Êtes-vous un parent surprotecteur?

Êtes-vous un parent surprotecteur?

Le bain du dimanche soir, quelle activité agréable! Pas de contrainte de temps puisqu’on a toujours le loisir de commencer la routine plus tôt qu’en semaine. Une attention exclusive et soutenue est possible, car on n’a pas à superviser les devoirs du plus vieux ou les demandes du deuxième (par opposition à un bain rapide sans cérémonie, car, bien sûr, on s’entend, on ne laisse jamais un bébé de 10 mois dans le bain sans surveillance!). Ma petite Leeloo est assise et s’amuse dans l’eau… quand soudainement, elle se met à tanguer doucement vers la droite.

Dilemme! Est-ce que je la rattrape ou est-ce que je la laisse tomber?

 Premier scénario : la surprotection

Rapidement et brusquement, je la rattrape avant qu’elle touche l’eau. Elle sursaute, car mon mouvement est brusque. Elle est sensible à ma réaction émotionnelle de peur. Elle est surprise et elle a aussi peur. Elle pleure, elle a l’impression qu’elle a évité un danger. Elle demande avec ses bras d’être sécurisée dans les bras de Papa. Le bain se termine ainsi. Leeloo sort du bain avec l’impression qu’il peut y avoir du danger dans une baignoire.

Deuxième scénario : une bonne gestion de l’anxiété

Je la laisse faire. Dès que son visage touche à l’eau, elle place ses bras au fond et se pousse vers le haut afin de ne pas avoir le visage dans l’eau. Avec beaucoup de difficulté, elle se rassoit et me regarde fièrement en s’applaudissant après avoir réussi.

L’illusion de l’évitement

Je ne m’étendrai pas sur la meilleure façon de faire dans cette situation, je crois que l’illustration est  évidente. Le plus pernicieux dans ces situations, c’est le raisonnement du parent surprotecteur dans la première situation. Il conclura certainement : « Ouf, une chance que j’ai rattrapé ma fille, sinon elle aurait pu se noyer… ». Or, c’est justement ce raisonnement, après avoir évité une situation, qui demande une tolérance à l’anxiété, qui va faire que le parent deviendra de plus en plus protecteur de son enfant. C’est ce que j’appelle, l’illusion de l’évitement.

Ce genre de situation arrive à tous les parents et survient tous les jours. On a souvent fait référence dans les médias au lien entre les parents qui sont anxieux et leurs enfants qui deviennent eux-mêmes anxieux à l’adolescence ou à  l’âge adulte. Or, cette situation illustre très bien comment notre comportement peut conditionner la réaction émotionnelle de notre enfant. Il y a 2 facteurs importants à prendre en considération lorsqu’il est question du développement d’une personnalité anxieuse chez l’enfant.

Le premier facteur est génétique. Certains individus vont naître avec une certaine sensibilité devant l’inconnu. Cette sensibilité fait qu’on aura tendance à réagir physiologiquement d’une façon plus forte aux situations qui nous semblent menaçantes. Par exemple, si on mesure la réaction du système nerveux sympathique (SNC) d’un individu à un bruit soudain, la plupart des gens vont ressentir une anxiété de 3 ou 4 sur une échelle de 10 (10 étant la pire des peurs jamais vécues). Or, face à ce même bruit, l’individu qui est plus sensible va ressentir une anxiété située entre 5 ou 6 sur une échelle de 10. Cette sensibilité va donc rendre plus difficile la gestion de cette émotion pour ces enfants, ce qui les rend plus vulnérables aux troubles anxieux.

Le second facteur est lié à l’environnement de l’enfant. La recherche a démontré depuis un bon moment que nos enfants apprennent grâce aux interactions avec leur environnement. On sait également que les parents qui sont trop protecteurs vont contribuer au développement d’un trouble anxieux. Il devient donc important de se poser les bonnes questions quant à nos propres comportements de parents dans certaines situations. Est-ce que je protège trop mon enfant dans certaines situations? Est-ce que je l’empêche de faire des apprentissages importants ? Est-ce que je tente de lui faciliter la vie au détriment de son développement?

Je termine avec une demande spéciale de ma femme. Elle me dit que je dois vous rappeler que je ne suis pas un père parfait. Pour preuve, elle aimerait que je vous dise qu’il y a 7 ans, lorsque Toshiro avait 10 mois, j’ai tenté de le rattraper alors qu’il penchait vers la droite dans son bain. Dans mon empressement, je lui ai asséné un coup d’avant-bras qui non seulement l’a envoyé au fond du bain, mais qui lui a également donné une belle prune en plein front pour une semaine…

La morale de cette histoire : ce qu’on a fait dans le passé importe peu, c’est ce qu’on va faire la prochaine fois que la situation se produira qui est important.

