! On ne sait pas où elle a pêché ça mais ce petit clin d'oeil nous fait bien sourire!! :)
  11. Catherine Goldschmidt 9 octobre 2013 à 08 h 41 min
    Le vôtre l'est tout autant :-)
  12. Caroline Dion 15 octobre 2013 à 21 h 24 min
    Petit bijou de texte !
    J'aime beaucoup vous lire.
    Prompt rétablissement.
  13. France Bourassa 8 novembre 2013 à 22 h 35 min
    C'est fou comment nos enfants sont réceptifs aux situations plus difficiles et qu'ils ajustent leur comportement sans même y penser! Récemment, j'ai attrapé un rhume (non pas une grippe, et surtout pas une grippe d'homme!) qui m'a coupé l'appétit pendant 2 jours et a déréglé mon thermostat interne (j'alternais entre le claquage de dents (moi j'en ai plus que 2!!! donc ça fait un joli son) et l'envie de sortir mon maillot de bain. Le tout accompagné d'une baisse d'énergie frôlant le point de congélation. Alors que je me demandais si je devais rappeler mon conjoint du travail pour venir s'occuper de fiston qui a 8 mois, celui-ci a gentiment décidé de faire une sieste de 2h30 le matin (comparativement à 30-45 min.) et une autre de 2 heures l'après-midi. Merci fiston! À cela s'ajoute ma grande de 4 ans qui a passé la journée à la garderie. Le soir, à l'heure du dodo, je traîne mon corps qui frissonne et mes dents qui claquent jusqu'à son lit pour, comme à l'habitude, me coucher quelques minutes avec elle. Elle me dit: "Maman, colle-toi sur moi, je vais te réchauffer". Bon, ça m'aurait pris 10-12 couvertures pour me réchauffer le corps, mais mon cœur était chaud lui! Et elle a trouvé le moyen d'en rajouter. La nuit, elle va au toilette et vient ensuite me voir pour me demander si j'ai encore froid!!! J'en reviens pas encore! C'est la job des mamans de vérifier si les enfants vont bien. Quel enfant pense à 4 ans, et surtout la nuit, à vérifier comment se porte sa maman malade?! J'adore mes enfants!

Partager