Pré-rentrée chaotique

Pré-rentrée chaotique
31 août 2011
La maîtresse est jeune et jolie avec sa robe à fleurs, ses petites lunettes rouges et ses cheveux bien peignés. Ses yeux pétillent presque autant que ceux des papas qui la dévorent des yeux depuis qu’ils l’ont vue entrer dans la classe. Elle livre son discours de bienvenue. À nous, chers parents, assis bien sagement sur des chaises miniatures beaucoup trop petites pour la largeur de nos postérieurs.

Une fois les présentations d’usage terminées, elle nous explique que nous sommes là pour préparer les cahiers et ranger les affaires de nos enfants (qui sont restés bien sagement à la maison) afin que leur pupitre soit bien rangé et que tout soit prêt pour la vraie rentrée, qui aura lieu quelques jours plus tard.

« Tout le monde est prêt? C’est parti! Prenez le duo-tang bleu qui était sur la liste de matériel et insérez-y les feuilles rouges qui sont devant vous », dit-elle pleine d’entrain.

Ma voisine pâlit, lève la main, se confond en excuses et demande si elle peut prendre un noir à la place parce qu’il n’y avait plus de bleu au magasin. La maîtresse approuve avec un sourire bienveillant. Subitement, le papa de Gabriel lâche un gros sacre parce qu’il vient de faire tomber les 30 crayons à mine de son fils sur le sol en voulant prendre les « maudites feuilles à mard...oups. Scusez. »

La maîtresse écarquille les yeux.

Le papa de Michaël profite de la diversion pour se tourner vers mon conjoint et lui dire qu’avec tous ces mini-meubles autour et sous lui, il se sent comme « Obélix dans la maison des 7 naines! » Sa femme lui donne un coup de coude et lui fait signe de se taire en voyant la maîtresse arriver près de nous les sourcils froncés et le doigt sur la bouche en signe de silence. Je lève la main et lui demande si je dois vraiment écrire le nom de mon enfant sur tous ses feutres comme l’a fait ma voisine avec ceux de son fils. Elle me confirme que oui, mais que ce n’est pas le moment : « On s’occupera des crayons tout à l’heure. Pour l’instant, on termine avec le duo-tang bleu, noir ou ce que vous voulez. Peu importe! » Puis, elle se tourne vers la maman debout devant la porte qui veut savoir comment se rendre aux toilettes.

Un léger brouhaha s’installe. La maîtresse frappe dans ses mains pour réclamer le silence.

La mère de Charles-Antoine, assise au premier rang, lui demande (sans lever la main) comment sont gérées les punitions collectives. L’enseignante la regarde d’un air interrogateur. La mère renchérit : « Si la classe est punie, mais que son fils n’a rien fait, comment le saura-t-elle? Il est hors de question qu’elle punisse un innocent. Encore moins si c’est son fils qui, d’ailleurs, ne fait jamais de bêtises (sauf si on le provoque). »

La maîtresse prend une grande respiration, enlève ses jolies lunettes rouges, frotte frénétiquement son oeil droit (étalant du même coup son mascara sur sa paupière), reconnaît que c’est une bonne question, mais qu’on verra ça tout à l’heure, car « il y a beaucoup de choses à préparer pour les enfants et que ce serait bien que tout le monde se concentre sur le rangement ».

Le papa de Gabriel s’énerve : « Madame! Pourquoi ce sont pas les enfants qui font ça? Y a ben trop de feuilles! Ça rentre pas dans le duo-truc que vous m’avez fait acheter. C’est compliqué votre affaire! »

« Tu t’es trompé de paquet, c’est pour ça! », répond sa femme.

Je crois que c’est à ce moment-là que la maîtresse a demandé si quelqu’un avait de l’aspirine.

Quand, je suis rentrée à la maison, 1 heure plus tard, mon fils s’est dressé sur son lit avec son toutou serré dans ses bras et m’a demandé, inquiet :

« Alors maman, elle est comment ma maîtresse? »

J’ai répondu : « Fatiguée, mon chéri. Très, très, très fatiguée! »

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (16)

