L’épicerie, un jeu d’enfant?

L’épicerie, un jeu d’enfant?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
11 décembre 2009

Le bonheur, pour un épicier, c’est de voir entrer un papa avec son enfant à l’épicerie. En particulier un papa qui ne fait pas l’épicerie souvent!

Mais, même un acheteur averti risque de se faire influencer par un enfant. Directement ou plus subtilement, les jeunes Canadiens influencent pour plusieurs milliards de dollars d’achats domestiques chaque année. Et ils ont plus d’un tour dans leur sac pour obtenir ce qu’ils veulent.

En effet, exception faite de la crise d’hystérie et de la « danse du bacon » qui font enrager les parents plus qu’elles ne les font succomber, les stratégies « éprouvées » sont nombreuses…

« S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît! »

« Tu es la plus meilleure maman du monde entier! »

« Mes amis en mangent tous les jours, eux. »

« Cette sorte-là, c’est vraiment MA PRÉFÉRÉE! »

« C’est pas juste. Je suis fâché, bon! »

« Si tu achètes ces biscuits, je vais faire mon lit tous les matins. »

Il y a aussi les enfants qui lyrent, ceux qui font la grève de la parole, ceux qui sortent leur plus belle baboune, ceux qui répètent 100 fois leur requête, et j’en passe. Négociation, persuasion, émotion. Même si on voit clair dans leur jeu, il nous arrive d’abdiquer. Et on se souvient, sourire en coin, que nos parents aussi se laissaient parfois convaincre!

Reconnaissez-vous vos enfants dans l’une ou l’autre de ces stratégies? Quels aliments réussissent-ils à vous faire mettre dans votre panier d’épicerie?
 
[…]

- C’est qui l’boss?
- Papa!

Ma fille avait environ 1 an quand mon conjoint lui a appris à répondre « papa » à cette question. C’est encore sa réponse et il en est évidemment toujours fier. Sous le charme, lequel des deux, pensez-vous, mène réellement?!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. Stéphan D. 14 décembre 2009 à 13 h 45 min
    Le problème me semble davantage être que le papa se nourrit généralement comme un vieux garçon, surtout quand il se trouve sans l'être cher. Résultat: l'enfant profite indirectement de tous ces écarts alimentaires. Bref, il n'a pas besoin de sa petite fille pour augmenter indûment sa teneur de sucre et de sel!
  2. Stephanie Cote 15 décembre 2009 à 01 h 59 min
    C'est sans doute parfois une autre façon d'expliquer certains items de la commande, effectivement!

Partager