Les petites étincelles

Les petites étincelles
29 juillet 2011

Hier, allongée sur le quai, j’ai montré à mes enfants un gros monstre à 3 têtes qui se formait dans le creux d’un nuage. Aujourd’hui, je les ai surpris au même endroit, les yeux au ciel, en train de s’émerveiller ici, sur « une tête de canard », là-bas, sur « un gros chat poursuivi par... une culotte »!  Leurs éclats de rire ont raisonné partout sur le lac. Le mien aussi.

L’imagination de mes enfants me fait penser à une petite allumette prête à s’enflammer à la moindre étincelle. Évidemment, dès qu’ils croulent sous les activités ou se « mollusquent » devant la télé, leur capacité à s’amuser seuls en prend un sérieux coup. Mais, je ne m’avoue jamais vaincue. Je les envoie jouer dehors et si cela ne suffit pas, j’y ajoute quelques étincelles. Leur imagination s’occupe du reste.

  • J’installe une malle de déguisements au milieu du jardin et je disparais dans mes plates-bandes. Quinze minutes plus tard, « Super Machin, l’explorateur de galaxies » court après « Zisèle, la princesse sasseuse de bibittes ». Tout va bien.
  • Princesse Zisèle pleure à chaudes larmes à cause de Super Machin qui s’est transformé en Super Vilain en voulant la métamorphoser en mangeuse de bibittes. Je creuse un trou dans le sable pour faire diversion. Je leur suggère de construire un hôpital, puis file cuisiner mes muffins. Une demi-heure plus tard, l’hôpital a fait place au trou-piège, puis à la fosse aux poupées et enfin, avec l’aide du tuyau d’arrosage, à la piscine à vagues. Les enfants ne veulent plus en sortir. Ils sautent et s’y roulent comme des cochons en transe. Je cours chercher ma facture pour me faire rembourser notre vraie piscine dans laquelle mes petits nageurs ne restent jamais plus de 10 minutes sous prétexte que l’eau est froide.
  • J’installe 2 petites chaises et une mini table dans la cabane depuis longtemps désertée par les enfants. Les voilà qui rappliquent, ni une ni deux, pour s’y asseoir dans leurs beaux costumes mouillés. En fin d’après-midi, mon homme et moi y sommes invités à déguster une bonne petite soupe aux fourmis biologiques écrasées. Je suggère quand même d’apporter mes muffins pour le dessert. Mes enfants approuvent. Paraît-il, selon eux, que « c’est krès bon, les muffins trempés dans la soupe ».

Sincèrement, malgré des conséquences parfois inattendues, j’espère que mes enfants ne cesseront jamais de s’émerveiller, même lorsqu’ils seront devenus de grands adultes responsables. Je leur souhaite de se perdre, de temps en temps, dans les nuages et de réinventer leur vie à l’aide de petits riens. Encore et encore. Juste pour le plaisir de croire, l’espace d’un instant, que tout est possible.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (10)

  1. Julie, La mère est calme 30 juillet 2011 à 10 h 44 min

    Je vois que les vacances se passent bien au bord du lac ;-)


    J'adore l'emploi du verbe "mollusquer"! Krès, krès juste!


    Je partage ton étincelle


    www.la-mere-est-calme.com (en ligne dimanche!)

  2. Anonymous 31 juillet 2011 à 12 h 02 min
    Tellement d'accord avec vous. Ce sont mes enfants qui m'ont appris à m'émerveiller. Mon enfance n'a pas été heureuse alors je prend soin de celle de mes enfants.
  3. Maman 3.0 31 juillet 2011 à 12 h 35 min
    Ici, c'est la soupe au gazon assaisonnée de cailloux qui est fréquemment au menu!
    Je suis bien d'accord, il faut entretenir le feu!
  4. Catherine Goldschmidt 2 août 2011 à 13 h 20 min
    @ Maman 3.0 c'est ton dentiste qui doit être content.
  5. Maman 3.0 3 août 2011 à 00 h 24 min
    Comme je la mange avec une cuillère imaginaire, mes dents n'en souffrent pas trop ;-)
  6. Caroline 3 août 2011 à 12 h 03 min
    Je constate que l'imaginatino de certaines mères développe celui de leurs enfants mais que les enfants permettent également à leurs parents de garder cette richesse fantastique qu'est leur imagination!
    Bon été!
  7. Danielle 3 août 2011 à 13 h 55 min
    C'est tellement réconfortant de te lire ! Y'a de l'espoir pour l'avenir des enfants ! On oublie parfois que l'imagination enfantine et un trésor très précieux, autant qu'eux !
  8. Elyse 4 août 2011 à 14 h 26 min
    Chez nous, on mets nos yeux magiques. Avec cela on voit un peu tout ce qu'on veut, les nuages prennent forme, les vêtements se transforment en déguisement, les sandwich en grand festin, les arbres de la cour deviennent des champignons géants pour s'abriter de la pluie, ce sont vraiemnt des yeux magiques !
    À ma grande surprise (et satisfaction !) mes deux plus vieux ont dit hier à leur père de faire attention en allant tondre le gazone, de bien mettre ses yeux magiques lui aussi pour ne pas couper le maïs magique qu'on a semé dans la cour la semaine dernière.... `Y -y- y -il faut qu'il kandisse un peu plus avant qu,on le croque'.
    L'âge des responsabilités viendra bien assez vite pour nos poussins. Bravo à tout les parents qui prennent le temps de laisser filer le temps et les idées !
  9. Catherine Goldschmidt 5 août 2011 à 11 h 31 min
    @ Élyse @ Caroline @ Danielle Entièrement d'accord!
  10. André Cyr 12 août 2011 à 21 h 15 min
    Faisant partie des chanceux qui sont restés "enfants", je suis heureux de non seulement entendre leur point de vue, le plus positif et embellissant du monde, mais de pouvoir réveiller, quand occasion se présente, cette imagination, souvent endormie, chez mes amis adultes !

Partager