Elle et lui

Elle et lui
18 janvier 2012

C’est sa meilleure amie, sa confidente, son éclat de rire, celle avec qui il se sent si bien. Près d’elle, sa timidité disparaît. Il peut faire l’idiot sans se sentir idiot. Il peut enchaîner les mots sans réfléchir ou bien ne rien dire. Se laisser enrober de silence. Être lui-même à côté d’elle. Sans crainte d’être jugé.

Elle l’aime. Elle veut se marier avec lui. Elle dit : « Quand il sera un papa et moi ze serai la maman… ». Malheureusement, c’est impossible, alors elle fait semblant. Semblant qu’elle est une princesse et lui un prince, une maman, et lui un papa. Ils s’appellent « ma chérie » par ci, « mon - séri » par là  et promènent des toutous dans des minipoussettes « pas pour de vrai ». Juste pour jouer.

Un jour, je lui ai demandé, à lui, s’il avait un ami. Un vrai. Devant son air interrogateur, j’ai précisé ma pensée : « Un enfant avec qui tu te sens vraiment bien, auprès de qui tu es heureux. » Alors, il me la montrée du doigt : elle.

Elle a voulu lui dire « ze t’aime », mais comme elle ne sait pas écrire, elle lui a dessiné son amour. Il regardait son émission préférée à la télé. Il a dit : « Il n’y a pas de couleurs sur ton dessin. Il est pas beau. » Il ne voulait pas du dessin. Il ne voulait pas d’amour. Il voulait regarder son héros préféré. Les larmes aux yeux, elle est retournée s’asseoir à la table. Elle a choisi un feutre jaune (elle sait que c’est sa couleur préférée). J’ai retenu sa main. J’ai pris son dessin et lui ai soufflé à l’oreille : « Ton dessin est tellement beau. Ne change rien. Je suis certaine qu’il l’aime, ce n’est juste pas le bon moment pour lui offrir », et je suis partie lui expliquer, à lui, que les cadeaux se prennent comme ils sont et qu’elle avait de la peine.

Quelques heures plus tard, il pleurait parce qu’elle l’avait tapé et qu’il n’avait rien fait. Rien fait du tout.

Parfois, le train déraille. Elle le pousse, il la tiraille, elle l’agace, il l’ignore. Ils ne se comprennent plus, se trompent de mots. Ils ne savent plus comment s’aimer.

Alors, je chuchote dans l’oreille de l’un : « Tu sais, chaque fois que je lui donne un bonbon, elle m’en demande un autre pour toi. » Une autre fois, je dis tout bas à l’autre : « C’est lui qui a choisi cette histoire pour toi. C’est tellement gentil, tu ne trouves pas? Il a pensé à toi. »

Je sème des petites graines d’amour pour éviter qu’ils perdent ce lien si précieux. Pour les aider à se retrouver. Et ça marche. Ils retrouvent vite le chemin de leur complicité.

Ils ont 2 ans de différence, mais plus ils vieillissent et moins cela paraît. Adultes, je pense que les gens les croiront jumeaux.

Lui et elle. Frère et soeur... pour la vie.

de régresser en redevenant le « tout-petit » qu’il a été (il fait pipi dans sa culotte, demande à porter des couches ou suce son pouce), en désobéissant ou en faisant des bêtises pour tenter d’attirer l’attention.

« Il est naturel que l’aîné éprouve de la jalousie, indique Michèle Lambin. Le meilleur moyen de le rassurer et d’apaiser ce sentiment consiste à lui témoigner votre amour en lui parlant et en prenant le temps de faire des activités avec lui, comme raconter une histoire ou dessiner. Vous pouvez aussi lui expliquer pourquoi vous le délaissez un

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (19)

