Des dessins magiques pour Noakim

Des dessins magiques pour Noakim
12 mai 2010
Je ne connais pas ce petit garçon. Mes enfants non plus d’ailleurs. On ignore la couleur de ses cheveux ou de ses yeux. On ne sait pas s’il aime le chocolat, les petites autos ou les superhéros. On ne l’a jamais vu de notre vie. Pourtant, Noakim a un dessin de mon fils placé au dessus de son lit. On y voit un bonhomme à côté duquel mon dessinateur en herbe a voulu qu’on écrive : « Mon bonhomme, il est debout. C’est pour guérir Noakim. » Il est là parmi une multitude d’autres dessins. Comme une lumière au bout d’un tunnel sombre qui a plongé Noakim et sa famille dans une noirceur insupportable durant plusieurs semaines.

À la suite d’une gastro, suivie d’un rhume qui a dégénéré en otite, pneumonie et méningite virale, Noakim a développé le syndrome de Guillain-Barré. Du jour au lendemain, cette petite boule d’énergie de presque 2 ans a cessé de marcher, de s’asseoir et de boire. Quand ses muscles respiratoires se sont mis en grève à leur tour, les soins intensifs de l’hôpital ont pris le relais pour l’aider à respirer et soulager sa douleur avec de la morphine et des analgésiques neurologiques. Jour après jour, son état s’est dégradé.

Évidemment, ses parents sont restés près de lui pour lui souffler des mots d’amour. Que pouvaient-ils faire d’autre? Comment faire entrer le soleil dans cette pièce froide remplie de machines et de médicaments? Comment insuffler un peu d’espoir et d’énergie dans ce petit corps paralysé par un ennemi sans visage?

La marraine du grand frère de Noakim leur a suggéré cette idée simple et géniale: demander à leurs proches et aux amis de leurs amis de leur donner des dessins d’enfants pour que les murs blancs de sa chambre d’hôpital se transforment en soleils multicolores, en fleurs immenses, en gribouillis magnifiques et en bonshommes souriants. De bouche à oreille et de courriel en courriel, leur demande est arrivée chez nous. Noakim est entré dans ma vie et dans celle de mes enfants.

« Mon dessin va le guérir? », a demandé mon fils.
« Je ne sais pas mon coeur, mais je sais que grâce à toi, à tes soeurs et à d’autres enfants, chaque fois que Noakim ouvrira les yeux, il verra la vie en couleur plutôt qu’en noir et blanc. Ça va peut-être lui donner envie de se battre pour retourner jouer dehors. Qui sait? »

Le temps a filé. Un beau jour, j’ai reçu ce message qui s’adressait à ceux dont les enfants avaient envoyé un dessin :
« Croyez-le ou non, la montagne de dessins semble avoir eu des effets inespérés. Car le petit Noakim était encore intubé et fortement paralysé vendredi. Mais, hier après-midi, il jouait avec ses jouets dans son lit, respirait par lui-même, buvait son gobelet de lait et mangeait des "popsicles"!!!  Même les neurologues n’en reviennent tout simplement pas! C’est comme s’il y avait eu un gros "déclic" samedi. Puis, toute la fin de semaine, les progrès ont été exponentiels! On dirait bien que plus rien ne l’arrêtera. »

Aujourd’hui, Noakim est guéri. Les dessins ont pris le chemin de sa chambre et la vie a repris son cours. Il marche, il court, il rit avec son grand frère comme si rien ne s’était passé sauf que maintenant « chaque instant ordinaire est extraordinaire. Notre bonheur est presque exagéré », m’a joliment écrit sa maman qui attend un bébé.

Je l’ai vite dit à mes enfants. En observant la photo, mon petit garçon a tout de suite reconnu son dessin sur le mur. Très fier, il m’a dit « Maman! Ça a marché! »

Grâce à Noakim et à ses parents, mes enfants ont goûté à la saveur sucrée du verbe « donner ».

Merci Noakim.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (23)

