Mes médecins de famille

Mes médecins de famille
31 mars 2010

Je suis couchée sur le sofa, les yeux au plafond avec une grosse envie de rien. Je me sens molle, moche et inutile. Une fois par mois, c’est comme ça avec, en prime, un gros « tout m’énerve » qui clignote sur mon front.

- « Ké tu fé maman? » me demande ma petite dernière.
- « Je me repose. J’ai mal à la tête et au ventre. »
- « Tu veux zouer avec moi? »
- « Non ma cocotte. J’ai pas envie. Je te dis que je suis malade. »
- « Ah bon. »

Elle disparaît, puis revient 10 minutes plus tard, accompagnée de son frère qui porte une blouse blanche et un stéthoscope en plastique autour du cou. Il tient une fausse seringue dans la main et m’explique d’un ton solennel :

- « Bonjour madame! Je vais faire une piqûre pour vous guérir. »
- « Pitié, laissez-moi tranquille! Allez jouer dans votre chambre. Soignez donc vos poupées, tiens! »
- « Non! Sont MORTES! », lance mon fils, le plus sérieusement du monde.
- « Z’ont manzé trop d’bonbons. Z’ont étouffé. Z’ont pas écouté le docteur », m’explique ma petite.
- « Quelle horreur! Ok. Va pour une piqûre, mais vite parce que je déteste ça. »

Mon fils me colle le toutou de sa soeur dans les bras.
- « Tu le sers fort, fort, fort. Ça va t’aider à pas avoir mal. »
- Ma fille renchérit « Ça va zuste piquer beaucoup, pis tu vas pleurer, mais si tu pleures pas, tu peux soizir 2 bonbons, mais c’est mieux un légume. »

Elle me tend un panier rempli de légumes en plastique.

- « Je vais prendre une aubergine. Merci. Je préfère éviter les bonbons, je ne veux pas finir comme vos poupées! »
- « Chut! Faut piquer! » lance mon fils.

Pendant que le docteur m’enfonce sa seringue dans le bras, l’infirmière me serre dans ses petits bras et me fait des bisous partout sur les joues. Elle en profite pour me coller un pansement sur le nez même si je n’ai pas mal. C’est de la médecine préventive. D’un coup, je ne sais pas pourquoi, mais je me sens moins seule sur mon sofa. Moins énervée, moins moche, moins inutile et surtout... moins malade.

Une chance que les médecins de famille existent. Ils sont remplis d’amour ces gens-là!

Et c’est bien connu : l’amour guérit tout.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (10)

  1. Danielle 1 avril 2010 à 01 h 24 min
    Tu as raison ! Et en plus y'a pas de ticket modérateur ! J'adore !
  2. Philippe 1 avril 2010 à 02 h 42 min
    Toujours aussi bon tes billets Catherine! Ça fait du bien.
  3. Guyguy 1 avril 2010 à 16 h 59 min
    Tu voit ces enfants là c'est une vrai guérison. Tu sait maintenant pourquoi je fait ce métier là hihi!
  4. Isabelle 2 avril 2010 à 02 h 03 min
    Ho ! C'est touchant... Merci Catherine !
  5. Pascale & Jean 3 avril 2010 à 12 h 20 min
    C'est trop mignon votre histoire. Nos enfants aussi sont de merveilleux médecins. Avec l'arrivée de notre bébé, nos filles veulent tout le temps le soigner. "il pleure maman, il est malade. On va le soigner!". Ça nous donne un break. D'habitude c'est nous les patients.C'est à cause de ces petits moments la que nous avons toujours envie d'agrandir notre famille.
  6. Kim 6 avril 2010 à 17 h 53 min
    Quel beau billet. Un rayon de soleil dans cette journée nuageuse. C'est vrai que les enfants ont le tour de faire entrer le soleil dans nos coeurs même quand on est au plus mal! Vive nos enfants!
  7. Catherine Goldschmidt 6 avril 2010 à 21 h 43 min

    Daniel Pennac, qui est un de mes auteurs préférés dit cette phrase merveilleuse: " Les enfants sont des énigmes lumineuses".Merci à tous pour vos bons mots :-)

  8. André Cyr 18 avril 2010 à 21 h 43 min
    Que c'est cuuuuuuute ! Ce qu'ils sont instruits pour leur âge, ces enfants! Tiens, ça me donne une idée : tous les parents devraient d'abord apprendre à leurs enfants à devenir médecins, infirmiers ou tout métier qui développe, dès le départ, le sens des responsabilités et du souci des autres ! Imagine : leur période adolescente n'en serait que plus riche (pour eux et tout le monde) et nous aurions une relève assurée dans nos hôpitaux ! A quand un jeu Nintendo instructif pour sauver un maximum de patients en un temps record ?!
  9. Manon Lavoie 23 avril 2010 à 01 h 12 min
    Tes textes, ma belle Catherine, sont de véritables cadeaux! Tu respires le bonheur, même à travers tes maux de ventre! C'est un réel plaisir de te lire! Longue vie à tes billets!
  10. Catherine Goldschmidt 23 avril 2010 à 13 h 06 min
    Merci Manon! Merci infiniment.

Partager