Un instinct de parent, ça vaut de l’or

Un instinct de parent, ça vaut de l’or
18 mars 2013

Des rêves, j’en ai des tonnes. Si vous saviez! Mais, séjourner au Manoir Ronald McDonald et à l’Hôpital Sainte-Justine ne faisait pas partie de mes rêves ni de mes plans. Mais il arrive parfois des événements imprévisibles qui modifient le cours des choses. Je vous raconte...

Mon petit dernier, âgé d’un peu plus de 3 mois, est suivi de près par son médecin, au Lac-Saint-Jean, surtout pour des problèmes importants de reflux gastro-oesophagien. Samedi dernier, son état se détériorait et de nouveaux symptômes nous inquiétaient au plus haut point. Rien à voir avec le reflux. Pour s’assurer d’être auprès de spécialistes et parce que notre instinct de parents nous dictait que c’était la chose à faire, nous avons pris la direction de Montréal. Plus de 5 heures de voiture.

En route, nous avons téléphoné au Manoir Ronald McDonald, un lieu de séjour à quelques pas du CHU Sainte-Justine, destiné aux familles qui ont des enfants hospitalisés et qui proviennent de l’extérieur de la région de Montréal. Ma conjointe et moi ne connaissions pas trop l’endroit, mais une amie lui avait dit qu’il pouvait s’agir là d’une bonne option pour nous, si nous devions rester à Montréal pour quelques jours. Dieu merci! Une chambre était disponible.

 Nous y sommes débarqués avant même de passer à l’urgence de Sainte-Justine, sans avoir la confirmation que nous serions là longtemps. Encore une fois, notre instinct de parent nous disait que nous n’étions pas près de partir.

Une visite guidée de l’endroit nous a épatés et, surtout, a contribué à nous mettre un peu plus en confiance, à nous calmer. Tout est pensé et organisé pour nous faciliter la vie : vastes cuisines communes, réfrigérateurs et congélateurs, chambres confortables avec salle de bain privée, salons, salles de jeu, Internet sans fil, salle de lavage, etc.

Puis, nous nous sommes dirigés vers l’urgence, où le cas de notre petit a été jugé prioritaire. En moins d’une heure, un médecin est venu nous retrouver et nous apprenions que, comme nous l’avions anticipé, nous passerions les prochains jours bien loin de la maison et que des spécialistes se joindraient à nous dès le lendemain.

« Vous avez pris la meilleure décision de votre vie. Vous êtes au bon endroit. », nous a-t-on dit.

Nous faisons donc maintenant partie de ces familles qui, bien que terriblement inquiètes, vivent au jour le jour, font la navette entre le Manoir et le CHU Sainte-Justine, se lancent des sourires remplis d’émotions, de compassion et d’espoir, sans même se connaître.

Nous sommes une famille qui apprécie le dévouement et le côté « humain » des professionnels de la santé, qui remercie la Fondation des amis de l’enfance de Montréal, propriétaire du Manoir. Surtout, nous sommes une famille forte. Une famille qui espère. Une famille qui croit en la vie.

Ne sous-estimez jamais votre instinct de parent.

*Ce texte a été rédigé lors de la deuxième journée d’hospitalisation de bébé. Nous avons appris 2 jours plus tard que sa vie n’était pas en danger, mais qu’il souffrait d’épilepsie infantile (spasmes infantiles), une maladie rare et grave chez les bébés.

Découvrez davantage de billets de Jean-François en visitant son bloguepersonnel.

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (18)

