Rat des villes et rat des champs: même combat!

Rat des villes et rat des champs: même combat!
9 juin 2010

Le ciel est bleu. Les oiseaux chantent pendant que je ramasse ma poubelle éventrée par les ratons laveurs. À 2 pas de là, ma fille et son amie Zoé dégustent une crème glacée. Dix minutes plus tôt, en apercevant mes lys et mes pivoines traverser l’espace aérien de mon immense jardin multicolore, j’ai crié : « Pause! » pour calmer le pompon de ces charmantes demoiselles.

Il faut dire que la petite Zoé habite en ville dans un appartement sans cour alors, quand elle arrive chez nous, son corps exulte!  Passer du béton à la verdure a, sur elle, un effet saisissant : elle va et vient sans arrêt en poussant des cris stridents, trébuche sur des racines, tombe, fonce dans les arbres, pleure, se relève, rit, lance du sable, arrache les fleurs, bave de joie ou se fait pipi dessus, trop occupée qu’elle est à jouer avec son amie. C’est fascinant. À la fin de la journée, les cheveux hirsutes et les joues rouges, elle repart toujours épuisée pour le plus grand bonheur de ses parents. Ces soirs-là, pas besoin d’histoire, ni de verre d’eau, ni de veilleuse. Même les monstres qui vivent dans son placard sont en congé. La cocotte s’endort comme une bûche.

J’entends soudain les 2 fillettes s’extasier sur le joli papillon qui butine d’une fleur à l’autre et sur les « zazos » qui « cuicuitent » dans les « zarbes ». Je souris, attendrie par leur émerveillement, quand tout à coup, je vois Zoé grimper sur sa chaise en hurlant :

- « Arghhhhhh! FOUMIIIIIIIIII, une foumi! Au secours! »

Ma fille bondit sur ses jambes en criant : «Où ça, où ça? » la main tendue et le regard étincelant, prête à sauter sur sa proie.

- « Là! » lance la pauvre fillette effrayée, en montrant la bestiole installée sur une vieille fraise pourrie échappée de ma poubelle éventrée. Ma petite se jette dessus, la coince entre ses doigts (ça fait « scrouic ») et la place à 3 cm de son visage.

- « Bonzour foumi. Comment t’appelles? »

(silence)

Surprise par tant d’assurance, la petite Zoé descend de sa chaise pour mieux observer le minuscule tas noir qui est en train d’agiter la demi-antenne qui lui reste. Curieuse, elle demande à ma fille : « T’as pas peur? »

« Non. C’est rigolo les foumis. Ça satouille. Tiens! »

En voyant la fillette tendre timidement la main, j’interviens : « S’il te plaît, ne la serre pas trop fort. C’est fragi…»

Re-scrouic, la pauvre bestiole se ratatine un peu plus entre les doigts de son nouveau bourreau qui échappe un retentissant « AÏÏÏÏÏÏÏÏÏE, AÏE, AÏE, AÏE! Elle a mordu moi! » La fourmi éjectée sur le sol tente aussitôt de décoller la tête de son derrière pour fuir cet endroit maudit.

PAF! Ma fille abat sa main sur elle et l’écrabouille en criant : 

« PAS ZENTILLE FOUMI! Faut pas morde les zamis. »

Zoé, solidaire, conclut la leçon en écrasant avec son pied ce qui reste du pauvre insecte!

Un conseil : si vous croisez ma fille et son amie Zoé, restez aimable, sinon vous pourriez le payer cher!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (12)

  1. Max 9 juin 2010 à 13 h 20 min
    Je vais prévenir la fourmi atomique. En avant les aaassssss! Atomasssssss!
  2. Claire 9 juin 2010 à 13 h 38 min
    Je vais me le tenir pour dit...
  3. Anonymous 9 juin 2010 à 14 h 29 min
    Oh que je n'aurais pas voulu être la fourmi! Moi aussi, ya 3 ans, depuis que j'ai quitté la ville-béton pour la jungle du Vieux Ste-Rose, je m'émerveille chaque semaine des merveilles de la nature : famille de ratons éparpillant nos poubelles durant la nuit, zoiseaux se nettoyant dans notre piscine pas encore installée, écureuils jouant au ping pong avec des noix sur notre balcon couvert d'hélicoptères, sans oublier toutes les fois où ma blonde hurle "Andrééé, une araignée, au secours" !! Mais si il y a une chose que j'ai apprise depuis trois ans.. c'est de ne pas écraser mes petites amies ...fourmis, araignées, guêpes, mini grenouilles. Je les recueille doucement puis les libère dans la nature, en quête de d'autres aventures...
  4. Caroline 9 juin 2010 à 17 h 07 min
    Même en ville, les fourmis elles sont bien présentes.... chez nous la règle est simple: si une colonne de fourmis se promène avec les miettes du déjeuner tombées par terre, on a droit de les écrabouiller, dehors, c'est vivre et laisser vivre .... mes filles ont bien compris le principe ;-))
  5. Catherine Goldschmidt 9 juin 2010 à 17 h 16 min
    Je vais en parler à mes enfants! Que préférez-vous vivre dehors et regarder les fourmis ou vivre à l'intérieur et les écrabouiller?! J'ai l'impression qu'ils vont rester dans la maison!
  6. Maman 3.0 10 juin 2010 à 00 h 45 min
    La fourmi l'avait quand même bien cherché :-)
  7. Geneviève F. 10 juin 2010 à 02 h 03 min
    J'habite moi aussi à la campagne.. mon fils a 5 ans et ma fille 3 ans.

    Lui, il adore les bestioles en tout genre et passe des heures à les débusquer avec son copain d'en face (ou tout seul). Si je le laissais faire, il les garderait dans sa chambre. J'ai déjà trouvé des vers de terre dans ses poches de veste! Il y a quelques jours, il a trouvé des chenilles qu'il a placées dans plat en plastique avec des feuilles et des brins d'herbe, tout content d'avoir contribué à leur repas de la journée. Quelques heures plus tard, il a plu... beaucoup. Les pauvres chenilles ont fini noyées au plus grand désaroi de mon fiston...

    Elle... «Hiiiiiiiiiii! Bibiiiiiiiiiiites!» Elle en a une véritable horreur et une simple mouche qui virevolte dans la voiture la met quasiment dans un état d'apoplexie... La pauvre a piqué une véritable crise lorsque, à son anniversaire, nous avons tenté de lui faire manger une coccinelle... en sucre! Elle était terrorisée et nous regardait comme si nous étions complètement cinglés!
  8. Isabelle 11 juin 2010 à 15 h 54 min
    Le début de ton texte m'a fait penser à un bouquin très intéressant : "Last child in the woods, saving our children from nauture-deficit disorder". Il aborde les impacts du manque de contact avec la nature sur les enfants qui vivent en ville. Un point de vue original. L'auteur : Richard Louv http://richardlouv.com/
    Je ne sais pas s'il est traduit.
  9. Catherine Goldschmidt 11 juin 2010 à 16 h 06 min
    Merci pour le lien Isabelle. Je vais jeter un oeil sur ce bouquin, ça m'intéresse.
  10. Anonymous 11 juin 2010 à 23 h 25 min
    On dirait une histoire de Zouc ;-)
  11. Rosa 11 juin 2010 à 23 h 26 min
    Ça me rappelle les histoires de Zouc, j'adore!
  12. Annie 16 juin 2010 à 12 h 48 min
    Il y a des petites filles qui ne rigolent pas avec la politesse! Trop drôle :-)

Partager