La durée de la grossesse et la date d'accouchement

La durée de la grossesse et la date d'accouchement

Après avoir obtenu un résultat positif avec un test de grossesse, la question qui se pose naturellement est celle de la date prévue d’accouchement. Établir une date précise est toutefois plus compliqué qu’on le pense.

La durée de la grossesse

En général, les spécialistes estiment qu’une grossesse dure 280 jours ou 40 semaines. Cependant, certaines études indiquent maintenant qu’une grossesse normale serait en réalité un peu plus longue. Pour une première grossesse, environ la moitié des femmes accoucherait après 40 semaines et 5 jours, c’est-à-dire 285 jours. Dans le cas d’une deuxième grossesse, on parle de 40 semaines et 3 jours.

Certaines femmes peuvent également vivre une grossesse plus longue. La même étude révèle en effet que le quart des femmes enceintes d’un premier bébé accouche après 41 semaines et 2 jours de grossesse. En théorie, aucune femme ne dépasserait toutefois 300 jours, c’est-à-dire 42 semaines et 6 jours. Dans les faits, le médecin offrira généralement à la femme enceinte de provoquer le travail entre 41 et 42 semaines de grossesse, car les risques de poursuivre la grossesse seraient alors plus grands que ceux de provoquer l’accouchement.

En général, les professionnels de la santé parlent de la grossesse en nombre de semaines, et non pas de mois, puisque c’est plus précis. Les semaines de grossesse sont aussi divisées en 3 trimestres :
1er trimestre : de la fécondation à 14 semaines
2e trimestre : de 15 semaines à 28 semaines
3e trimestre : de 29 semaines à la naissance

Comment calculer la date prévue d’accouchement

La majorité des médecins et des sages-femmes utilise la règle de Naegele pour calculer la date prévue d’accouchement. À la base, cette règle consistait à ajouter 7 jours au premier jour de la dernière menstruation, puis à compter 9 mois.

Cette façon de faire était toutefois problématique puisque les mois n’ont pas tous le même nombre de jours, ce qui faisait en théorie varier la durée de la grossesse. Par exemple, pour une femme dont les dernières menstruations avaient eu lieu en mai, la grossesse durait 283 jours alors qu’elle n’avait que 280 jours pour une femme dont les dernières menstruations avaient débuté en juin. Maintenant, les professionnels diront plutôt que la date prévue d’accouchement aura lieu 40 semaines après la première journée des dernières menstruations.

Le médecin ou la sage-femme calcule donc les 2 premières semaines suivant la dernière menstruation dans le nombre de semaines de la grossesse, et ce, même si la mère n’était alors pas encore enceinte. Ainsi, lorsqu’on parle de « 20 semaines de grossesse », on fait référence aux 20 semaines complètes qui se sont écoulées depuis le premier jour des dernières menstruations.

Les petites roulettes fabriquées par des compagnies pharmaceutiques pour déterminer la date prévue d’accouchement ne sont pas recommandées, car leur qualité est très peu contrôlée. D’une roulette à l’autre, on observe parfois jusqu’à 5 jours de différence dans le calcul de la date. Il est préférable de compter 40 semaines sur le calendrier ou d’utiliser un calculateur de date d’accouchement sur le Web.

La date prévue d’accouchement est-elle fiable?

Bien que la règle de Naegele soit employée depuis plus de 200 ans, elle est critiquée par de nombreux professionnels de la santé.

  • La règle de Naegele est basée sur l’idée qu’un cycle menstruel dure 28 jours. Pourtant, plusieurs femmes ont des cycles irréguliers. En effet, 30 % des femmes disent avoir un cycle d’au moins 30 jours.
  • La règle de Naegele suppose que l’ovulation a lieu exactement le 14e jour d’un cycle de 28 jours, ce qui n’est pas le cas de la plupart des femmes. En fait, dans la population en générale, l’ovulation a tendance à avoir lieu après le milieu du cycle menstruel. Chez les femmes qui ont un cycle de 28 jours, seulement 10 % ovulent le 14e jour et seulement 30 % de ces femmes sont fertiles entre le 10e et le 17e jour du cycle.
  • Plusieurs femmes ne se souviennent pas de la date de leurs dernières menstruations. Selon une étude réalisée en 1985, 79 % des femmes sont certaines de la date de leurs dernières menstruations, c’est-à-dire qu’elles peuvent déterminer la semaine où elles ont eu lieu.
  • La règle ne tient pas compte du fait que certains embryons peuvent mettre plus de temps à s’implanter dans la paroi de l’utérus, ce qui allonge la grossesse.
  • Si les derniers saignements sont légers, il peut s’agir non pas de la dernière menstruation, mais plutôt d’un saignement intermenstruel ou d’un saignement causé par l’implantation de l’embryon dans l’utérus.

