Grands-parents et petits-enfants

Grands-parents et petits-enfants
19 août 2011
Chaque année, ma mère survole inlassablement l’océan en avion pour venir serrer ses petits-enfants dans ses bras et nourrir ce lien qui les unit malgré la distance. C’est vital autant pour elle que pour eux. Pour moi aussi, je l’avoue.


C’est « un amour de Mamie », comme le disent si bien mes enfants. Au fil des ans, elle a éveillé leur gourmandise avec de petits plats délicieux et enrichi leur imaginaire de mille et une histoires incroyables. Elle a pris le temps de leur expliquer les choses de la vie, de les écouter, de s’asseoir près d’eux sans rien faire. Elle leur a fait cadeau de sa seule présence. Cela est inestimable, surtout avec une maman comme moi qui court partout pour essayer de joindre les 2 bouts.

Quand elle est là, le temps s’arrête. La vie reprend son sens. Mes enfants glissent leur main dans la sienne et, ensemble, lentement, ils croquent les secondes en oubliant les heures. Pendant ce temps-là, je reprends mon souffle. L’esprit en paix.

Je suis persuadée que nos enfants devraient passer du temps avec des aînés, qu’ils soient leurs grands-parents ou non. Peu importe. Ces gens-là sont riches de toute une vie à raconter. Nos enfants ont la chance d’avoir le temps et l’intérêt de les écouter, même si parfois ils risquent d’entendre la même histoire plusieurs fois! N’oublions pas que nos petits sont capables de lire 20 fois de suite le même livre ou de regarder 36 fois le même film sans se lasser; alors forcément, tout le monde serait heureux.

Une amie m’a dit un jour qu’on devrait ouvrir des garderies dans les centres pour aînés. Quelle belle idée! Nos enfants y gagneraient en sagesse et en compassion tandis que nos vieux parents oublieraient leurs petits bobos et retrouveraient un peu de leur jeunesse. Je trouve que ce serait un beau cadeau à leur faire.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. maman ourse 20 août 2011 à 15 h 37 min
    C'est tellement vrai ! J'ai été adopté et mes parents ont aujourd'hui 76 ans pour mon père et 89 pour ma mère! J'ai vu mon père se coucher par terre avec mes enfants malgré ses genoux mal en point et ma mère qui a du mal à marcher après s'être cassée une hanche les promener dans sa chaise roulante ! Chaque fois que j'y vais avec mes petits loups, on dirait qu'ils perdent quelques années pendant ce temps! Je pense que les enfants leur donne le goût de vivre plus longtemps et leur permettent de le faire!

    Combien de fois dans les magasins j'ai vu des gens, jeune ou moins jeune, sourire à la vue de mes enfants! Et même moi quand je croise des enfants, je ne peux m'empêcher de sourire! C'est la vie à l'état pur!
  2. Catherine Goldschmidt 22 août 2011 à 12 h 21 min
    Oh que oui! En même temps, je comprends que pour certaines personnes, il est inconcevable de laisser leurs enfants à leurs parents à cause d'une relation conflictuelle ou d'un passé trop lourd à porter. Mais quand c'est possible et que la relation est saine tout le monde en sort gagnant.
  3. Henriette Henrie Laf 22 août 2011 à 15 h 54 min
    C'est tellement vrai, que mes filles n'ayant pas vu régulièrement leurs grands-parents... je peux dire qu'elles en gardent de précieux souvenirs. Elles ont un attachement qui s'est installé malgré la distance. En bien les grands-parents d'adoption ou pas sont des sources de renforcement qui nourrissent et comblent ce fossé entre les générations conjointes. Je n'oublierai jamais tous les bons souvenirs que me rappellent les mots suivants; "Attention p'tite fille pour pas timber!" ou "Viens on va aller crer des bleuats pour que Mamie nous cuisines une tarte pour souper" il suivait à cette phrase... " Manges-en p'tite fille mange-en, c'est bon pour la santé!" Et je restais là à me goinfrer de bleuets que mon grand-père venait remplir ma petite chaudière alors qu'il récoltait la somme pour la tarte.
    J'ai vraiment cru que je perdais l'homme de ma vie quand il est mort. Mais la vie m'avait déjà fait rencontré celui qui a pris dans mon cœur une place aussi précieuse que celle qu'avait laissé le deuil de mon grand-père Chaîné, Mamie Blanche, Grand-maman Laf que j'ai eu une seule fois pour moi pcq j'avais pris l'initiative de venir lui rendre visite à mon adolescence... et plus tard celui de mes autres précieuses personnes âgées que j'avais adopté par profond respect pour leur sagesse.
    Doux plaisirs à partager!
  4. cindi 24 août 2011 à 15 h 52 min
    Je suis la maman de deux jeunes enfants ( deux ans et demi et un an )et je benis le ciel tous les samedis quand mes parents viennent chercher les petits. Mes deux garçons adorent leurs grands-parents et le contraire est vrai aussi. Je n'ai jamais vu mon père plus heureux que lorsqu'il a ses deux petits-fils avec lui, on dirais qu'il rajeunis. Ils ont pris cette habitude après la naissance de mon plus jeune pour me donné du temps à moi et ils adorent ça. J'attends mon troisième enfant et grace à cette petite routine, je peux me reposé. Je sais que mes enfants sont en sécurité, qu'il sont aimé et bien entouré. Qu'ils sont gatés aussi, ça me permet de passé du temps avec le papa et de préparer ma semaine. J'espère que mes parents vont pouvoir continué longtemps cette habitude, mes enfants en retire beaucoup de plaisirs et je suis sur qu'en veillissant ils vont aprécié encore plus la présence et l'expérience de leurs ainés.
  5. Annick 1 septembre 2011 à 02 h 57 min
    Mo je peux dire une chance que j'ai eu ma grand-mère! Quelle bénédiction que cet amour où je pouvais vraiment être enfant. Tellement touchant ton texte! À Ste-Camille ils ont créé une vie de village vraiment magnifique, et le centre pour personne âgées est collé sur l'école, alors le midi les enfants dînent avec leurs grand-parents, vrai ou pas, qui leur font à manger. Je suis émue juste à penser à cette idée!
  6. Catherine Goldschmidt 1 septembre 2011 à 11 h 16 min
    Vos commentaires sont tellement touchants. Merci beaucoup.

Partager