  1. Geneviève 18 janvier 2012 à 14 h 59 min
    Mon fils et ma fille ont près de quatre ans de différence et leur complicité est belle à voir. Ayant été fille unique, je suis heureuse que mes deux enfants s'entendent si bien. J'ai été, et je le suis encore, témoin de l'importance des liens fraternels à la suite du décès de mon père alors que mon oncle et ma tante ont développé une solide relation. Et je mets tout en oeuvre pour que les liens de tendresse, d'amour et d'amitié perdurent entre mes enfants car je sais que cette relation peut être un élément de stabilité affective et les aider à développper leur confiance en soi et leur ouverture envers les autres.
  2. Annie 18 janvier 2012 à 15 h 08 min
    J'attends ma deuxieme fille pour fev et j'aimerais tellement qu'elles s'entendents aussi bien. Je sais que ca ne sera pas tjrs facile et que je ne peux pas forcer les ch mais je le souhaite de tt coeur. Je suis enfant unique et ca me manque d'avoir qq un comme ca ds ma vie.
  3. Marie-Ève 18 janvier 2012 à 15 h 30 min
    J'ai eu l'impression de lire la relation entre mon fils et ma fille...
  4. Nathalie 18 janvier 2012 à 16 h 11 min
    J'ai 3 enfants (4-6-8 ans) et je l'ai toujours dit: Avoir des enfants est formidable... Les voir interagir entre eux, prendre soins l,un de l'autre, rire... C'est tout aussi merveilleux pour un coeur de maman! (même si oui, il y a aussi des chicanes parfois!!)
  5. Cynthia 18 janvier 2012 à 17 h 57 min
    J'ai eu l'impression au travers d'y voir mon fils et ma fille. Je croise les doigts pour que leur relation reste ainsi!!!
  6. Paulina 18 janvier 2012 à 20 h 51 min
    C'est des relatiosn qui durent toute une vile. Je pense a une en particulier - lui 27 ans, elle 22. Quand ils sont ensemble, on dirait qu'ils communiquent sur un niveau bien plus élevé, celui où deux paroles suffisent pour un l'éclat de rire. Je leur envie. Ma relation avec mon frère ou ma soeur n'est pas la même....
  7. Françoise 18 janvier 2012 à 22 h 37 min
    Quel beau texte. Les miennes ont maintenant 28 et presque 30 ans (20 mois d'écart à la naissance). elles sont passées ensemble à travers la séparation de leurs parents, elles se sont tiraillées, se sont agacées dans le plafond, mais quand la petite s'est fait agacer à l'école, la grande a foncé dans le tas (j'adore!). Elles cuisinent ensemble pour faire leurs cadeaux de Noël, envoient ensemble leurs cartes de voeux à la famille chaque année et ont mijoté ensemble mon cinquantième-surprise. Elles s'aiment, je les aime, je suis fière et touchée de leur complicité.
  8. Maryline 18 janvier 2012 à 22 h 53 min
    Ouf... Merci !
  9. Catherine Goldschmidt 19 janvier 2012 à 00 h 50 min
    Vos petits mots sont touchants. Merci.
  10. Danielle 19 janvier 2012 à 03 h 59 min
    Quel trésors ! Et tu sais tellement nous les partager ! Merci xxx
  11. Eve 19 janvier 2012 à 17 h 42 min
    Wow, j'espère que mes fils auront une aussi grande complicité. Mon plus vieux à 3 ans et mon dernier 7 mois et pour l'instant mon plus vieux n'arrête pas de me dire qu'il aime beaucoup son frère mais il ne s'en préocupe pas plus qu'il le faut. Alors on verra en veillissant. Moi aussi je sème un peu de graine d'amour, lorsque mon plus vieux arrive de la garderie, je lui dis tout le temps que son frère l'attendait et qu'il s'est ennuyé de lui. En plus, quand il est né, j'ai acheter un cadeau à mon plus vieux en disant que son frère avait penser à lui en arrivant. Depuis, lorsqu'il joue avec ce jouet, il dit tout le temps et avec fierté que c'est son frère qu'il lui a offert.
  12. Marie 19 janvier 2012 à 23 h 15 min
    Ton texte est magnifique... Je t'aime fort, tu m'aides à avancer ! :)
  13. M-jo 20 janvier 2012 à 02 h 07 min
    Super texte. Mes garçons ont 3 et 5 ans...et ouf ! quelle compétition entre ses deux petits mâles...Par contre, depuis quelques mois, enfin, je les sens plus complices...Je le vois aussi quand ils sont séparés quelques heures (ça arrive peu, ils sont à la même garderie familiale). Je remarque que l'un pense à l'autre et qu'ils ont hâte de raconter ce qu'ils ont fait. Ça me rassure. Je vais essayé un peu plus de semer de petites graines d'amour...Pour aider ce lien naissant à grandir.
  14. Mélanie 20 janvier 2012 à 02 h 29 min
    J'adore vous lire!
  15. Mélanie 24 janvier 2012 à 01 h 33 min
    Mon garcon a 7 mois et ma fille 20 mois, déjà je vois une belle complicité entre les 2, ma fille lui donne plein de bisous et mon gars souris tellement lorsque sa grande soeur arrive de la garderie, en plus d'être beaucoup plus calme lorsque sa soeur est là... En espéranr les voirs grandir de cette façon et pour toujours !!!
  16. Catherine Goldschmidt 24 janvier 2012 à 12 h 23 min
    J'essaie toujours de valoriser mes enfants en évitant de les comparer pour éviter ce fameux esprit de compétition qui semble naturel. J'évite les phrases du genre: allez dépêche-toi, ton frère est déjà habillé, lui! À la place, je demande à mon fils de m'aider pour habiller sa soeur. Je crois que ça fait vraiment une différence dans leur relation.
  17. Anonymous 25 janvier 2012 à 18 h 55 min
    Bravo, tu es très inspirante! Tu as bien raison de semer ces petites graines d'amour, ça fera sans aucun doute la diffiérente dans leur relation.
  18. Edith 30 janvier 2012 à 17 h 07 min
    Dernierement, j'ai demandé à ma fille de 2 ans et demi qui était son ami préféré... Elle m'a réponde sans hésiter; Rémi, son petit frère de 2 mois!!! Belle amour!!!
  19. Nuance et apparence | Drôle de famille 20 février 2013 à 15 h 00 min
    [...] enfants s’aiment profondément, mais il y a des jours, où ils ne se supportent plus et se disputent pour un oui ou pour un non. [...]

Partager