Cours sur les antibiotiques pour Monsieur X

Cours sur les antibiotiques pour Monsieur X
Par Dre Taz, Omnipraticienne
3 avril 2013

Vendredi soir. C’est mon tour de faire du «sans rendez-vous» : 2 h d’attente, 75  patients. Dehors, il fait froid et gris. Il y a de la gadoue partout. La saison hivernale s’étire. C’est le temps des impôts. Noël est un vague souvenir. Les vacances sont loin. Les gens sont fatigués. Ça tousse, ça crache, ça rumine, ça pleure.

Au tour de Monsieur X. Il n’est même pas levé de sa chaise qu’on perçoit toute sa colère mal contenue. Il tire rudement son fils par la main. À chaque pas saccadé qui le rapproche de moi,  mon coeur bat plus rapidement. La semaine a été dure, il est inquiet, il est stressé. Je suis malgré moi la toute petite représentante de notre système de santé, avec ses forces et ses failles. Et je suis son bouc-émissaire.

Pendant que j’examine son fils,  je sens le regard de Monsieur X sur moi, exaspéré. Il répond à mes questions en grognant.

Une otite depuis plus de 48 h. Je lui tends la prescription. Je m’apprête à donner quelques explications, mais je vois ses mâchoires crispées s’ouvrir :

« Attendre 3 h dans la salle d’attente pour avoir de l’amoxicilline! Pas besoin de 10 ans d’études pour ça. »

Je n’ai rien répondu. Je lui ai ouvert la porte et j’ai souri au Fiston qui se sent coupable d’être malade.  

 Pourtant, le choix d’un antibiotique n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Plusieurs facteurs sont à considérer.

La bactérie:  une pharyngite n’est pas une infection urinaire. L’ongle incarné infecté d’un enfant diabétique n’est pas soigné de la même façon que celui d’un enfant en santé. Un bébé qui fréquente une garderie n’a pas besoin du même antibiotique que celui qui est gardé par maman à temps plein. Si vous vivez dans le Sud des États-Unis, vous n’êtes pas porteurs des mêmes bactéries que si vous êtes en Alberta. Bref, la bactérie qui infecte votre enfant dépend de son quotidien, de votre endroit de résidence,  de son état de base, etc.

Spectre d’action: chaque type de bactérie a un antibiotique qui lui correspond. Idéalement, on choisit la molécule qui ne tue que la bactérie la plus probable d’être responsable de l’infection, sans la rater toutefois. Cette précision est importante pour être efficace tout en évitant le phénomène de résistance.

Goût: ça peut aller du «dégueu» au «super bon». Tous les goûts sont dans la nature. Même l’antibiotique le plus puissant du monde n’est d’aucune utilité s’il est recraché! Je me rappelle de ces cours de pharmacologie du vendredi matin à l’université : un prof bien spécial nous les avait fait goûter...

Coût: c’est un facteur primordial. Les génériques sont aussi bons que les marques connues. Parfois, un médicament peut paraître plus cher dans l’absolu, mais sa prise peut aussi être plus courte (5 jours au lieu de 10)!

Posologie: certains enfants sont plus enclins à avaler que d’autres. Certains n’ouvriront pas la bouche et d’autres ne veulent plus rien savoir après 3 jours. Il est important de choisir l’antibiotique selon le nombre de prises et la durée.

Allergies: malgré ce qu’on pourrait croire, elles sont peu fréquentes. L’éruption cutanée qui commence après un antibiotique ne signifie pas nécessairement une allergie. Reste que nous sommes souvent coincés et, dans le doute, c’est une donnée qu’on ne peut absolument pas négliger.

Et il y a aussi ces minuscules détails qui sont importants quand on est parent. Je pense à ceux qui doivent apporter un antibiotique dans un avion alors que les liquides sont proscrits. Ou encore à l’enfant qui est vulnérable aux érythèmes fessiers et chez qui on voudrait à tout prix éviter des selles en diarrhée.

Bref, choisir un antibiotique est un geste lourd de conséquences, exagérément banalisé.

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (14)

  1. Pierre-Marc Gervais 3 avril 2013 à 10 h 16 min
    D'autant plus qu'un antibiotique n'est pas toujours requis (une récente revue Cochrane a démontré que l'utilisation d'antibiotiques dans l'otite moyenne aiguë ne permet que de prévenir la douleur aux jours 2 à 7 d'un seul enfant sur 20 qui sont traités et que 1 enfant sur 14 qui sont traités aura de la diarrhée liée à l'antibiotique).

