La maladie du jour de l’An

La maladie du jour de l’An
Par Dre Taz, Omnipraticienne
7 janvier 2010

Les Fêtes sont finies, ainsi que les buffets à gogo, les becs sucrés, les courses aux cadeaux, les partys, les files pour s’asseoir sur le père Noël, les nuits blanches... Et ce qui arrive chaque année arrive encore une fois en 2010 : l’amygdalite! Moi, j’étais en vacances, mais pas mon système immunitaire!

Votre humble docteur est en train de taper ces mots dans le fond de son lit, tremblante de fièvre, les amygdales crevées par des millions de petites aiguilles, et affamée parce que chaque bouchée avalée est une véritable torture. Ça vous dit quelque chose? Je me remémore tous ces jeunes patients - parce que les victimes sont surtout les enfants - que je vois au « sans rendez-vous » et que je prive d’antibiotiques.

Chers parents, je ne suis pas un bourreau sadique, mais un médecin. Pour ceux qui en doutent, voici l’explication :

D’abord, une amygdalite est une infection des amygdales. En général, elle est causée par un virus et s’associe à un rhume (le nez qui coule, de la toux, une fièvre modérée). Dans 10 % à 30 % des cas, c’est une bactérie qui provoque l’amygdalite : le streptocoque B-hémolytique (30 points au Scrabble!). C’est une amygdalite plus importante, plus douloureuse, avec plus de fièvre, sans symptômes de rhume. Elle est parfois accompagnée de lésions cutanées : la fameuse scarlatine.

Virus ou bactérie, on s’attend à une guérison en 5 jours, sans traitement. Mais si c’est une amygdalite à streptocoque, on préfère donner de la pénicilline pendant 10 jours. Pourtant, les antibiotiques ne réduiront que de 24 h la symptomatologie. Pourquoi en prescrire alors? Pour cesser la contagion et prévenir les rarissimes, mais potentielles, complications (le rhumatisme articulaire aigu, l’abcès péri-amygdalien, etc.).

Cela dit, il reste difficile de différencier les 2! Pour un parent, est-ce que notre enfant n’est pas toujours « très » malade? Un médecin expérimenté peut faire la distinction, mais s’il est confronté à un dilemme, c’est la technologie qui vient à la rescousse : « Dites aaaaaahhhhh » et un long « Q-Tip » au fond de la gorge et voilà! La culture bactérienne nous donne la réponse. Ce test n’est pas idéal et sans faille, et on ne l’utilise que si notre flair clinique est altéré.

Amygdalite bactérienne ou non, le reste du traitement est le même :

  • des gargarismes à l’eau chaude salée (2,5 ml de sel dans 240 ml d’eau)
  • une bonne hydratation : de petites quantités de liquide froid
  • selon la tolérance, prendre des aliments à consistance molle et froide (de la crème glacée, quoi!)
  • de l’acétaminophène
  • maintenir la température intérieure ambiante à 20 °C ou 21 °C et le taux d’humidité à 45 %.

Alors voilà, je ferme mon ordinateur, je m’ensevelis sous la couette... et je prends la ferme résolution (encore!) de faire davantage attention l’année prochaine! Et vous, quelle est votre résolution « santé » cette année?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. dry 9 février 2010 à 16 h 34 min
    ses a la suite dune amidalite que mon enfant a contracter la meningocoque foudroyant car la bacterie a mute dan sa gorge et a fini dan ses meninges peut etre un antibiotique aurait eviter sa non???
  2. Tasnime Akbaraly 9 février 2010 à 20 h 43 min
    bonjour Dry,

    je suis désolée pour votre enfant. Peut-être que c'est effectivement ce qui est arrivé.

    cela dit, on peut attaper une méningite sans amygdalite au préalable, et presque toutes les amygdalites guérissent sans complication.

    il m'est malheureusement impossible de vous dire si les choses auraient été différentes avec des antibiotiques. Et il faut savoir que les antibiotiques peuvent aussi avoir des effets secondaires, rarissimes mais tout aussi graves.

    Je suis encore désolée.

Partager