Croire au père Noël

Croire au père Noël

Les enfants vivent dans un monde mi-réel, mi-imaginaire, et croire au père Noël en fait partie.

Les enfants vivent dans un monde à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire. Ils n’ont donc pas de difficulté à croire au père Noël. Toutefois, le fait de « mentir » à leur enfant met certains parents mal à l’aise. Pourtant, lorsque l’enfant apprend que le père Noël n’existe pas, il peut être déçu, mais il ne se sent pas trompé. Il comprend que c’est un personnage qui fait partie de la magie de Noël. Révéler trop tôt la vérité sur le père Noël pourrait même diminuer le plaisir et l’anticipation qu’un enfant éprouve dans l’attente de cette fête.



Pourquoi les enfants croient-ils si facilement au père Noël?

Les tout-petits sont un peu naïfs. Il leur est d’autant plus facile pour eux de croire au père Noël qu’ils ont des preuves concrètes de son existence. Ils peuvent le voir, le toucher, l’entendre parler et même lui écrire. Ils y croient tellement qu’ils sont les premiers à trouver des explications aux petits détails qui pourraient les faire douter. Par exemple, si vous soulignez à votre enfant que vous n’avez pas de cheminée à la maison, il vous dira que le père Noël peut passer à travers les fenêtres ou par la hotte de la cuisinière. C’est la magie de la pensée imaginaire.

Peur du père Noël?
Il est fréquent que le père Noël effraie les plus petits, surtout entre 2 et 4 ans. Il est important de ne pas prendre sa peur à la légère, car elle est bien réelle. Le père Noël est bien impressionnant avec son habit rouge et son rire sonore. Suggérez à votre enfant de s’arrêter quelques instants pour observer de loin les autres enfants s’avancer vers lui. Une fois qu’il aura constaté que cet inconnu imposant est gentil, peut-être acceptera-t-il d’aller à sa rencontre.

Les cadeaux du père Noël

Selon la tradition, le père Noël n’apporte des cadeaux qu’aux enfants sages. Évitez toutefois de dire à votre enfant qu’il n’aura pas de cadeaux s’il n’est pas sage ou de ne pas lui en donner parce qu’il a eu un comportement inadéquat. Cela pourrait mettre une grande pression sur votre enfant, lui faire vivre du stress inutilement et le rendre triste. Rappelez-vous que votre enfant est dans une période de sa vie où il a encore de la difficulté à se contrôler. Servez-vous plutôt du père Noël de façon positive, pour apprendre à votre enfant à patienter, par exemple. Pour ce faire, un calendrier de l’avent peut être utile.

Si votre enfant demande beaucoup de cadeaux, expliquez-lui qu’il devra faire un choix. Vous pouvez lui dire : « Le père Noël ne peut pas te donner tout ce que tu demandes. Pour l’aider, indique-lui les 2 ou 3 choses que tu aimerais le plus recevoir. » Il n’est pas nécessaire non plus de faire croire que tous les cadeaux qu’il reçoit viennent du père Noël.

N’oubliez pas que le plus important, c’est le plaisir et la magie que vous partagerez avec lui. Vous créez ainsi de merveilleux souvenirs que votre enfant conservera avec bonheur toute sa vie, tout en lui inculquant des valeurs importantes.

Quand votre enfant commence à douter

L’âge auquel l’enfant arrête de croire au père Noël varie selon sa personnalité et le milieu dans lequel il vit. Les premiers doutes sur l’existence du père Noël apparaissent souvent à la suite de commentaires d’un ami à l’école ou parce qu’il a entendu un grand frère ou une voisine en parler.

Ce n’est toutefois pas parce que les enfants commencent à douter de l’existence du père Noël qu’ils n’y croient plus du tout. Les enfants passent souvent par une période de transition où ils affirment ne plus y croire, par esprit logique, tout en désirant encore y croire. Ils peuvent aussi ne plus y croire un jour et y croire de nouveau le lendemain après avoir vu un film sur le père Noël, par exemple.

Faut-il lui dire que le père Noël n’existe pas?

Selon des spécialistes du développement, les parents devraient laisser leur enfant croire au père Noël aussi longtemps qu’ils le désirent. Si votre enfant vous interroge sur l’existence du père Noël, vous pouvez lui retourner la question en l’interrogeant à votre tour : « Qu’est-ce que tu en penses, toi? » Vous lui permettrez ainsi de stimuler sa faculté de raisonnement et de découvrir la vérité par lui-même. Ensuite, fiez-vous au rythme de votre enfant et soutenez-le dans son désir d’y croire ou non.

Cesser de croire au père Noël est un signe que l’enfant passe graduellement dans le « monde des grands ». La plupart du temps, la croyance cessera pour de bon lorsque, à l’âge scolaire, le raisonnement logique prendra le dessus sur la pensée imaginaire. Malgré tout, il arrive souvent que les enfants qui ne croient plus au père Noël ont envie de revivre la magie de ces moments avec les tout-petits de leur entourage.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Annie Goulet, psychologue
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2015

 

Référence

  • FERLAND, Francine. Mathilde raconte : l’univers de l’enfant d’âge préscolaire. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2010, 120 p.

À lire aussi