    Il y a effectivement beaucoup d'éducation à faire auprès des patients sur l'impact de la prise d'un antibiotique, le choix et le dosage de celui-ci.
  2. Jean-François Quessy 4 avril 2013 à 15 h 46 min
    Merci Dr Taz pour ces informations sur les facteurs à prendre en considération avant de choisir un antibiotique. Je m'en voudrais de ne pas au moins vous féliciter pour avoir ouvert la porte à Monsieur X sans rien lui répondre! Il n'y a pas un antibio qui soigne le manque de savoir-vivre. :)
  3. Dr Tasnime Akbaraly 4 avril 2013 à 16 h 47 min
    @Pierre-Marc Gervais: vous avez tout-à-fait raison, j'ai d'ailleurs déjà écrit une chronique sur le sujet. Quant à la réelle pertinence d'un antibiotique, j'en ai souvent discuté, ici et , mais vous avez raison, il y a BEAUCOUP de boulot à faire encore!

    @Jean-François Quessy: Merci pour vos félicitations mais j'ai peu de mérite. Il me restait 74 patients à voir! Je me devais de préserver mon énergie pour des choses hautement plus importantes. Quant au savoir-vivre, il est variable selon les jours, le vécu, le nombre d'heures d'attente, etc... Ce pauvre homme me fait pitié!
  4. Soso 4 avril 2013 à 23 h 45 min
    À l'adolescence, j'étais grippée à chaque année et parfois une sinusite ou une laryngite s'invitaient dans mon système. J'allais alors voir un médecin qui avait pignon sur une rue plutôt déserte et dans la salle d'attente, toujours un seul ou deux autres patients. C'était vraiment le jack-pot pour moi qui n'avait pas de médecin de famille. Et à chacune de mes visites, je repartais avec une prescription d'antibiotiques. J'étais rassurée et je me sentais bien soignée.

    Pourtant, quand j'y repense, je crois que j'ai dû avaler des dizaines de pilules sans réel fondement médical.

    Je me souviens aussi qu'enceinte, j'ai consulté (ailleurs, car la petite clinique de la rue déserte, je l'ai rayé depuis longtemps!) pour un petit problème et le médecin m'a prescrit des antibio un peu à la va-vite, ce qui m'a laissée perplexe. J'ai alors reconsulté (désolée pour le système de santé) et magie!, cet autre médecin a vraiment pris le temps de poser des questions et... je suis ressortie avec rien, sauf quelques conseils. Et cela a fait disparaître le mal.

    Alors, oui, les antibiotiques sont à prendre au sérieux, et ils sont essentiels très souvent. Mais trop souvent aussi prescrit pour rien.
  5. Dr Tasnime Akbaraly 5 avril 2013 à 12 h 38 min
    @soso: Ce que vous dites est très intéressant. Parfois nous les médecins avons l'impression que ce sont les patients qui mettent la pression pour qu'on leur prescrive des antibiotiques. Et là, vous décrivez le phénomène inverse: un médecin qui prescrit à un patient qui ne veut que comprendre... comme quoi, la communication est la clé d"une bonne relation médecin-patient! Comme dans un couple!
  6. Marie-Lynn 8 avril 2013 à 19 h 27 min
    Moi, quand ma fille a vraiment eu besoin d'antibiotiques je me suis fait revirer de bord à la clinique juste pour me retrouver le soir même à l'urgence. Résultat: hospitalisation, double otite et début de pneumonie. Le médecin l'a mal examiné, elle était trop certaine que c'était viral et que j'étais une maman voulant à tout prix des antibiotiques. Ce que je ne suis pas!
  7. Maryse Plante 9 avril 2013 à 10 h 13 min
    Vous devez en voir de toutes sortes en consultation… Chapeau pour garder votre sang-froid :)
    Mon fils a eu dernièrement une otite avec au préalable un rhume. Il a reçu une prescription d'amoxicilline. Je me demandais comment est choisi un antiobiotique pour une otite sans savoir si celle-ci est causé par une bactérie ou un virus… C'est pour prévenir l'arrivée éventuelle d'une complication bactérienne??

