Prévenir l'intimidation

Prévenir l'intimidation

Prévenir l’intimidation, ça commence avant l’entrée à l’école.

Lorsqu’ils jouent, les enfants s’amusent à expérimenter différents rôles : domination, soumission, assistant, observateur, etc. Selon leur tempérament, les enfants occuperont plus souvent certains rôles. Il est néanmoins important de distinguer jeu de rôles et acte d’intimidation qui oppresse un enfant. Les interventions pour prévenir les comportements menant à l’intimidation peuvent commencer dès l’âge de 4 ans.

Pour un enfant qui a une aptitude à diriger, le jeu de rôles peut être naturel et plaisant. Par son comportement autoritaire, il peut cependant parfois faire preuve de maladresse. Il suffit habituellement de l’inviter à utiliser des méthodes plus respectueuses pour que tout rentre dans l’ordre.

Contrairement au meneur, l’enfant dominateur impose ses règles et prend plaisir à malmener les autres. Il a un tempérament plus égocentrique qui l’empêche de considérer le point de vue de l’autre. Cet enfant ne choisit pas son compagnon de jeu au hasard. Il sait comment attirer l’attention des autres et reconnaître ceux qui auront tendance à se soumettre. Le comportement intimidant de l’enfant dominateur gâche le plaisir de ses camarades parce qu’il utilise la menace, particulièrement auprès des petits plus vulnérables.

Enseigner le respect

Avec de l’aide, un enfant dominateur peut apprendre à devenir plus sensible aux autres. Il doit tout d’abord apprendre à décoder les signes d’intérêt ou de refus de ses compagnons de jeu. Ainsi, il apprend à respecter les autres et leurs idées.

Il est aussi important que l’enfant qui tente d’imposer sa volonté apprenne à accepter la frustration que le refus de jouer d’un autre enfant peut lui causer. Différentes options peuvent lui être enseignées : jouer seul, proposer un autre jeu, écouter l’idée de l’autre ou négocier un compromis.

L’importance de la famille dans la prévention
Un milieu familial empreint de respect, d’écoute et de chaleur est le premier antidote à l’intimidation. Un tel environnement offre à l’enfant un modèle où chacun a le droit de s’exprimer et le devoir de le faire dans le respect de l’autre.

Enseigner l’affirmation de soi

Même si les garçons ont davantage tendance à recourir à l’intimidation que les filles, ils peuvent être, eux aussi, victimes d’intimidation. De leur côté, les filles ont souvent tendance à céder. Une étude a d’ailleurs montré que les mères disaient à leurs filles de céder durant un jeu 3 fois plus souvent qu’à leurs garçons. Il est donc important d’enseigner l’affirmation de soi autant aux filles qu’aux garçons, particulièrement aux plus soumis.

En enseignant l’affirmation de soi à votre enfant, vous l’aidez à exprimer ses sentiments, à écouter sa petite voix intérieure qui lui dit ce qui lui convient, afin qu’il sache se défendre. Par exemple, lorsqu’un jeu ne l’amusera plus, il sera capable de dire qu’il veut arrêter d’y jouer. Vous pouvez lui montrer à s’exprimer d’une voix ferme, sans crier.

Lorsque vous décodez chez votre enfant des signes d’impuissance ou d’exaspération, intervenez en lui montrant comment formuler ses limites : « Tu peux dire à ton ami que tu ne veux plus jouer à être le chien, que tu as mal aux genoux ou que c’est à ton tour de décider à quoi vous jouez. » Avec votre enfant, identifiez une personne de confiance à qui il peut demander de l’aide, au besoin.

 

Naitre et grandir.com

      Adaptation web : Équipe Naître et grandir
      Recherche et rédaction : Sylvie Bourcier, intervenante en petite enfance
      Mise à jour : Juin 2011

 

Références

  • COOPER, John. Mon enfant s’entend bien avec les autres. Paris, Éditions Marabout, 2006, 218 pages.
  • FROSCHL, Merle et Barbara Sprung. « On Purpose: Addressing Teasing and Bullying in Early Childhood », Young Children, mars 1999, p. 70-72.

 

À lire aussi