  1. Maryline Lambelin 12 mai 2010 à 15 h 41 min
    Merci pour ce partage et ces émotions,
    Je vous aime xxx
  2. Claire 12 mai 2010 à 16 h 16 min
    Comme toujours, c'est très touchant.
  3. rosa 12 mai 2010 à 16 h 26 min
    Bon... c est malin, mon clavier est mouillé... merci.
  4. Danny Raymond 12 mai 2010 à 17 h 07 min
    Puissant, touchant, autant la puissance du geste que tes mots, ma belle Catherine!
    Le-père-collé-sur-toi-sur-la-photoxx
  5. Guyguy 12 mai 2010 à 18 h 24 min
    Bon ca y est...tu me connaît un déluge de larme c'est manifesté j'ai failli réveiller mes ti mousses.
    Je suis tellement contente de cette fin d'histoire
    Merci Catherine et c'est vrai que l'amour fait des miracles.
    Hummm j'aurais bien aimé ca moi aussi avoir des dessin quand j'ai passé par là.
    Bizouxxxx
  6. annick 12 mai 2010 à 20 h 41 min
    Wow, la puissance de l'amour, du don, de l'énergie insufflée par les dessins! Je suis touchée! xx
  7. Michèle 12 mai 2010 à 21 h 16 min
    Personne ne peut rester insensible à ce texte rempli d'images, d'émotion et d'amour.
    C'est ça que Noakim a fortement ressenti.
    Merci Catherine, tu as la matière première suffisante pour produire un beau petit livre à offrir en cadeau.
  8. Catherine Goldschmidt 12 mai 2010 à 22 h 34 min
    J'ai trouvé cette histoire si touchante que je n'ai pas pu m'empêcher de la raconter! Merci à tous.
  9. Maman 3.0 12 mai 2010 à 23 h 43 min
    C'est tellement touchant comme histoire, c'est magnifique.
  10. Danielle 13 mai 2010 à 02 h 38 min
    Quelle belle histoire ! Qui finit bien pour Joakim et sa famille, et qui sera une belle influence pour tous ceux et celle qui ont aidé à sa guérison ! Bravo !
  11. Pierre 13 mai 2010 à 13 h 08 min
    Quel beau texte...
  12. La Belle 13 mai 2010 à 15 h 58 min
    Ouf, c'est vraiment touchant cette histoire et surtout elle fini bien ! J'ai la larme à l'oeil !
  13. Valou 13 mai 2010 à 19 h 56 min
    Tout a été dit ... j'ai les yeux qui piquent ça doit être le pollen , j'ai les joues qui mouillent ça doit être la pluie, j'ai le coeur serré ...ça doit être toi !
  14. Reinette 13 mai 2010 à 23 h 46 min
    Ton texte est formidable, ton histoire est touchante... je suis émue. La morale, s'il en est une, c'est de croire coûte que coûte à la magie. Tu es ma magicienne préférée! Merci!
  15. << Ma tante Coco >> 17 mai 2010 à 07 h 14 min
    Bonjour, je suis la tante de Noakim, la soeus du papa et moi-même la maman de trois enfants dont une décédée à l'âge de 4 ans. Laissez- moi vous dire que cette épisode où Noakim a été dans un état très difficile pour nous mais encore pour lui, a fait remonter des souvenirs cachés pas très loin de la maladie et du décès de ma fille. L'odeur et l'ambiance, le fait de ne pas savoir et de ne même pas pouvoir être rassuré par le personnel,les longues nuits à penser et espérer que demain sera mieux, que le médecin entrera dans la chambre avec un sourir plutôt que les yeux qui regardent le sol.....Tant de moments et de souvenirs indescriptibles où dans ces moments ce sont les gestes les plus simples qui font du bien, un dessin d'enfant, un coup de téléphone, la visite, un repas préparé juste pour vous par des amis.... Appréciez chaque jour la santé de vos enfants, elle n'est pas aquise et la vie est tellement belle...
    Noakim est un enfant merveilleux détenant une énergie extraordinaire, ces parents sont authentiques et tellement dévoué, je n'ai que hâte de voir arriver ce troisième garçon qui sera d'autant plus mon filleul.... ma tante coco xxxx
  16. rosette 17 mai 2010 à 09 h 32 min
    les mots me manquent
  17. Catherine Goldschmidt 17 mai 2010 à 13 h 30 min

    Moi aussi les mots me manquent. Merci Coco pour votre message.

  18. Susie 17 mai 2010 à 16 h 37 min
    Impossible de ne pas avoir l'arme à l'oeil en lisant ce texte très touchant (et qui, heureusement!, finit bien) de même que le message de Ma tante Coco.

    Je vais serrer mon garçon un peu plus fort ce soir.
  19. Caroline 18 mai 2010 à 10 h 55 min
    L'Amour est universel et il nous transporte dès le plus jeune âge. Cette histoire en est la preuve. Comme tous les autres personnes qui ont ajouté un commentaire, j'ai la larme à l'oeil et le coeur rempli de joie par la fin si heureuse de l'histoire de Noakim. Merci de nous avoir fait partager tout cet amour.
  20. André Cyr 18 mai 2010 à 15 h 00 min
    Merveilleuse rencontre entre une maman auteure et une tante éprouvée. Voilà ce qui me touche moi : l'addition de chaque coeur qui aime, formant une force bouleversante qui gagne sur les épreuves de la vie.. Tout seul, c'est une bataille ardue. Tous ensemble, à l'écoute et en partage, c'est grandiose... A Noakim..
  21. Annie 22 mai 2010 à 13 h 13 min
    Quelle belle histoire. Quelle belle idée. Quelle belle façon de donner. C'est vraiment inspirant.
  22. Edith 5 juin 2010 à 01 h 13 min
    Votre histoire me touche énormément. C'est magnifique de voir autant de solidarité pour La Vie. Cette épreuve est derrière et le soleil devant. Carpe Diem avec votre beau Noakim.
  23. Anouk 26 juin 2010 à 01 h 41 min
    Ça m'a pris du temps avant de prendre le courage de lire l'histoire de Noakim. Heureuse et soulagée de savoir d'avance qu'il s'en ait sortie, j'avais peur de le lire et d'absorber toutes les inquiétudes, les sentiments de total impuissance etc, etc, etc des parents et la souffrance du petit Noakim. Mais c'est important d'écrire et de partager, car chaque petits gestes et petits mots, peuvent faire une différence dans nos vies.