    Merci!
  8. Soos 9 avril 2013 à 17 h 05 min
    @Maryse Plante : "Je me demandais comment est choisi un antiobiotique pour une otite sans savoir si celle-ci est causé par une bactérie ou un virus…" Je me posais la même question après plusieurs otites rapprochées et traitements antibiotiques - trop - lourds pour mon fils de 2 ans et demi. Dernier traitement en date : anti-inflammatoire, antiseptique en gouttes et vitamine A. Amélioration en 24 à 48h... et donc sans diarrhée puisque pas d'antibiotique. Je m'interroge.
    @Dr Tasnime Akbaraly : Félicitations pour votre sang-froid et votre courtoisie avec M. X. :)
  9. Detox Detox Programs 10 avril 2013 à 00 h 45 min
    I really like your blog.. very nice colors & theme. Did you design this
    website yourself or did you hire someone to do it for you?
    Plz answer back as I'm looking to construct my own blog and would like to know where u got this from. thanks
  10. Dr Tasnime Akbaraly 11 avril 2013 à 15 h 23 min
    @Marie-Lynn: Sans vouloir prendre la défense aveugle du médecin, il s'agit d'une conduite tout à fait acceptable de ne pas traiter systématiquement avec des antibiotiques selon certains critères comme je l'ai expliqué ici. C'est triste que vous ayez dû consulter à l'urgence, mais on ne peut conclure rien qu'à l'examen que ce soit viral ou bactérien, et si l'état général le permet, on attend. Peut-être que ce n'est que plus tard que votre fille ait mal évolué.

    @Maryse Plante: c'est ici que j'explique comment on décide de donner des antibiotiques ou non.

    @Maryse Plante et @Soos: j'en ai vu des bien pires... tiens, ça pourrait faire l'objet d'une éventuelle chronique? merci pour vos compliments!
  11. Marie-Lynn 27 avril 2013 à 23 h 19 min
    La petite a été vu à 4h à la clinique et à 6h le même jour à l'hôpital. À la clinique, elle avait une fièvre de plus de 40 et son état général était très très "moche". Le médecin n'a pas pris le temps de bien vérifier ses oreilles, ses poumons et d'écouter mon récit. Je n'ai pas juste consulté à l'urgence, elle a été hospitalisé. J'essaie seulement d'apporter un autre point de vue, j'ai l'impression de payer pour les gens qui consulte pour rien, j'aimerais être prise au sérieux quand je consulte, comme parent, je connais mon enfant et je sais quand ça va vraiment pas. Les médecins sont des humains et ils ont parfois des préjugés qui peuvent nuire à leur enquête, comme celle que "tous les parents veulent des antibiotiques".
  12. Dre Taz 29 avril 2013 à 15 h 02 min
    Je suis désolée de l'évolution de l'état de votre fille. Ça a dû être une expérience douloureuse.

    Mais comme vous le dites si bien, nous, les médecins, ne sommes que des humains. Je ne crois pas qu'on ne vous ait pas pris au sérieux, seulement parfois, même si c'est le plus rarement possible, on pose un mauvais diagnostic.
  13. Mimi 2 mai 2013 à 21 h 35 min
    Bien vrai. Je ne veux pas une prescription d'antibios. Je veux que mon enfant aille mieux.
    Je me présente à la clinique avec ce qui ressemble à un scarlatine. La médecin n'écoute pas, un virus madame ça va passer. L'état de mon fils se détériore, finalement a passé 48 heures en pédiatrie.
    Je me représente avec le même enfant et c'est la même médecin qui fait les sans rendez-vous. Elle n'écoute pas plus: un virus madame, ça va passer. Mon fils fait 38,5 de fièvre depuis 3 semaines, soudainement fait une poussée à 39,8 (rectal), respire à 40 resp/minute (enfant de 3 ans), sature à 96, est asthmatique sévère et a déjà 5 pneumonies à son actif. Je me suis battue pour un rayon-x du poumon. Par le temps qu'elle rappelle "ben madame finalement il a un pneumonie multifocale avec affaissement", mon fils était hospitalisé en pédiatrie...
    J'en parle à mon médecin de famille. Oui, cette médecin est nouvelle ici, il a toujours pratiqué avant ça en gériatrie.
    Bon, OK, mais la prochaine que je tombe sur elle en sans rendez-vous, je fais quoi??? Elle a manqué une scarlatine et une pneumonie avec son "un virus madame, ça va passer!"
  14. 6 bonnes raisons pour patienter dans une salle d&r 1 mai 2013 à 07 h 06 min
    [...] [...]

Partager