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (8)

  1. Marie-jo 23 octobre 2012 à 10 h 40 min
    Dit avec beaucoup d'humour, mais ça me fait quand même prendre conscience de comment mon comportement a pu affecter mes enfants...surtout l'aîné et le cadet. Rendu au benjamin, j'en ai trop plein les bras pour la surprotection (une chance!). Je vois la différence et les deux plus vieux en profitent aussi. J'espère qu'il n'est pas trop tard! Merci!
  2. Kathleen 23 octobre 2012 à 11 h 58 min
    Et s'il y avait un scénario 3? Je la retiens sans la brusquer, ni lui faire peur. Est-ce que je la surprotège en agissant ainsi?
  3. Valérie 23 octobre 2012 à 21 h 05 min
    merci pour les 2 derniers paragraphe car j'en était encore à culpabiliser et à me dire que c'est toujours la faute des parents.
  4. Marie-Claude 25 octobre 2012 à 09 h 09 min
    Alors que j'enseignais le patin à de très jeunes enfants, j'ai dû demander à certains parents d'aller prendre un café à distance de la glace...puisque du moment où ils voyaient leurs enfants cambrés, j'entendais hiiiiiiiii et que faisait l'enfant il pleurait évidement. Alors que de mon côté je leur disais wow, tu es bien tombé sur ton popotin...Morale ne pas trop «over reacté». Comme parent ce n'est facile et on doit se parler pour pas trop exprimer nos craintes et non peurs
  5. Rebecca 29 octobre 2012 à 12 h 57 min
    Oh merci, merci et merci pour l'article! Je vais le faire lire à mon chum et à une grand-maman poule! Espérons que cela les fera réfléchir et laisser notre poulette d'amour respirer un peu!
  6. Nicolas Chevrier 31 octobre 2012 à 10 h 42 min
    @Marie-Jo: Il n'est jamais trop tard. On voit même parfois de la surprotection des enfants jusqu'à l'âge adulte. Je pense ici à un client qui n'avait jamais utilisé un fourneau ou fait une lessive avant le décès de ses parents... il avait 44 ans.

    @Kathleen: Vous connaissez certainement déjà la réponse, oui c'est bien de la surprotection. Dans ce scénario 3, l'aspect émotionnel est contrôlé. L'enfant ne va pas associer le bain et une réaction émotive négative (peur), mais on l'empêche quand même de développer sa compétence (se revelever seul du fond du bain) et son sentiment d'auto-efficacité (la croyance selon laquelle je suis compétent pour prendre soi de moi) parce qu'on l'empêche de faire ces apprentissages à cause de notre propre anxiété.

    @Valerie: Bien sûr que c'est toujours la faute des parents! Ce qui est une excellente nouvelle car ça signifie qu'on a le pouvoir de changer les choses!

    @Marie-Claude: Très bon exemple, j'ai vécu quelques expériences similaires sur les pistes de ski... Vive les jeunes instructeurs des Écoles de Ski du Québec, ils nous facilitent grandement la vie!

    @Rebecca: Et c'est pour le bien de l'enfant qu'on fait tout cela!
  7. Caro 15 novembre 2012 à 10 h 44 min
    Hier j'ai eu le 1er bulletin de ma fille qui est entrée a la maternelle....Je suis tres fiere de mes enfants qui sont toutes les 2 tres douées. Ma plus vieille qui est en 6 année a plusieurs 100% sur son bulletin. Mais je me rends compte que toutes les 2 sont pareilles.... elles cherche constamment l'approbation de l'adulte. Elle communique facilement avec les adultes, sont calmes, respectueuse mais ont de la difficulté a se faire confiance, a prendre les devants, a foncer...Sur leur bulletin elles ont toutes les 2 le même défis avoir confiance et prendre des initiatives. Je me demande si je ne les ait pas trop surprotéger, si je ne leur en ait pas trop demander...Je leur dit constamment que je suis fiere d'elles mais comment puis-je réparer mon erreur, comment dois-je agir pour qu'elles comprennent que leur choix sont aussi respectables?? et quelles sont réellement douées?? Merci
  8. 20 novembre 2012 à 08 h 44 min
    [...] mon dernier blogue, je vous ai indirectement parlé du développement du sentiment d’auto-efficacité chez [...]

Partager