Youpi, un pique-nique!

Youpi, un pique-nique!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
26 juillet 2010

Il y a des mots qui génèrent du bonheur. L’été, c’est le cas de « piscine ». Pour mes enfants, il y a aussi « pique-nique ». L’annonce de la sortie est généralement accueillie par une Laura et un Benjamin qui sautillent en s’exclamant : « Youpi, un pique-nique! » et « Yé, nic-nic! Pip pip hourra! »

Peu importe le menu, l’activité « pique-nique » fait plaisir. Je ne saurais dire si ça vient du vélo pour se rendre au parc, de la couverture déposée sur l’herbe, de la partie de cache-cache après le repas, de la baignade dans les jets d’eau ou d’un peu tout ça. Chose certaine, il y a deux splendides sourires et quatre yeux brillants qui nous incitent à répéter l’activité.

Pour en garder un bon souvenir, pique-nique après pique-nique, on fait tout ce qu’on peut pour éviter les indésirables Escherichia, Salmonella, Listeria et compagnie. D’ordinaire, j’aime les prénoms en « a », mais pas ceux-là, parce qu’ils appartiennent à des bactéries. En tant qu’adultes en bonne santé, on peut affronter - parfois au prix de désagréments gastro-intestinaux - ces bactéries responsables de toxi-infections alimentaires. Nos jeunes enfants, cependant, ont un système immunitaire moins bien rodé. Fièvre, crampes abdominales, vomissements, diarrhée : ça gâche des vacances.

Quand on prévoit faire un pique-nique, mieux vaut mettre tous les items du menu au réfrigérateur ou au congélateur. Même les aliments peu périssables, comme des muffins et des boîtes de jus, gagnent à être refroidis, puisqu’ils aident à garder le contenu de la glacière plus froid, plus longtemps. Puis, au moment de partir en pique-nique, tout va dans une glacière (propre), recouvert de 2 ou 3 ice pack. Et pourquoi des éléments réfrigérants plutôt que de la glace? Parce que la glace fond et fait de l’eau qui risque de transporter des bactéries pathogènes d’un aliment à un autre. C’est moins sécuritaire, tout simplement.

Même si nous allons directement au parc, les éléments réfrigérants sont importants. À température ambiante (entre 4 °C et 60 °C), le nombre de bactéries double toutes les 15 minutes environ. Faites le calcul comme vous voulez; ça va vite! Sans moyen de garder les aliments au froid, on risque aussi d’être mal pris si on ne mange pas tout. Ce serait dommage de devoir jeter les restes ou d’être pressés de partir pour ne rien perdre.

Après notre pique-nique, des fourmis explorent les lieux à la recherche de miettes. Laura et Benjamin n’aiment pas tellement partager leur repas, leur couverture ou leur maman avec ces petits intrus.

- « Maman, des foumis. Des foumis, maman », dit mon Benjamin en attendant ma réaction pour savoir s’il doit s’affoler ou rester calme.
- « Pas de problème, mon trésor. Les petites bibittes ne mangent pas les grosses. »

… Enfin, il n’y a pas de problème avec les petites bibittes visibles à l’oeil nu. Mes enfants n’ont pas à savoir qu’il existe aussi des bibittes microscopiques qui peuvent leur faire du mal. C’est à moi de les protéger.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Partager