  1. Dre taz 31 août 2011 à 15 h 40 min
    On dirait "le petit Nicolas" version québécoise!!! Merci pour cet instant d'humour! En post partum, c'est très apprécié!
  2. Nouba 31 août 2011 à 17 h 11 min
    On dirait de la fiction, mias d'après le ton, c'est la réalité... Je crois que l'année prochaine, la charmante maîtresse invitera les enfants eux-mêmes à la journée de rangement!
  3. Catherine Goldschmidt 31 août 2011 à 17 h 44 min
    Tout est véridique...sauf les prénoms pour préserver l'anonymat! Je n'ai même pas osé tout dire. Vous ne m'auriez probablement pas cru.
  4. Danielle 31 août 2011 à 23 h 35 min
    Oh oui ! Je te crois ! Et ça me rappele tellement de souvenirs ! Finalement y'a pas grand choses qui a changé ! :)
  5. Marianne 1 septembre 2011 à 00 h 55 min
    Ah, c'est vraiment du "petitNicolas'' !!! Il manque peut-être qu'Alceste, mais Clotaire est déjà là !!! Une chose est sûre : si les enfants ressemblent un peu à leur parents tes enfants vont bien rigoler cette année !
  6. Catherine Corne 1 septembre 2011 à 04 h 02 min
    non mais c'est dingue ! on infantilise les parents pour qu'il comprennent les enfants !!! on nous fait asseoir sur des minis chaises, on nous parle comme si on avait 12 ans, et le pire c'est que les parents sont contents !!! et en plus on fait venir les enfants une heure par jour pour ne pas les bousculer au début. Et nous alors, on bosse quand ? Il faut arrêter avec ces méthodes de débiles.
    je préfère les maitresses du petit nicolas, et ça tombe bien, celle de mon fils est son clone !! vivement demain !
  7. Rosette 1 septembre 2011 à 07 h 17 min
    Hum... Une seule question (mais d'importance !) : qu'est-ce qu'un duo-tang ????!!!
  8. Catherine Goldschmidt 1 septembre 2011 à 11 h 14 min
    @ Rosette cela ressemble à un cartable mou.
    @ Catherine ma chronique aurait sans doute été moins drôle si la méthode avait été différente ;-)
    @ Marianne C'était incroyable! Je ris à chaque fois que j'y repense. Je vais observer les enfants ce midi (nous sommes invités à un pique-nique sur l'heure du midi) pour voir s'ils ressemblent à leurs parents.
    @ Danielle Plus ça change...plus c'est pareil
  9. Françoise 1 septembre 2011 à 23 h 15 min
    Dis, tu vas nous le dire ce que tu n'as pas osé dire? C'est trop drôle. T'es vraiment une raconteuse extra!

    Si Rosette est française, elle comprendra mieux ce qu'est un duo-tang si on lui dit que c'est un classeur mou. En France, un cartable c'est un sac d'école.
  10. Rosette 2 septembre 2011 à 13 h 23 min
    @Cathy et Françoise : merci pour ces éclaircissements.... Mais pourquoi appelle-t-on ça un duo-tang ? Moi, ça me rappelle le jus d'orange que je buvais lors des pique-niques de l'école il y a... ouh... bien longtemps ! De ce côté-ci de l'Atlantique, la réunion avec l'instituteur n'a pas encore eu lieu : si cela vous intéresse, je vous raconte !
  11. SoniaG 3 septembre 2011 à 09 h 29 min
    Je ne peux pas croire à cette histoire...!!! Il me semble vraiment qu'il aurait été plus profitable pour les enfants qu'ils fassent tout cela eux-mêmes...
  12. Catherine Goldschmidt 3 septembre 2011 à 11 h 38 min
    Et pourtant c'est bien vrai! J'avoue avoir pensé la même chose. J'imagine que Madame E. a voulu gagner du temps. Avec des parents comme nous, effectivement elle aurait peut-être mieux fait de le faire avec les enfants!
  13. Solène 3 septembre 2011 à 12 h 02 min
    Ça me rappelle des souvenirs de l'an dernier ça, tiens, tiens! On était tout de même un peu plus disciplinés que vous, tout de même!
  14. Soso 3 septembre 2011 à 18 h 50 min
    Mslgré le fait que je trouve ça bizarre que les parents aient été conviés à l'école pour faire ça (je suis enseignante et la rencontre de parents a lieu plus tard et ce n'est pas pour ranger les pupitres !) je vous fais réfléchir à ce que sont les premières journées dans une classe de 1ère année pour une enseignante...Imaginez...remplir ces duo-tangs avec des enfants qui ont de «mini-mains» et qui malgré leur grand désir d'autonomie ont bien du mal à faire ça...20-22 élèves avec une seule enseignante...Pensez-y...Si cette tâche a été difficile à faire avec des adultes ! Les premières semaines sont chargée en «chu pas capable...peux-tu m'aider ? Après un mois ou deux, ça y est, les petits auront compris le fonctionnement et là, seront plus efficaces que bien des parents ! Beaucoup de patience et d'efforts de la part des enfants et de l'enseignante ! J'enseigne à des plus vieux et j'apprécie leur autonomie...qu'ils ont acquis grâce à la patience de mes collègues !
  15. SoniaG 5 septembre 2011 à 18 h 49 min
    @ Soso
    Je suis totalement pleine de compassion pour les enseignantes, ça doit être tout un bordel... Celle de ma fille ne nous a rien demandé du tout etsemble y aller très progressivement avec sa classe. C'est peut-être un moyen de passer à travers la rentrée sans y laisser une partie de sa santé mentale!
    J'ai moi-même assisté ma fille (en 1e année) dans l'identification de ses effets scolaires à la maison (j'ai résisté à la furieuse envie de le faire moi-même). Ça a pris beaucoup de temps, mais que d'apprentissages elle a réalisés!
  16. Isabelle 6 septembre 2011 à 15 h 42 min
    Pauvre enseignante qui doit dealer avec des parents qui auraient peut-être dû rester à la maison! L'enseignante est automatiquement blâmée, critiquée, mais les parents eux qui agissent en enfantin? L'enseignante devait être simplement découragée de voir et entendre l'attitude et les comportements des parents!!! Je l'aurais été pour elle! Si cette histoire est vraie, elle semble avoir fait preuve de beaucoup de tact et diplomatie, donc elle doit être très professionelle et surtout patiente.

Partager