Ensemble, c’est tout

Ensemble, c’est tout
5 avril 2013

Un jour, mon aînée m’a raconté, effarée, qu’une de ses amies pensait que le plus important dans la vie, c’était d’avoir de l’argent. « Quelle tristesse! » ai-je répondu. « Invite-la donc à la maison, on va lui faire des crêpes et la faire rire! » Elle a semblé soulagée et j’avoue avoir été ravie de sa réaction. Ça a pris du temps, mais elle a fini par comprendre que le bonheur n’a rien à voir avec la taille de notre maison, ni celle de notre auto. Non plus avec le nombre de jouets ou de technologies qui infiltrent notre vie quotidienne. Le coeur de notre bonheur familial se cultive plutôt autour de ces trois petits mots : ensemble, c’est tout.

Dimanche : Quelques degrés au-dessus de zéro et on a filé, mon homme et moi, pédaler au grand air avec nos enfants, malgré les bancs de neige encore hauts dans notre coin et le petit vent frais. Ma petite a eu «mal aux zambes» après dix coups de pédale tandis que mon grand roulait en avant, cheveux au vent. Libre et heureux.

Lundi : Ma petite dernière a imité le ton et la voix de son père qui venait de réprimander son frère parce qu’il jouait à table au lieu de manger. Éclats de rire général.

Mardi : On a roulé en auto, fenêtres baissées en chantant à tue-tête : «Vive le vent, vive le vent, vive le vent... de printemps! » C’est là que ma fille a attrapé un rhume, je crois.

Mercredi : Concours de chaussettes. Le premier qui retrouvait 10 paires identiques gagnait le droit de se coucher une demi-heure plus tard si c’était un enfant, ou 1 heure plus tôt si c’était un adulte!

Jeudi : Sur mon lit, elle a lu son roman, il a lu une revue la tête sur mes genoux, elle a regardé les images d’un album, etc. Bref, ils ont lu en silence... pendant que je dormais. (J’ai gagné le concours!)

Vendredi : Serrés comme des sardines sur le canapé, on a regardé un film à la télévision en mangeant du pop corn comme au cinéma. Ma fille a glissé sa main dans la mienne, l’autre dans celle de son frère. Alors, j’ai pris la main de mon homme et mon fils a pris celle de sa grande soeur. Et puis, ils ont tous crié « Chut! » pour que j’arrête de faire les dialogues du film (les vrais étaient insignifiants, je vous jure).

Samedi : « Ça vous dit de faire des crêpes? » Un kilo de farine par terre et 1 tasse de lait renversé plus tard, on a « manzé les meilleures crêpes » (de grumeaux) au monde!

Être ensemble, tout simplement, c’est ce qui rend mes enfants heureux. Par contre, si la copine de ma fille vient faire un tour à la maison, j’éviterai la pâte à crêpes aux grumeaux. Aux dires de Tommy, notre petit voisin : « c’est vraiment beurk! »

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (7)

  1. Eric 5 avril 2013 à 16 h 00 min
    si tu crois que c'est le vent du printemps qui a causé le rhume de ton enfants c'est un peu insouciant. pas obligé d'être insouciant pour avoir du fun.
  2. @anne_alexis 5 avril 2013 à 18 h 12 min
    C'est l'insouciance qui donne un peu de saveur à la vie. Je lui en souhaite encore plein de ces rhumes anodins, faible rançon d'un véritable bonheur ...
  3. Dre Taz 5 avril 2013 à 18 h 14 min
    Merci pour ces petites bulles de joie!
    Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas seulement le froid qui a donné le rhume!
    Et votre sujet apporte une certaine réflexion: nous sommes à l'ère du matériel, et les enfants se comparent leurs avoirs respectifs, dès le plus jeune âge. Il faut savoir leur inculquer les vraies valeurs, ne pas céder à la tentation.

    Vive les crêpes!
    p.s. quel film regardez-vous qui puisse plaire à toute la famille?
  4. Catherine Goldschmidt 10 avril 2013 à 08 h 24 min
    :-) je savais que tu dirais ça. Merci! Nos préférés à la maison sont: Rango, Comment dompter un dragon, Ice Age et juste chez les filles, Raiponce :-)
  5. Les potins du dimanche | Jamais 2 sans 3 7 avril 2013 à 07 h 00 min
    [...] Ensemble, c’est tout [...]
  6. Soso 7 avril 2013 à 22 h 41 min
    Ensemble, c'est tout. C'est criant de vérité.

    J'ai eu un accident d'automobile il y a quelque temps déjà, rien de grave, mais tout de même: j'ai eu droit à une belle promenade en ambulance et puis j'ai raté le souper en famille. Un bon repas préparé par mon conjoint, et que dire de mon petit homme qui m'attendait depuis des heures. Je m'ennuyais tellement d'eux, j'avais si hâte d'être enfin à la maison et de déguster ce repas, d'être ensemble justement. J'étais à moins d'un kilomètre de chez-moi en plus. Et puis cette mésaventure qui arrive, les heures d'attente à l'urgence, le collet cervical qui serre la gorge, l'angoisse qui s'amplifie. Mes deux amours me manquaient soudainement de façon plus cruelle.

    Finalement, je suis retournée à la maison en taxi en toute fin de soirée (je me sentais chanceuse d'avoir eu mon congé si vite), mais je n'avais pu mettre mon enfant au lit. Et puis cette réflexion: quel bonheur d'être en famille, tout simplement.
  7. Solène 14 mai 2013 à 23 h 50 min
    Oui, tu as bien raison. Ce sont tous ces précieux moments partagés ensemble qui nous rendent riches! Je dis souvent, quand on se fait un gros câlin de famille ou bien qu'on lit ou écoute un film tous collés les uns contre les autres qu'on "recharge nos batteries affectives". On en a besoin!

Partager