  1. Sophie Desforges 18 mars 2013 à 09 h 04 min
    Ne lâchez pas vous 2!!! La vie nous donne des épreuves, mais elle nous donne aussi la force de passer au travers!!! Bonne chance!!!!
  2. Marilyne 18 mars 2013 à 09 h 36 min
    Bon courage à toute la famille! J'espère très fort que cette épreuve ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir!
  3. Katia 18 mars 2013 à 09 h 37 min
    Bon courage a la famille. Votre force sera la tienne.
  4. Louise Larouche Goulet 18 mars 2013 à 10 h 32 min
    Courage !
  5. Sonya 18 mars 2013 à 12 h 44 min
    Ah! Jean-François, quand on a des enfants, on ne pense jamais qu'un jour ils seront malades. Mais quand ils le sont, ç'est la qu'on voit toutes les forces qu'un tout petit enfant peut avoir. Courage Jean-François, ta femme et tes 2 petits. Je pense à vous autres.
  6. Maya 18 mars 2013 à 13 h 36 min
    Une petite lumière est là, pour les petits anges, et leurs familles. Gardez l'espoir en vous. Courage. Toutes mes pensées.
  7. Jacinthe 18 mars 2013 à 13 h 38 min
    Il y a l'instinct du parent, mais il y a quelque chose d'autre au coeur de la guérison qui s'appelle l'instinct de survie chez l'enfant. Ils sont fort et leur ADN leur dicte de survivre, même dans les conditions les plus difficiles. J'ai été un bébé très malade (fibrose kystique avec complications au niveau intestinal à la naissance) et dans mon cas et celui de bien des poupons, l'adage "c'est p'tit mais ça veut vivre" est vraiment de circonstance. Bon courage!
  8. 'équipe du Manoir 18 mars 2013 à 14 h 12 min
    Bonjour Monsieur Quessy,
    Merci, votre témoignage sur le Manoir Ronald McDonald nous a tous ému, effectivement nous recevons tous les jours des parents pour des séjours allant d'une nuit à plusieurs mois dépendament de 'état de santé de leur enfant. Le courage de ses familles qui combattent la maladie tous les jours nous donne envie d'être meilleur. La fondation des amis de 'enfance de Montréal qui gère le Manoir ne reçoit aucune subvention et c'est grâce aux dons d'individus et d'entreprises généreux que nous aidons les familles depuis 31 ans!
    bon rétablissement à votre petit bonhomme de la part de toute 'équipe!
  9. Julie 18 mars 2013 à 14 h 46 min
    Merci pour votre beau témoignage et bon courage à toute la famille. J'ai la chance d'avoir 2 garçons en santé et je remercie la vie, en pensant à toutes ces familles formidables qui se dévouent pour un enfant malade. Bravo à vous!
  10. Mireille Dion 18 mars 2013 à 19 h 13 min
    Je dis souvent aux parents que je rencontre de se faire confiance. J'y ajouterai votre ''Ne sous-estimez jamais votre instinct de parent'' et vous citerai les prochaines fois ;) ; c'est si bien dit!
    Bon courage à vous et votre famille; mes pensées positives sont avec vous :)
  11. Marie-Eve 18 mars 2013 à 20 h 48 min
    Bonjour. Tout d'abord courage avec votre petit homme qui est malade. Ensuite effectivement l'instinct de parent est primordial avec les enfants. J'enseigne la pédiatrie en soins infirmiers et je dis toujours à mes étudiantes de faire confiance à l'instinct du parent. Il connaît son enfant! Quand le parent dit:" il n'est vraiment pas comme d'habitude" ou " je le trouve moche" ça devrait, en tant que professionnels de la santé nous mettre la puce à l'oreille! Bravo pour votre témoignage!!
  12. Emmanuelle 18 mars 2013 à 21 h 14 min
    C'est fou comme la vie peut basculer du jour au lendemain, pour nous le 24 janvier dernier restera une date gravée à jamais. Comme vous, nous avons un magnifique garçon âgé maintenant de 6 mois qui a eu un diagnostique d'Amyotrophie Spinale... Tout un choc car quand on met des enfants au monde nous souhaitons tous qu'ils soient en santé. Je crois que le secret pour s'en sortir est de vivre au jour le jour et de profiter de chaque instant. Bon courage pour la suite des choses...
  13. aline 18 mars 2013 à 23 h 37 min
    pourquoi Montréal et pas le Chul à Québec qui est plus près?
  14. Jean-François Quessy 19 mars 2013 à 09 h 57 min
    @Sophie, Marilyne, Katia, Louise, Sonya, Maya, Julie, Marie-Ève: Un gros merci pour vos bons mots et vos encouragements!

    @Jacinthe: Vous avez bien raison et vous êtes un bon exemple de cet instinct de survie. Ils sont vraiment surprenants ces petits êtres!

    @L'Équipe du Manoir: Difficile d'exprimer en 450 mots à quel point vous jouez un rôle important pour les familles d'enfants malades. Merci pour tout!