En fait, utiliser la date de fécondation donnerait des résultats plus précis que la date des dernières menstruations. Cependant, la majorité des femmes ne sont pas conscientes de leur ovulation. En effet, des techniques de prise de température ou des kits mesurant les niveaux d’hormones reproductives sont nécessaires pour détecter l’ovulation.

Pour cette raison, plusieurs professionnels concluent que la date prévue d’accouchement exacte n’existe pas. D’ailleurs, à peine 4 % des femmes accouchent à leur date prévue d’accouchement. Une mère devrait plutôt parler de semaine prévue d’accouchement ou même de mois prévu pour la naissance.

Une mauvaise interprétation de la règle de Naegele?
La règle de Naegele a en fait été énoncée par un médecin hollandais appelé Boerhaave en 1744. Dans sa forme originale, la règle mentionne seulement d’ajouter 7 jours à la dernière menstruation, sans spécifier s’il faut commencer à la première ou à la dernière journée. La règle a donc été interprétée différemment d’un médecin à l’autre jusqu’au début du 20e siècle. C’est alors que les livres de médecine américains ont choisi d’ajouter 7 jours au premier jour de la dernière menstruation.

L’utilisation de l’échographie

Une échographie réalisée en début de grossesse serait plus précise que la date des dernières menstruations pour déterminer la date prévue d’accouchement. Cela est particulièrement vrai si l’échographie est réalisée entre 8 et 16 semaines de grossesse. Le technicien mesure alors la taille du bébé, du sommet de sa tête jusqu’aux fesses. Comme les bébés se développent de façon très similaire en début de grossesse, il est alors possible de faire un lien entre cette mesure et la durée de la grossesse. La précision de cette mesure peut toutefois varier d’une échographie à l’autre.

Si la date calculée grâce à la règle de Naegele diffère de celle obtenue par l’échographie par plus de 7 jours, le médecin peut choisir de changer la date prévue d’accouchement pour tenir compte du résultat de l’échographie du premier trimestre. Si l’échographie est réalisée entre 12 et 20 semaines, la différence devrait toutefois être de plus de 10 jours pour que le médecin envisage de modifier la date.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Diane Bigras-Lacoste, B. Sc., infirmière, Collège de Maisonneuve
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juin 2016

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ASSOCIATION OF ONTARIO MIDWIVES. « Management of the Uncomplicated Pregnancy Beyond 41+0 weeks », Gestation, 2010. http://www.ontariomidwives.ca/images/uploads/guidelines/No10CPGbeyond41.pdf
  • BASKETT, Thomas F. et Fritz NAGELE. « Naegele’s Rule : A reappraisal », British Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 107, no 11, 2000, p. 1433-1435.
  • DEKKER, Rebecca. Evidence on Inducing Labor for going past your Due Date. evidencebasedbirth.com
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans : guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • HUNTER, Linda A. Issues in Pregnancy Dating : Revisiting the Evidence. www.medscape.com
  • LADEWIG, Patricia et coll. Maternal & Child Nursing Care. 3e éd., Upper Saddle River, Prentice Hall, 2011, 2 016 p.
  • LOWDERMILK, Perry et coll. Maternity & Women’s health Care. Mosby, St. Louis, 2012.
  • LYNCH, Courtney D. et Jun ZHANG. « The research implications of the selection of a gestational age estimation method », Paediatric and Perinatal Epidemiology, vol. 21, (Suppl. 2), p. 86-96.
  • NGUYEN, T.H. et autres. « Ultrasound in Obstetrics & Gynecology, vol. 14, no 1, 1999, p. 23-28.
  • SMITH, Gordon C.S. « Use of time to event analysis to estimate the normal duration of human pregnancy », Human Reproduction, vol. 16, no 7, 2001, p. 1497-1500.

 

À lire aussi