    @Mireille: Merci! Ce que je n'ai pas écrit dans mon texte, c'est que juste avant de partir pour Montréal, nous avons consulté ailleurs dans une urgence et on ne nous a pas pris au sérieux. Bébé venait de faire de la fièvre, il avait de plus en plus de spasmes et était d'une humeur massacrante. Au moment de demander nos cartes pour quitter, en disant à l'infirmière que nous partions pour Ste-Justine, elle nous a même dit « Ils ne vous verront pas plus qu'ici. Si vous n'avez pas de dossier là-bas, vous allez vous déplacer pour rien! ». C'est ça l'instinct de parent!

    @Emmanuelle: Je vous souhaite aussi un bon courage, Emmanuelle. Mes meilleures pensées vous accompagnent dans cette difficile épreuve. Comme vous le dites, il faut vivre au jour le jour et profiter de chaque beau moment.

    @Aline: Je peux difficilement vous répondre. Ça fait sûrement partie de l'instinct. Nous nous sommes posé la question, mais dans notre tête, nous revenions toujours à Ste-Justine. De plus, mes parents demeurent en Mauricie, alors en passant par là, nous pouvions leur laisser notre grand garçon et continuer avec le petit.
  15. nadia lapointe 20 mars 2013 à 20 h 48 min
    C'est un geste très généreux de ta part (et de ta blonde aussi) de partager ce que vous vivez "publiquement". Je me joins à tous les bons mots écrits à la suite de cet article. C'est ce qui m'attriste le plus dans la vie: un enfant malade mais, en même temps, me donne une leçon de courage et de force lorsqu'ils vont mieux de jours en jours. La priorité à la famille !!! n'est ce pas ? Vous êtes assurément des parents extraordinaires !
  16. Dre Taz 24 mars 2013 à 07 h 46 min
    Tous les spécialistes du monde ou tous les scanners de la planète ne vaudront jamais le "bon sens" des parents. Les enfants sont une prolongation de notre être, de notre âme: rien ne peut mieux "sentir" ce qui leur arrive que l'instinct! Je vous souhaite beaucoup de courage et continuez à croire en votre petite voix intérieure!
  17. LUCIE BOISVERT 29 mars 2013 à 18 h 47 min
    Moi je crois que cet instinct que vous avez eu pour votre enfant viens nous confirmer à quel point vous êtes des parents aimants, généreux, attentifs, attentionnés et amoureux. C'est plus que de l'instinct. C'est de l'amour plus fort et plus grand que toutes les formes d'amour qui peuvent exister sur la terre. C'est ça l'amour inconditionnel. Il n'y a pas de barrières, il n'y a pas de temps. On fonce, il n'y a rien pour nous arrêter car on doit protéger ce qu'il y a de plus beau et de plus précieux au monde; nos enfants chéris. Vous êtes des parents extraordinaires et je vous admire tellement. Je vous vois leur donner tant d'attention, tant d'amour et les chérir tendrement. Il n'y a pas de cours qui se donne pour avoir la meilleure méthode pour aimer et éduquer nos enfants mais vous, vous n'auriez pas besoin de cours car vous avez ce don naturellement. Il n'y a pas de lit plus douillet que la tendresse de vos bras, il n'y a pas plus grand réconfort que la douceur de vos baisers, il n'y a pas de couverture plus confortable que la chaleur de votre corps, il n'y a pas d'oreiller plus douce que la douceur de vos mains. C'est pour cela que vos enfants sont si bien avec vous tandis que d'autres enfants ne sont jamais traités aussi tendrement. Je n'ai que des félicitations à vous transmettre et surtout, gardez confiance car votre petit est là près de vous et il est très choyé d'avoir de si bon parents. Si chaque enfant avait la chance d'avoir ne serait-ce qu'un seul parent qui vous ressemble, il n'y aurait pas d'enfants malheureux et triste sur cette terre. J'ai le coeur gros en pensant à tout ce qui vous arrive et à votre petit poupon mais je suis confiante qu'il s'en remettra. Je souhaite de tout coeur que tout aille pour le mieux et que la santé revienne vite. Maman!!! Aide ton petit fils s'il te plait.

    Merci à la vie d'avoir donné de si bon parents à vos enfants!!

    Sincèrement avec amour
  18. LUCIE BOISVERT 29 mars 2013 à 19 h 20 min
    Oups!!! J'aurais dû écrire: Maman aide ton arrière petit fils.

    Merci de votre attention

Partager